Menu
Test dvd

Un silencieux au bout du canon

DVD - Région 2
Warner
Parution : 11 / 10 / 2006

Image

Le DVD ici présent nous offre l’occasion de (re)voir le premier des deux polars "seventies" du Duke dans des conditions presque optimales. La compression est pour ainsi dire presque invisible, les tons de couleurs sont très convaincants, la poussière est peu présente... Inutile de préciser que la photographie reste de ce fait une vraie splendeur sur ce DVD. Tout juste peut-on reprocher à la tenue générale une perte partielle du niveau de détail en certaines occasions, ainsi que quelques taches et rayures par-ci par-là. Mais il n’y a pas à se plaindre, Warner soigne vraiment (techniquement parlant) son catalogue de films anciens.

Un Blu-ray serait cependant hautement appréciable, ne serait-ce que pour rendre pleinement justice aux qualités plastiques du film.

Son

Comme pour l’image, il n’y a pas grand-chose à redire à la qualité sonore. La version originale est efficace, sans accrocs, sachant parfaitement distiller les bruits d’ambiance et la musique tonitruante de Bernstein dans certaines scènes. La version française, bien que moins pétillante, a en tout cas le mérite de posséder un très bon doublage et une "pêche" d’ensemble acceptable. Toutefois, de façon similaire à la plupart des films, McQ se regarde bien plus volontiers en V.O.

Suppléments

C’est toujours dans la partie des suppléments que Warner se montre un peu léger. Certes, son effort est plus conséquent que chez MGM par exemple, mais ce n’est pas encore la panacée. On se retrouve donc ici en présence de la bande-annonce (document d'archive essentiel), bien montée, présentant efficacement le film, très sympathique à regarder : le genre de bande-annonce pêchue faite pour les polars dans les années 70. Il est d’ailleurs assez amusant de voir à quel point les bandes-annonces de l’époque étaient construites sur le même principe et le même souci d’efficacité. Que ce soit celles de Dirty Harry, de Brannigan, de French Connection, c’est toujours un plaisir de les regarder.

Ensuite, on peut s’attarder sur un petit documentaire d’époque présentant le tournage (d'environ 9 minutes), narrant en quelques mots l’histoire du film, l’implication de John Wayne dans ce projet relativement inhabituel pour lui. Intéressant, quoiqu’un zeste convenu, et surtout trop court. Voilà, ce sera tout pour ce DVD, avec cette désagréable impression que la somme colossale de documents existante sur Wayne n’est pas vraiment exploitée...

Par Julien Léonard - le 24 mars 2015

Partenariat