Menu
Test dvd

Un roi à New York

DVD - Région 2
Mk2
Parution : 5 / 11 / 2003

Image

Malheureux possesseurs de l’ancienne et calamiteuses édition éditée par Opening / Les Films de ma vie, réjouissez-vous car ce DVD restauré par les soins des éditions Mk2 fera votre bonheur ! A part quelques rares imperfections de la pellicule (rayures et points blancs, surtout sur des images aériennes), la copie présentée ici est d’une propreté remarquable. Les contrastes sont excellents et la définition est du même niveau. La compression est parfois très visible sur certains arrières plans, mais dans l’ensemble elle reste plutôt très convenable. En conclusion, l’image proposée donne réellement satisfaction grâce à un excellent travail de restauration.

Son

Les quatre pistes sonores sont toutes d’une clarté exemplaire et sans aucun souffle. La version française est plus étouffée que l’italienne qui procure presque les mêmes sensations que la piste mono originale. Comme on s’y attendait, la piste 5.1 originale n’offre quasiment rien de particulier. Les enceintes arrières sont muettes et les enceintes avant produisent de rares échos. Bizarrement, lors de certaines séquences musicales, les voix sont déportées sur les côtés avec la musique. Mais l’important reste que la restauration sonore est digne du travail effectué sur l’image.

Suppléments

Préface (5’19’’) : la présentation du film est assurée par David Robinson, que l’on aperçoit en début de reportage dans un studio d’enregistrement avant d’être doublé par une voix française pour l’ensemble du reportage. Robinson évoque le contexte difficile des années 50 pour Chaplin : les différentes attaques dont il fut la victime, son départ précipité des Etats-Unis, sa difficile acclimatation en Angleterre. L’angle choisi pour nous présenter Un roi à New York est évidemment celui de la satire politique. Mais Robinson ne se prive pas d’émettre quelques critiques à l’endroit du film : un trop plein de sujets à traiter, une photographie insipide et des extérieurs londoniens reconnaissables. Il termine sa présentation par un résumé complet du film, chose qui ne s’imposait pas et qui risque de gâcher le plaisir au spectateur qui découvre Un roi à New York.

Chaplin aujourd’hui (26’32’’) : comme pour l’ensemble de la collection Chaplin, nous retrouvons le documentaire produit par MK2 en association avec France 5. Mêlant extraits du film, images d’archives, vues actuelles de New York, films personnels de Chaplin et différentes interviews, ce documentaire constitue la pièce maîtresse de ce DVD. On y voit, par exemple, l’arrivée difficile de Charlie Chaplin à Londres et son exil doré en Suisse fin 1952. Le réalisateur américain Jim Jarmusch a été choisi pour nous livrer son analyse du film. Il évoque la vision intelligente et en avance sur son temps qu’avait Chaplin de New York et par extension des Etats-Unis, son regard politique acéré (Jarmusch définit Un roi à New York comme le film le plus rebelle du cinéaste anglais), la mise en scène toute au service de l’histoire et son sens du rythme musical. Le deuxième intervenant n’est autre que Michael Chaplin, le propre fils du maître, qui interprète le jeune Rupert. On assiste à un moment émouvant lorsqu’il regarde un extrait du film tout en se remémorant les conditions de tournage et son apprentissage de la comédie par mimétisme. Michael Chaplin aborde avec un peu de retenue la personnalité de Charles et son rôle de père, ainsi que la relation d’amour/haine du cinéaste pour l’Amérique. Fluide, instructif et captivant, ce court documentaire est une véritable réussite.

Scènes coupées : elles sont au nombre de 14. L’éditeur a eu la bonne idée de nous projeter deux fois la séquence concernée : d’abord conformément au montage du film, puis avec les parties supprimées. Pour la plupart d’entre elles, les scènes coupées correspondent en fait aux scènes inclues dans le film, mais légèrement allongées. Quelques séquences comme le numéro chantant ouvrant la scène du night-club ou quelques plans à l’intérieur de l’hôtel sont inédites.

Mandoline Serenade (2’42’’) : ce court reportage en noir et blanc nous montre Charles Chaplin diriger un orchestre lors des répétitions pour la musique de son film. La mise en scène de ce "faux" documentaire se fait sentir (panoramiques descriptifs des musiciens, Chaplin en mouvement qui se détache sur fond noir) mais le plaisir de voir le maître diriger sa propre musique est bien réel.

Bandes annonces (8’52’’) : le DVD nous en propose trois. Une bande annonce hollandaise en version originale sous-titrée flamand (3’04’’) aux images abîmées et comportant du souffle, une bande annonce allemande (3’48’’) présentant une copie de meilleure qualité mais au teint légèrement verdâtre et une bande annonce américaine (2’) de qualité supérieure en terme de propreté mais manquant de contraste et de définition.

Galerie de Photos : 92 photos en noir et blanc situées au centre de l’écran, dont la taille appréciable procure une bonne vision.

Affiches du film : 15 affiches provenant de différents pays.

La Collection Chaplin (10’43’’) : un montage d’extraits de chaque film composant la collection DVD MK2/Warner : Le Kid, L’opinion publique, La ruée vers l’or, Le cirque, Les lumières de la ville, Les temps modernes, Le dictateur, Monsieur Verdoux, Les feux de la rampe, Un roi à New York et La grande revue de Charlot (programme composé de fameux courts et moyens métrages). Cette succession d’images permet de nous montrer le formidable travail de restauration accompli par l’éditeur.

Par Ronny Chester - le 19 octobre 2003

Partenariat