Menu
Test dvd

Pat Garrett et Billy le Kid

DVD - Région 1
Warner
Parution : 10 / 1 / 2006

Image

Globalement les deux versions sont très satisfaisantes. Les formats respectés sont offerts sur un transfert 16/9 sans défaut majeur (Warner s’est manifestement appuyé sur des matériaux de base de qualité). On remarque tout de même que la version 1988 présente quelques rares défauts de pellicule non corrigés, tels des scratchs ou autres griffures. La compression n’est pas parfaite sur les deux versions avec des cieux et des arrière-plans très légèrement bruités (attention rien de rédhibitoire, loin de là !!). Toutefois, les gros plans et scènes nocturnes sont en général parfaitement retranscrits offrant un confort de visionnage de grande qualité (même si on n’atteint pas le niveau exceptionnel de Coups de Feu dans la Sierra ou de La Horde sauvage). Côté définition, la version de 1988 semble un peu plus précise. D’un point de vue colorimétrie, on remarque une différence nette entre les deux : le nouveau montage (2005) offrant une palette plus chaude et automnale. Cependant, difficile d’affirmer laquelle de ces deux photographies est la plus fidèle aux souhaits de Peckinpah et de son chef opérateur, John Coquillon. Reste que dans les deux cas, le rendu des couleurs est splendide ! Pour conclure sur ces aspects image, je dirais que le montage de 1988 me semble plus agréable à regarder avec un rendu plus "naturel".

Son

Les deux disques proposent des bandes-son de qualité en mono. La version originale est particulièrement efficace. Dynamique, elle ne présente aucun défaut de type "souffle". Très propre, ce mono offre un rendu très clair des dialogues, bruits d’ambiance et musique. Une piste française est proposée avec un doublage peu convaincant (si vous faites un test "Dove Attia", à savoir écouter et fermer les yeux, vous aurez l’impression que Billy the Kid sort d’une banlieue parisienne des années 80 !!).

Suppléments

Les deux versions du film :

En 1988, Ted Turner reprend le catalogue MGM. Différents mécènes du monde entier réunissent alors des fonds pour réaliser le montage souhaité par Sam Peckinpah. En France, les studios Action ainsi que France 3 par l’intermédiaire de Patrick Brion participent au financement. Garth Craven, monteur original du film se remet au travail en s’appuyant sur les notes qu’avaient prises le cinéaste. Le résultat est très satisfaisant et remet en valeur le travail de Peckinpah. Le film trouve ici son rythme tranquille avec l’allongement de certaines scènes et l’intégration de nouvelles séquences. On découvre notamment le fameux flash-forward du début qui voit Pat Garrett tué lors d’une embuscade en 1901. Warner retrouve certaines scènes manquantes et livre une version allongée de 6 minutes avec notamment la dispute entre Pat et sa femme, un combat de coqs et un rappel du flash-forward lors de la séquence finale.

Chaque disque offre des menus musicaux et légèrement animés. Le disque 1 contient le montage de 2005. Il donne accès à un chapitrage divisé en 28 segments, à un commentaire audio et à deux galeries de bandes-annonces. Le disque 2 permet de découvrir la version de 1988 accompagnée d’un chapitrage découpé en 29 segments, d’un commentaire audio et de suppléments.

Aucun des suppléments n’est sous-titré.

Commentaires audio : nous le savions déjà mais Nick Redman, Paul Seydor, Garner Simmons et David Weddle sont fous !!! Les quatre spécialistes de Sam Peckinpah sont de nouveau réunis et réussissent l’exploit d’animer un commentaire audio pour chacune des deux versions du film. D’un tel exercice on aurait pu craindre la redondance ou les passages à vide, mais il n’en est rien.


- Commentary of 2005 Special Edition with Nick Redman, Paul Seydor, Garner Simmons and David Weddle : ce commentaire a la particularité d’être orienté autour de ce nouveau montage, appelé "Special Edition". Les quatre animateurs en relèvent tous les détails et les analysent longuement. Ce travail, bien que très ciblé, demeure intéressant pour qui désire s’attarder sur ce montage.


- Commentary of 1988 Turner Preview Version with Nick Redman, Paul Seydor, Garner Simmons and David Weddle : le commentaire de la version de 88 revient sur la genèse du montage dit "Turner Preview". Paul Seydor détaille longuement le pourquoi et le comment de cette version. Par la suite, les commentaires prennent une tournure plus classique : les intervenants racontent la genèse du film, rappellent des anecdotes de tournage et font de nombreuses analogies entre Pat Garrett et les autres films de Peckinpah, ses westerns notamment. Dans sa forme, ce commentaire ressemble à ceux que le quatuor avait animé pour Alfredo Garcia, La Horde sauvage ou encore Coups de Feux dans la Sierra. Leur passion pour "Big Sam" et son œuvre demeure toujours aussi communicative et, bien que l’absence de sous-titres français soit préjudiciable pour les non anglophones, leurs commentaires restent très compréhensibles (pas d’accent à couper au couteau, ni de débit "scorsesien"!!).

Disque 1

Sam Peckinpah Trailer Gallery : vous trouverez ici une galerie de bandes-annonces dédiées à Sam Peckinpah avec Ride The High Country, The Wild Bunch, The Ballad of Cable Hogue, The Getaway et bien sûr Pat Garrett and Billy the Kid.

James Dean Trailer : un court film promotionnel pour la réédition des trois classiques de Dean en DVD chez Warner (East of Eden, Rebel Without a Cause et Giant).

Disque 2

Deconstructing Pat and Billy (14’46) : Paul Seydor et Katy Haber animent ce documentaire. Seydor parle du montage de 1988 puis du remontage. Haber qui fut l’assistante de Peckinpah pendant le tournage de Pat Garrett and Billy the Kid revient sur les anecdotes de tournage et ses souvenirs de Sam. Elle évoque aussi l’alcoolisme de Peckinpah et les difficultés du tournage mais n’apprendra rien à ceux qui auront écouté le commentaire audio de la version 88.

One Foot in the groove : remembering Sam Peckinpah and other things (27’50) : Kris Kristofferson et son clavier, Donnie Fritts, sont interviewés dans une chambre d’hôtel et font part de leurs souvenirs de Peckinpah. Kristofferson, regard bleu acier, revient sur ses débuts de chanteur après l’armée avant d’évoquer, non sans nostalgie, sa rencontre et son travail avec "Big Sam". L’entretien est entrecoupé de rares photographies de tournage. L’image est impeccable mais notons que le son n’est pas de bonne qualité, laissant entendre les bruits de la rue. Ce léger défaut, couplé à l’accent californien de Kristofferson, rend la compréhension de l’ensemble assez difficile.

One for the Money and Sam’s Song (5’35) : certainement le bonus le plus passionnant du coffret. Kris Kristofferson s’empare de sa guitare pour interpréter deux morceaux dédiés à son ami, Sam Peckinpah. Avouons que le voir jouer de la sorte dans une chambre d’hôtel avec Donnie Fritts en choriste est un pur moment de magie. Du bonheur !

Conclusion

Globalement, Warner a réalisé un travail éditorial de grande qualité en offrant ces deux versions du film. Difficile toutefois d’affirmer lequel de ces deux montages est le plus intéressant. Si la nouvelle version apporte quelques scènes inédites, elle laisse également moins de place à la partition de Bob Dylan. Certains s’en réjouiront, d’autres non ! Techniquement, le montage 2005 semble un cran en-dessous de celui de 1988. A chacun donc d’en profiter et de découvrir ces deux versions puis de faire son choix. Toutefois, de part ses qualités techniques et sa plus grande cohérence dans le montage, je conseillerais de découvrir en priorité la version Ted Turner de 1988.


Remerciements à Jeremy Fox (contemporain de Billy the Kid !!) pour ses connaissances illimitées du Far West ;-)

Par François-Olivier Lefèvre - le 28 janvier 2006

Partenariat