Menu
Test dvd

Out of the Blue

DVD - Région 2
Potemkine
Parution : 6 / 9 / 2011

Image

Un an et demi seulement après sa parution dans la collection Serial Polar de Bach Films, on ne pouvait qu'être étonné par l'annonce d'une nouvelle édition par Potemkine du chef-d’œuvre de Dennis Hopper. La première édition étant loin de rendre honneur au film, on imagine que c'est la passion qui a parlé - plus que la raison commerciale - dans ce choix éditorial. Grâce soit donc rendue à Potemkine qui nous offre enfin l'opportunité de (re)découvrir ce film dans des conditions optimales. On note d'emblée la propreté du master ainsi qu'une stabilité d'image qui faisait cruellement défaut à la précédente édition. Également à mettre au crédit de l'éditeur : un très beau rendu des couleurs, un excellent dosage des contrastes qui rend parfaitement lisibles les nombreuses séquences nocturnes, et une compression pleinement satisfaisante. On regrette cependant un certain manque de définition, surtout sensible sur certains plans, mais l'ensemble est d'une très bonne tenue technique et l'on peut saluer le travail de Potemkine qui nous offre en outre un transfert anamorphique absent du DVD Bach Films.

Son

Là encore, Potemkine nous fait oublier la médiocrité de la précédente édition. La bande sonore ne souffre d'aucun souffle ou grésillement, et elle est parfaitement équilibrée. Les voix, les ambiances, les musiques sont toujours claires, impeccablement mixées, et l'on peut enfin goûter pleinement à la musicalité du film, élément essentiel du travail de Dennis Hopper.

Suppléments

Question suppléments, on pouvait espérer que Potemkine répare l'autre grand manquement de la précédente édition, à savoir l'absence du commentaire audio de Dennis Hopper et d'un entretien présents sur l'édition allemande du film. A notre grand regret, le commentaire audio pourtant annoncé est finalement absent. Mais on retrouve bien, en sus de l'introduction par François Guérif déjà présente sur le DVD Bach Films, un entretien fleuve d'1h30 avec le cinéaste.

Présentation du film par François Guérif (9 min 20)
Le directeur de la Collection Rivages Noir raconte de manière synthétique la genèse du film, ou comment Dennis Hopper - dont la dernière réalisation remontait à neuf ans - en est venu à diriger un film dans lequel il ne devait qu'être acteur. Il modifie considérablement le projet, réduisant la place de Raymond Burr (qui dans le rôle du psychiatre devait sauver Cebe et l'aider à surmonter le traumatisme de l'inceste) pour se consacrer uniquement à l'adolescente. C'est également lui qui introduit tout l'aspect musical du film - s'inspirant de sa propre fille alors passionnée par le punk - et modifie du tout au tout une fin qui frappe aujourd'hui encore par sa radicalité. Guérif, qui considère le film comme la plus grande réussite de Hopper, termine en évoquant la très dure réception du film lors de sa sortie et sa mutilation dans de nombreux pays.

Entretien avec Dennis Hopper (82 min)
Dans cet entretien fleuve réalisé au moment de la sortie du film, Dennis Hopper évoque l'ensemble de sa carrière aussi bien devant que derrière la caméra. Porté par les relances et les questions pertinentes d'un journaliste très documenté et cinéphile, Hopper se révèle aussi précis sur son travail que franc et honnête. On apprend ainsi énormément de choses sur ses influences picturales (l’expressionnisme abstrait, Pollock, Magritte), sur l'aspect religieux de ses films, sur ses rencontres (notamment l'influence du cinéaste Bruce Conner sur sa mise en scène), son parcours... Aussi passionnant dans son versant biographique (la jeunesse de Dennis Hopper au Kansas, la naissance de sa vocation) que purement cinéphile cet entretien s'avère un document exceptionnel sur l'acteur réalisateur.

Par Olivier Bitoun - le 10 février 2012