Menu
Test dvd

New York, New York

DVD - Région 2
MGM UA
Parution : 17 / 5 / 2005

Image

L’image offerte est issue d’un master au format respecté 1.66. La copie est très propre et ne présente quasiment aucun défaut de type rayure ou point blanc. Encodé en 4/3, le film bénéficie d’une belle définition tant que votre écran reste configuré sur ce format. Les possesseurs de téléviseurs ou projecteurs 16/9 qui souhaiteraient zoomer l’image y perdront en précision. L’encodage est assez réussi, offrant de beaux contrastes et une colorimétrie splendide. En revanche, on remarque un léger voile parasite de type fourmillement pendant la seconde partie du film (seconde couche du DVD), défaut qui s’accentue sur certains plans fortement bruités. Toutefois ils sont suffisamment rares pour ne pas gâcher l’ensemble !

Son

L’édition française offre quatre pistes remixées en 5.1 (anglais, français, catalan et polonais et non anglais, français, espagnol comme l’indique la jaquette). On aurait pu craindre le pire d’une telle spatialisation mais les effets surround sont quasiment inexistants. Lors des scènes musicales, on entend bien l’instrumentalisation sur les enceintes surround, mais à un niveau très faible. Finalement, la piste 5.1 en v.o. sonne davantage comme un mono offrant un bon équilibre entre les dialogues et les bruits d’ambiance. Les morceaux musicaux bénéficient d’un spectre correct et peuvent être appréciés avec plaisir. Les autres pistes (français, catalan et polonais) sont assez catastrophiques, la piste de dialogues écrasant toute l’ambiance sonore !! Cette édition ne propose pas le mixage sonore d’origine en mono, présent sur le disque zone 1.

Suppléments

Le DVD Zone 2, présenté dans un boîtier amaray avec fourreau, contient deux disques. Le premier est consacré au film et le second aux bonus. Le choix est proposé de voir le film dans sa version originale d’exploitation (132 minutes) ou dans sa version longue issue du remontage de 1981 (163 minutes, version incluant le numéro Happy Endings). Le film est découpé en 32 segments accessibles à partir d’un chapitrage réparti sur 8 pages. Le DVD contient un livret de 5 pages proposant une analyse du film et de nombreuses anecdotes.

Les Bonus sont disponibles sur le second disque. Les suppléments de cette édition sont nombreux, passionnants et sont tous sous-titrés.

Disque 1

1. Commentaire audio par Martin Scorsese et Carrie Rickey (sous-titré en français)
Les deux intervenants ont enregistré leur commentaire séparément. On entend successivement l’un et l’autre. Pendant les 40 premières minutes, Scorsese et Rickey sont très bavards et ne laissent aucune plage de silence. Puis peu à peu, leurs interventions se font plus rares. Rickey est critique de cinéma, ses propos sont essentiellement analytiques et assez intéressants, voir osés (son interprétation des décors est pour le moins audacieuse !!). Pour sa part, Scorsese raconte de nombreuses anecdotes de tournage et cite chaque chanson entendue dans le film en rappelant le nom de son interprète, de son auteur, ou le style auquel elle se rattache. Si l’on connaissait déjà la passion cinéphile de Scorsese, ce commentaire audio met en évidence son goût pour la musique et son érudition en la matière. Il fait également part de ses influences et des racines de son amour pour le cinéma. Il explique aussi la difficulté qu’il a eu à apprécier ce film et raconte que c’est Jean-Luc Godard qui lui a permis d’y porter un jugement plus positif. Pour résumer, c’est un commentaire audio qui fourmille d’informations et qui offre la possibilité d’écouter Scorsese donner une leçon de cinéma (et de musique !!) pendant 2h30.

2. Présentation du film par Martin Scorsese (5’36)
Montage de l’interview accordée par Scorsese dans Les histoires de New York, New York (bonus présent sur le disque 2) : ce document est assez court mais sa concision alliée à la pertinence des propos du cinéaste en font un bon prélude au film ! On retrouve ce supplément sur le second disque.

Disque 2

1. Reportages


1.1
Les histoires de New York, New York Première partie (25’28)
Il s’agit ici de la première partie d’un documentaire qui donne la parole aux créateurs du film sur fond de photographies de plateau et d’extraits du métrage. On y retrouve évidemment Martin Scorsese, toujours aussi bavard et passionné, mais également le duo de producteurs Irwin Winkler et Robert Chartoff racontant leur rencontre, leurs plus grands succès (Rocky c’est eux !!) et la génèse de New York, New York. Tom Rolf qui participa au montage du film et Lazlo Kovacs font également partie des intervenants et évoquent avec fierté leur collaboration avec Scorsese. De nombreux aspects du tournage y sont décrits, notamment la construction des décors, le travail des comédiens ou les hommages rendus par Scorsese à certains grands classiques. On y apprend également de nombreuses anecdotes savoureuses, notamment que la fin de New York, New York fut à l’origine de Round Midnight (1986) du Français Bertrand Tavernier.

1.2 Les histoires de New York, New York Seconde Partie (26’56)
Seconde partie du reportage où l’on retrouve les mêmes intervenants !

1.3 Liza parle de New York, New York (21’12)
Très beau témoignage de Liza Minnelli qui, à travers cette longue interview réalisée pour le DVD, revient sur ces débuts à Hollywood et sur son éducation. Elle évoque son enfance auprès de ses parents avec une émotion palpable et parle ensuite de son travail sur New York, New York. On la sent admirative et fier d’avoir participé à ce projet et ne cesse de vénérer Martin Scorsese et Robert De Niro. Elle explique certaines techniques utilisées par Scorsese pour diriger son jeu et rappelle quelques anecdotes croustillantes dont nous vous laissons la surprise !

1 .4 Présentation de New York, New York par Martin Scorsese (5’36)
Il s’agit de le même présentation que celle présente sur le premier disque !

2. Scènes de New-York New-York


2.1 Commentaires
de scènes supprimées par Lazlo Kovacs
Le directeur de la photographie du film commente certaines scènes présentes dans le film (et non pas supprimées comme l’indique le titre du bonus !!).
- Séquence d’ouverture (3’00) : Kovacs explique notamment la difficulté du plan avec le néon en forme de flèche et décrit l’utilisation des grues.
- Le Up Club (2’33) : cette scène du club avec les néons rouges est analysée du point de vue de l’éclairage et de la difficulté engendrée par l’utilisation des rouges.
- Le Monde Tourne (04’10) : L’enregistrement de la chanson The World Goes Round est raconté ici par Kovacs qui souligne notamment le fait que c’est une prise directe. Il rappelle à cette occasion le talent "hors norme" de Liza Minnelli.

2.2 Angles alternatifs et scènes supprimées (40’12)
Ce document regroupant près de 40 minutes de scènes coupées est un trésor pour tous les amoureux du film. Non seulement, il offre la possibilité de découvrir des séquences inédites (il y a par exemple cette superbe prise où Liza Minnelli chante à la "Peggy Lee") mais il montre également des prises alternatives, permettant ainsi de mesurer la place prise par l’improvisation dans les scènes de comédies (certaines prises sont répétées et montrées à la suite). De plus, ce documentaire est entièrement sous-titré. Un pur bonheur !

2.3 Fin alternative (1’24)
Il s’agit ici de la fameuse fin conseillée par George Lucas. On y voit Fran et Jimmy repartir ensemble et parlant de leur enfant. Il est clair qu’en intégrant ce final, le film aurait connu un vif succès populaire !

3. Galerie de photos
- Recherche et Conception : environ 20 clichés de décors.
- Sur le Plateau : 5 photographies de plateau noir&blanc ou couleur dont une où l’on voit Scorsese, Liza et Vincente Minnelli ensemble sur le tournage.
- Affiches Internationales : quelques reproductions des posters d’origine. L’un d’entre eux rappelle l’affiche de Sur les Quais (Elia Kazan).
- Couvertures de magazines de Liza Minnelli : comme son nom l’indique, ce supplément permet de voir des couvertures de magazine people avec Liza Minnelli. Le film était manifestement l’événement du mois de juin aux USA.
- Matériel promotionnel : environ 15 photographies de plateau où l’on peut voir Scorsese "at work".

4. Storyboards
Encore un document rare et précieux qui montre certaines pages du storyboard de Martin Scorsese (scène d’ouverture et de la chanson New York, New York notamment). Ce supplément démonte la légende selon laquelle New York, New York est le seul film sur lequel Scorsese n’aurait pas fait de storyboard !

5. Bandes-annonces
Deux bandes-annonces sont proposées ici. La b.a. cinéma d’origine (3’25'') qu’il faut éviter de regarder avant le film (c’est un résumé de l’intégralité de l’histoire !!) et la b.a. teaser (2’05'') qui permet de voir des extraits du film en écoutant la chanson New York, New York.

Conclusion :

Contrairement à de nombreux titres proposés en zone 1 et zone 2, New York, New York est présenté dans une édition zone 2 de qualité éditoriale nettement supérieure. D’un point de vue technique, les deux disques permettent de revoir le film dans de bonnes conditions. Certes, les "ayatollas" des versions d’origine reprocheront au DVD français de ne pas offrir de piste mono. Néanmoins, le mix 5.1 est très peu spatialisé et ne diffère que très légèrement du mono. Au niveau des bonus, le DVD Zone 2 avec ses deux disques enterre définitivement son homologue américain grâce à des suppléments passionnants, plus riches et intégralement sous-titrés. Le DVD zone 2 se présente donc comme la version Collector de référence.

En 2007, nous fêterons le trentième anniversaire du film, et l'on peut toujours rêver d’une nouvelle édition avec un master 16/9 et des interventions de Robert De Niro dans les bonus...

Par François-Olivier Lefèvre - le 18 mai 2005