Menu
Test dvd

Les Temps modernes

DVD - Région 2
Mk2
Parution : 5 / 11 / 2003

Image

Durant le festival de Cannes 2001, Marin Karmitz, président du groupe de cinéma MK2, annonçait l’acquisition de tout le catalogue Chaplin. Le but de l’opération, montée en étroite collaboration avec la famille Chaplin, était de faire redécouvrir le cinéma de celui qui fut l’un des plus grands cinéastes au monde. Cet hommage passait donc par de nouvelles éditions DVD nécessitant une profonde remasterisation numérique des œuvres de Chaplin. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que MK2 a fait les choses en grand pour rendre ses lettres de noblesses à ce réalisateur de génie.

Tout d’abord, en ce qui concerne l’image, MK2 est reparti de zéro pour nous proposer la plus grande qualité possible. Et le résultat saute aux yeux dès les premiers instants. La copie est superbe. Tout a été retravaillé minutieusement, le blanc est d’une pureté à toute épreuve, le gris est profond ; bref tout cela est d’une richesse assez surprenante. De même pour la compression qui se révèle d’une incroyable qualité et est exempte de tout défaut. Il n’en va pas autrement pour la définition, elle aussi très travaillée, laissant apparaître avec une précision chirurgicale tous les détails jusque dans leurs moindres recoins. Quelques imperfections subsistent néanmoins comme quelques points blancs non gommés ainsi que certaines taches, mais c’est bien là le seul défaut que l’on puisse trouver à cette image pour le moins sublime.

Son

Le son est lui aussi de très bonne facture. L’éditeur, en plus de nous livrer le mono d’origine, nous offre une piste remixée en 5.1. Pas d’une grande utilité pour un film comme celui là, diront certains, mais elle se révèle au final assez étonnante. Bien que surtout portée sur les canaux avants, la piste exploite aussi à bon escient les arrières notamment lors des multiples thèmes musicaux, tout en restituant également les divers effets du film. Le mono quant à lui ne souffre d’aucun défaut majeur : l’ensemble est net et dynamique, le tout étant restitué avec beaucoup de clarté.

Suppléments

Au niveau technique donc, cet ensemble enterre définitivement les précédentes éditions existantes.
Le superbe travail de MK2 ne s’arrête pas là. Après un travail technique sans faute, l’éditeur nous livre une flopée de bonus. Et la qualité est aussi au rendez-vous. Tous les bonus sont présentés sur un deuxième DVD, indépendant du film.

Préface de David Robinson (6’)
Une préface de 6 minutes par l’auteur de la biographie Chaplin, sa vie, son art, qui replace le film dans son contexte historique et montre les ambitions de Chaplin à entrevoir un tel film (langue française sous-titrée en anglais, italien, espagnol.)

Documentaire Chaplin aujourd’hui : Les temps modernes (26’)
Un reportage réalisé par Philippe Truffault, Luc et Jean Phillipe Dardenne. Ces derniers parlent de l’aspect documentaire du film en y abordant les thèmes essentiels du cinéma de Chaplin plus particulièrement mis en relief dans Les temps modernes. Ils reviennent, entre autres, sur plusieurs scènes essentielles, replacent le film par rapport au reste du cinéma hollywoodien ou encore s’attardent sur l’enfance de Chaplin. Mais ils insistent principalement sur le fait que Les temps modernes est avant tout une histoire d’amour. Autre aspect intéressant de ce documentaire, il est appuyé par des images d’archives qui montrent la fin qui était prévue au départ, celle où Paulette Goddard devenait nonne. Ce reportage est vraiment assez passionnant (français non sous-titré)

Pour la première fois / Por primera vez (10’)
Documentaire cubain de 10 minutes, son réalisateur nous entraîne au cœur d’un village où les gens qui n’ont jamais vu un film et ne connaissent pas le cinéma apprennent à le découvrir grâce à un cinéma mobile qui diffuse Les temps modernes. Sincère et émouvant.

Dans les coulisses de l’âge des machines (42’)
Ce bonus constitue un des gros morceaux du DVD. Entièrement muet et divisé en plusieurs chapitres, ce documentaire met en évidence les craintes de Chaplin face à l’industrialisation de son pays : chômage, travail à la chaîne, problème des salaires… Le documentaire commence par montrer l’ascension fulgurante de l’industrie nouvelle en n’oubliant pas les problèmes ultérieurs dus à une croissance si rapide : pertes humaines aussi bien que matérielles. Les soucis à venir sont donc mis en avant dans ce documentaire, ces mêmes soucis qui préoccupent Chaplin au point d’y consacrer un film. Produit par le service des droits des femmes du Ministère du Travail des Etats-Unis, ce bonus met également en avant les problèmes d’égalité hommes/femmes, ces dernières n’ayant pas des conditions de travail équitables à leurs homologues masculins. Le film montre toutes les difficultés d’accès aux femmes à un travail correct, il aborde le travail précaire, tout en soulevant le problème de l’équité salariale. Même si muet, un reportage fort intéressant préférant s’appuyer sur la force de ses images.

Scène coupée (5’)
Une scène muette intitulée Le feu rouge met au prise Charlot et un gendarme, ce dernier empêchant Charlot de traverser n’importe quand, confondant les indications stop/go du feu. Cette scène était prévue juste avant la première rencontre entre Charlot et la gamine, mais Chaplin la supprima, jugeant que, bien qu’amusante, elle ne faisait pas avancer l’intrigue.

Symphony in F (9’)
D’une durée de 9 minutes, ce bonus musical en couleurs est en fait un film publicitaire qui montre l’organisation du travail Fordien au travers du processus de production d’un véhicule Ford. Les rares moments parlants sont sous titré en français.

Chanson complète (4’)
L’intégralité de la chanson de Charlot lors de la scène du restaurant. En effet Chaplin coupa le dernier couplet lors de la reprise du film en 1954, ayant peur que cette version longue de sa chanson lasse le public.

Karaoké (4’)
Le charabia de Charlot lors de la scène du restaurant en version karaoké qui montre toute l’inventivité de Chaplin.

Smile (4’)
Le plus grand thème musical de Chaplin joué par le pianiste Liberace.

Galerie de photos
250 photos divisées en 8 galeries. Certaines photos sont tirées du film, d’autres proviennent de scènes coupées, de la post production ou encore des dessins préparatoires.

Affiches de film
Plus d’une vingtaine d’affiches réparties selon le pays ou l’époque.

Bandes-annonces du film (6’)
Les bandes-annonces française, britannique et allemande, le tout en version originale.

Extraits de films de la collection Chaplin (23’)
Des extraits, d’une durée de plus ou moins 2-3 minutes, des films de la collection Chaplin, en versions originales. Ces extraits sont tirés de : Le kid, L’opinion publique, La ruée vers l’or, Le cirque, Les lumières de la ville, Les temps modernes, Le dictateur, Monsieur Verdoux, Les feux de la rampe, Un roi à New York.

CONCLUSION : le tout est au final présenté dans un très beau digipack. Pour les inconditionnels, il existe aussi une édition limitée présentée dans un packaging carré de couleur noire du plus bel effet, proposant en plus du DVD 6 photos de qualité issues des archives Chaplin ainsi qu’un livret illustré de 24 pages.

Par Jim Stark - le 16 septembre 2003