Menu
Test dvd

Les Révoltés de l'an 2000

DVD - Région 1
Dark Sky Films
Parution : 26 / 6 / 2007

Image

L’édition d’une version enfin complète du film par Dark Sky Films avait été une bénédiction pour tous ceux qui attendaient une occasion de découvrir le film, et le soulagement avait peut-être suscité un sursaut d’indulgence, tant ce qui fut souvent salué comme une grande réussite nous semble être simplement de l’ordre du très correct. Certes, le rendu des couleurs est souvent impressionnant et rend justice à la photo de José Luis Alcaine, mais le négatif utilisé n’est pas exempt de défauts : quelques griffures, sautes ou problèmes mineurs d’étalonnage dans certains raccords sont à signaler, et la définition en elle-même laisse parfois à désirer (certains mouvements de caméra bavent un peu). Ne nous méprenons pas toutefois, l’ensemble demeure plus qu’acceptable.

Son

Le DVD Z1 ne propose que deux pistes sonores : une version intégralement en espagnol, et ce qui est présenté comme la version anglaise, mais qui est en fait la version originale à privilégier. En effet, les deux principaux comédiens du film, anglophones, parlent entre eux en anglais, et seul Tom s’adresse en espagnol aux locaux, ces passages étant alors sous-titrés en anglais. Dans la version espagnole (elle entièrement sous-titrée en anglais), Evie devient hispanophone, ce qui provoque quelques adaptations curieuses dans les dialogues, et surtout de réels problèmes de post-synchronisation. La qualité de ces deux pistes est assez inégale, et certains dialogues sont entièrement couverts par la musique parfois envahissante de Waldo de Los Rios. Du coup, quelques séquences offrent, entre la piste musicale, les cris et les bruitages, un crescendo sonore assez assourdissant si le volume n’est pas régulé. L’équilibre des basses est également parfois mal géré. Des pistes suffisantes en ce qu’elles permettent de suivre le film donc, mais vraiment guère plus…

Suppléments

Outre une anecdotique galerie d’images proposant un panel assez varié d’affiches du film (dont l’une en double programme avec The Evictors de Charles Pierce), le DVD propose en supplément deux interviews :

Who could shoot a child ? est un entretien d’une quinzaine de minutes avec José Luis Alcaine, chef-opérateur du film depuis devenu le fidèle collaborateur de Pedro Almodovar. Agréable, l’homme évoque sa rencontre avec Serrador, survenue 17 ans avant le tournage, lorsqu’Alcaine alors adolescent, développait pour son père des négatifs dans une boutique de Tangier où Serrador venait en tant que jeune client. Il évoque ensuite les consignes de Serrador sur cette photo très lumineuse et la plus réaliste possible, en évoquant les difficultés rencontrées à l’étalonnage pour rendre compatible les lumières propres à chaque lieu de tournage, que ce soit la lumière méditerranéenne très humide de Minorque ou celle, beaucoup plus sèche, du centre de l’Espagne. Un supplément très pédagogique donc pour qui s’intéresse au travail de la lumière.

Child Director est lui un entretien de 9 minutes, daté de 2007 tout comme le précédent, avec le réalisateur Narciso Ibanez Serrador. Y sont évoquées les différences entre le roman de Juan José Plans et son film, et confirme que le projet était né après avoir constaté que les enfants étaient constamment les victimes de la violence des hommes (guerres, famines…) et s’être interrogé sur ce qui se passeraient s’ils décidaient de se retourner contre leurs bourreaux. Le cinéaste parle également des difficultés concernant les lieux de tournage et de ses rapports avec ses comédiens, avouant ne pas trop aimer l’interprétation de Lewis Fiander et confirmant qu’il aurait voulu Anthony Perkins – comme caution hitchcockienne ? - pour le rôle.

Par Antoine Royer - le 10 juin 2008