Menu
Test dvd

Les Quatre cents coups

DVD - Région 2
Mk2
Parution : 20 / 2 / 2002

Image

Le film est achetable à l’unité ou dans un coffret regroupant les quatre long-métrages Truffaut/Doinel. Il est publié dans la collection Mk2 dont la qualité du travail éditorial commence à être reconnue dans le petit monde du DVD. Et ce dernier ne fait pas exception à la règle. Attention les mordus, on s’accroche !

Sur une première face, le film dans une superbe copie restaurée. Restent bien quelques points et tâches ici ou là, une compression MPEG parfois visible en arrière plan dans certaines séquences, mais ce serait vraiment chercher la petite bête à un DVD de haute tenue. La qualité du contraste N&B est un hommage vibrant à la photographie de Decae, et il suffit de se rendre sur la scène du Guignol pour se rendre compte de la beauté du master. On se croirait alors devant une reproduction haute-qualité d’un tirage de Doisneau.

Son

Le son Mono est d’une belle clarté. Rien à redire, tant sur le film que sur le court-métrage.

Suppléments

Présentation du film par Serge Toubiana (5') : une introduction précise et bourrée d’anecdotes par l’ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, et actuel directeur de la collection Mk2. Sur une succession de photogramme, le propos de Toubiana est divisé en quelques thèmes majeurs qui viennent s’inscrire à l’écran. Instructif. A noter, c’est appréciable, que Toubiana nous épargne tout spoiler intempestif ;-)

Le film commenté par Robert Lachenay, camarade d’enfance de François Truffaut et modèle avoué du petite René dans Les 400 Coups - accompagné de Serge Toubiana qui oriente les débats. Un commentaire émouvant mais pas forcément instructif sur le plan cinématographique, Lachenay se contentant surtout d’évoquer Truffaut adolescent et les analogies entre la réalité et le film. Reste une mine d’infos, malgré quelques silences parfois gênants et de rares trous de mémoire. Heureusement Toubiana sait remettre le tout sur de bons rails quand le besoin s’en fait sentir. A noter que Robert Lachenay fait de la figuration dans la séquence de la visite à la maison de discipline.

Sur la seconde face…

Superbe bonus que le court métrage des Mistons (1957 - 17'), qui, c’est à noter, n’est pas bêtement présenté en face B mais mis en valeur par une présentation de Serge Toubiana (5’) sur le même modèle que pour le long métrage, plus un commentaire audio véritablement passionnant de Claude de Givray, ami, collaborateur, monteur et producteur de Truffaut sur Les Mistons. Ce dernier s’attarde autant sur la vie de Truffaut que sur les aspects purement cinéma du court. Bref, une perle rare que ce CM mettant en scène Gérard Blain et Bernadette Lafont, et qui démontre déjà de nombreuses facettes du talent de Truffaut, ainsi que certains de ses thèmes de prédilection.

Bouts d’essai des comédiens (1958 - 06'28") le plus beau et le plus émouvant des bonus de ce riche DVD. Il faut voir Léaud dire qu’il est venu "parce qu’on cherchait un adolescent gouailleur". Peu importe la qualité toute relative de ces rushes, c’est un vrai bonheur de voir Jean-Pierre Léaud, Patrick Auffay et Richard Kanayan se donner à la caméra en toute décontraction, ce dernier se lançant dans une imitation impayable d’Aznavour. DU BONHEUR EN BARRE !

Portrait de François Truffaut (1961 – 24'50") Parsemé d’interviews de Truffaut en 1961, ce documentaire d’époque retrace la carrière de Truffaut spectateur, puis du journaliste, du cinéaste et de son rôle dans la Nouvelle Vague. Un documentaire comme on en faisait il y a quarante ans : qui prend son temps, n’hésite pas à creuser son sujet et ne manque pas d’intérêt, loin de toute promo.

Jean-Pierre Léaud à Cannes (1958 – 05'56"). Petit reportage composé d’interviews de Léaud à 14 ans , lors de la présentation du film à Cannes. On en apprend un peu plus sur la "méthode de travail" de Léaud jeune acteur. Très intéressant et là encore, loin des featurettes actuelles.

Bande-annonce (3'50"). Une bande-annonce d’époque, assez amusante et dont le style semble inimaginable aujourd’hui (cf. le rôle de la voix-off).

Par Xavier Jamet - le 2 mars 2009