Menu
Test dvd

Les Grandes gueules

DVD - Région 2
Opening
Parution : 3 / 10 / 2000

Image

Le DVD est, comme le film, une petite édition, avec ses bonnes et ses mauvaises surprises.
Tout d’abord l’image : elle est au format original, en 16/9 - 2.35, ce qui accentue l’ambiance westernienne. C’est plutôt une bonne nouvelle, quand on sait que les diffusions télévisées sont presques toutes recadrées en Pan & Scan (odieux procédé qui consiste à couper purement et simplement l’image sur ses bords afin de la faire contenir dans une surface réduite de moitié). Par contre, la qualité technique de la copie laisse un peu à désirer. En effet, le master est terne, et un léger voile couvre l’écran durant toute la durée du film. Les couleurs sont délavées, mais cela donne un aspect un peu plus crasseux et sale qui correspond à l’esprit du film, et qui est vite oublié par le spectateur. L’étalonnage semble avoir été oublié, et ne vous étonnez pas si votre image change légèrement de teinte d’une scène à l’autre.

Son

Le son est en mono d’origine qui se révèle propre et audible. Mais ne vous attendez pas à du DTS ou du THX. De toute façon, ça n’aurait pas été dans l’esprit du film.

Suppléments

En supplément, quelques filmographies et photos de tournage viennent agrémenter le tout. Mais le meilleur bonus est l’entretien de près de 20 minutes, enregistré en 2000 spécialement par Opening, et qui se révèle véritablement passionnant. On découvre alors que le scénariste-écrivain-réalisateur raconte les anecdotes et la genèse des Grandes Gueules comme dans son film, avec humilité, nostalgie et authenticité. Il faut signaler que les bonus ne sont pas indiqués sur la jaquette qui n’est pas franchement étincelante. On aurait préféré la sobriété d’une affiche originale, mais c’est vraiment pour chercher des choses à redire. De plus, il est dommage que l’éditeur n’ait pas inséré la bande-annonce d’époque. Cela aurait pu donner une idée de la manière dont le film a été présenté au public (film d’action, western, drame, etc. ?).

Par Homergana - le 25 mars 2003