Menu
Test dvd

Les Douze salopards

DVD - Région 2
Warner
Parution : 28 / 6 / 2006

Image

Il nous aura fallu attendre longtemps avant d'avoir une édition entièrement satisfaisante des Douze Salopards, mais ce double DVD est à ce jour la meilleure : une image charnue, qui conserve juste ce qu'il faut de grain pour ne pas paraître asseptisée, des couleurs franches sans être trop vives, une copie de belle qualité, une compression sans défaut, bref un travail d'excellente qualité. Ajoutons un cadrage plus respectueux du format original, et on pourra dire qu'on tient là une édition de référence.

Son

Ne fuyez pas en lisant que la bande son a été remixée en 5.1. Issue des copies 70 mm, cette version est dynamique, riche en basses, et concentre l'essentiel des effets sur les voies avant, évitant ainsi d'obtenir un son dénaturé, éloigné de l'original. Les nostalgiques des lointains Dimanche soirs sur TF1 seront également ravis de retrouver une bonne vieille VF en mono.

Suppléments

Disque 1

Introduction by Ernest Borgnine :
présentation sympathique du film par l'acteur, qui rappelle quelques annecdotes connues sur le tournage.

Commentaire audio : les propos du capitaine Dale Dye, de l'historien du cinéma David J. Show, du producteur Kenneth Hyman, de l'auteur E.M. Nathanson et des acteurs Jim Brown, Trini Lopez, Stuart Cooper et Colin Maitland sont montés pour donner un commentaire précis, détaillé et vivant, riche en annecdotes sur le tournage.

Operation Dirty Dozen : là, je vous renvoie aux propos de Susie Derkins.

Theatrical Trailer

Disque 2

The Dirty Dozen : Next Mission :
Attention, c'est du lourd ! Une suite/remake en forme de téléfilm capté mollement par le vétéran du genre Andrew McLaglen, tout en zooms et grisaille derickienne dans lequel Lee Marvin, Ernest Borgnine et Richard Jaeckel reprennent leurs rôles, vingt ans après - et quelques semaines plus tard dans l'histoire. Même si l'on ne doute pas que certains se procureront cette édition uniquement pour le (re)voir, on ne peut que vous encourager à ne pas perdre votre temps.

Armed and Deadly : the Making of The Dirty Dozen - 30 mn 54 : les acteurs survivants, ainsi que quelques spécialistes d'Aldrich et du film de guerre, retracent l'historique des Douze Salopards. Ils replacent tout d'abord le film dans son contexte historique, en tant que rupture avec le cinéma héroïque traditionnel où la notion de sacrifice domine. Ils reviennent ensuite sur le casting : comment le rôle de Lee Marvin devait être à l'origine tenu par John Wayne, qui préféra aller faire ses Berets Verts - pas de chance, Duke ! On y apprend aussi que c'est Frank Sinatra qui, au vu du retard pris par le tournage, conseilla à Trini Lopez de quitter le plateau afin de privilégier sa carrière... et voilà pourquoi son personnage se brise le coup en sautant en parachute. Tous rendent un hommage appuyé à Robert Aldrich, qui malgré la promesse d'une nomination aux Oscars, refusa de couper la scène où Jim Brown jette des grenades dans la cave où sont enfermés les allemands. "War is Hell"...

The Filthy Thirteen : Real Stories from Behind the Lines - 47 mn 09 : E.M. Nathanson revient sur ses "sources" et son enquête sur les commandos suicide de l'armée américaine ; à l'arrivée, un segment fort intéressant, riche en témoignages.

Marine Corps Combat Leadership Skills - 29 mn 38 : Etrange supplément que voilà ! Il s'agit d'un film de recrutement pour le corps des Marines, datant du débu des années 80 et présenté par Lee Marvin en personne. Si de nombreuses images d'entraînement font bien entendu songer à Full Metal Jacket - le rasage, les dortoirs -, ce film n'occulte en rien la réalité du terrain. Un objet de curiosité.

Aucun de ces suppléments n'est sous-titré.

Test technique de Franck Suzanne.

Par Franck Suzanne - le 20 mai 2004