Menu
Test dvd

Le Virginien : Saison 1 / vol.2

DVD - Région All
Elephant Films
Parution : 14 / 1 / 2015

Image

Ce 2ème volume de 5 DVD contient 10 épisodes de 72 minutes chacun :

  • 1.11 The Devil's Children (Les Enfants du diable) réalisé par William Witney : 6.5/10
  • 1.12 Fifty Days for Moose Jaw réalisé par Maxwell Shane : 7.5/10
  • 1.13 The Accomplice (L'accusatrice) réalisé par Maurice Geraghty : 6.5/10
  • 1.14 The Man from the Sea (Tu as gâché ma vie) réalisé par Herschel Daugherty : 7/10
  • 1.15 Duel at Shiloh (Duel à Shiloh) réalisé par Jerry Hopper : 7/10
  • 1.16 The Exiles réalisé par Bernard Girard : 6.5/10
  • 1.17 The Judgement (Le Verdict) réalisé par Earl Bellamy : 8/10
  • 1.18 Say Goodbye to all that (Le Grizzly) réalisé par William Witney : 6/10
  • 1.19 The Man who wouldn't Die (Le Mort a disparu) réalisé par David Friedkin : 6/10
  • 1.20 If you have Tears (C'est moi qui l'ai tué) réalisé par Richard L. Bare : 7.5/10

Comme pour le premier coffret, l'éditeur Elephant Films a pu obtenir les masters utilisés par Timeless Media Group en 2010 pour le marché américain en réussissant à gommer la dérive vers les verts de cette précédente édition (voir pour preuve les tests comparatifs de Cole Armin sur Westernmovie). Le tout est fort bien restauré et au bon format 1.33 - 4/3. Certes ici encore, sur l'ensemble des épisodes contenus dans le coffret -, quelques-uns s'avèrent un peu plus propres que d'autres (Duel at Shiloh est quasi parfait), des taches, lignes verticales et griffures persistent ici et là, certains plans ont moins bien que d'autres résisté à l'usure du temps -souvent des plans d'ensemble en extérieurs parmi lesquels il doit se trouver de nombreux stock-shots-, mais le confort de visionnage de l'ensemble reste globalement plus que satisfaisant avec sur certains plans une définition parfois impressionnante de précision. Du très beau travail ! Pour s'en rendre compte, il suffit d'aller jeter un oeil sur les captures à raison de 8 captures par épisodes : les titres des épisodes n'apparaissant pas à l'écran avant le milieu de cette mi-saison, la première capture de chacun d'entre eux correspond à sa guest star. A partir du troisième coffret, le titre fera office de 'coupure' entre chaque épisode.

Son

Seuls les épisodes 12 et 16 de ce deuxième tiers de saison ne sont proposés qu'en VOSTF. Pour ceux disposant de la VF, certaines séquences basculent de temps à autre sur la VO, l'ORTF ayant pour différentes raisons - censure et autres - décidé à l'époque de les supprimer, notamment pour raccourcir la durée des épisodes. Un ensemble vraiment très bien conservé, clair et dynamique, même si des baisses d'intensité viennent se faire parfois entendre comme par exemple durant les fins des épisodes la fin des épisodes 12 et 19 ou encore sur la première séquence réunissant Britt Lomond et James Drury dans l'ultime épisode du coffret. On ne peut pas être aussi positif en ce qui concerne les VF d'origine qui font leur âge sans cependant qu'elles ne soient inaudibles ; loin de là ! A signaler enfin que les sous-titres sont facultatifs -une aubaine pour les anglophiles-, qu'ils sont parfois un peu fantaisistes dans leur traduction -sans que ce ne soit du tout rédhibitoire- et que même les chansons en bénéficient (voir épisode 16)... ou pas (voir épisode 20 sur celles interprétées par Nancy Sinatra).

Suppléments

5 bandes-annonces d'autres séries éditées par Elephant Films (voir ci-dessous) ainsi que la suite d'un entretien avec l'acteur James Drury (22 min) effectué en 2010 pour la sortie de la série en DVD aux USA, et que l'éditeur français a bien évidemment sous-titré. Ici il revient sur quelques comédiens qui n'avaient pas encore fait leur apparition dans le premier coffret - comme Clu Galagher - mais aborde surtout le fait d'avoir toujours lutté afin que e "show" soit toujours d'égale qualité, refusant de venir sur le plateau lorsqu'il n'obtenait pas ce qu'il voulait ou si les producteurs avaient décidé de rogner les budgets. Il parle aussi beaucoup des valeurs et du côté "moralisateur" de la série et du western en général sans que dans sa bouche le mot ne soit péjoratif, très américain dans sa façon de concevoir la lutte entre le bien et le mal ; heureusement, la série est un peu moins manichéenne que ce que l'on pourrait croire à l'entendre. Un homme très franc et assez attachant qui pense que ce qui a tué le western est un film qu'il apprécie pourtant beaucoup, Blazzing Saddles de Mel Brooks. Enfin, il est assez émouvant de le voir conclure en remerciant avec chaleur et sincérité l'éditeur grâce auquel la série a pu être proposée en DVD.

De nouveau un grand merci à Elephant Films de s'être lancé dans l'édition complète de cette superbe série ! Plus qu'à se précipiter sur la suite !

En savoir plus

Par Erick Maurel - le 26 mai 2017