Menu
Test dvd

Le Virginien : Saison 1 / vol.3

DVD - Région All
Elephant Films
Parution : 25 / 3 / 2017

Image

Ce 3ème volume de 5 DVD contient 10 épisodes de 72 minutes chacun :

  • 1.21 The Small Parade réalisé par Paul Nickell : 7.5/10
  • 1.22 Vengeance is a Spur (Vengeance) réalisé par Robert Ellis Miller : 6/10
  • 1.23 The Money Cage réalisé par Alan Crosland Jr. : 7/10
  • 1.24 The Golden Door réalisé par John Brahm : 6/10
  • 1.25 A Distant Fury (Libération anticipée) réalisé par John English : 5.5/10
  • 1.26 Echo of Another Day (Lui ou moi) réalisé par William Graham 7.5/10
  • 1.27 Strangers at Sundown réalisé par David Friedkin : 7/10
  • 1.28 The Mountain of the Sun réalisé par Bernard McEveety : 6.5/10
  • 1.29 Run Away Home (Escapade) réalisé par Richard L. Bare : 7/10
  • 1.30 The Final Hour réalisé par Robert Douglas : 5.5/10

Comme pour les deux coffrets précédents, l'éditeur Elephant Films a pu obtenir les masters utilisés par Timeless Media Group en 2010 pour le marché américain en réussissant à gommer la dérive vers les verts de cette précédente édition (voir pour preuve les tests comparatifs que Cole Armin avait effectués sur Westernmovie à propos des premiers coffrets). Le tout est fort bien restauré et au bon format 1.33 - 4/3. Certes, ici encore sur l'ensemble des épisodes contenus dans le coffret, quelques-uns s'avèrent un peu plus propres que d'autres, des taches, lignes verticales et griffures persistent ici et là, certains plans ont moins bien que d'autres résisté à l'usure du temps - souvent des plans d'ensemble en extérieurs parmi lesquels il doit se trouver de nombreux stock-shots ainsi que d'étranges zooms dont on dirait qu'ils ont été artificiellement ajoutés à la restauration (notamment sur le visage de R.G. Armstrong vers la fin de The Small Parade) -, mais le confort de visionnage de l'ensemble reste globalement plus que satisfaisant avec sur certains gros plans une définition parfois impressionnante de précision. Du très beau travail ! Pour s'en rendre compte, il suffit d'aller jeter un oeil sur les captures à raison de huit par épisodes.

Son

Six épisodes de ce troisième tiers de saison ne sont proposés qu'en VOSTF. Pour ceux disposant de la VF, certaines séquences basculent de temps à autre sur la VO, l'ORTF ayant pour différentes raisons - censure et autres - décidé à l'époque de les supprimer, notamment pour raccourcir la durée des épisodes. Ceux disposant de la VF ont leur titre français entre parenthèses dans la liste ci-dessus. Un ensemble vraiment très bien conservé, clair et souvent dynamique, même si des baisses d'intensité viennent se faire parfois entendre (au milieu de l'épisode 22 par exemple, lors de la longue conversation entre Michael Rennie et James Drury ou encore pendant 5 bonnes minutes de l'avant dernier épisode, Run Away Home) et si certaines traductions laissent à désirer au point de rendre quelques dialogues un peu obscurs (quelques scènes avec Arthur Hunnicutt dans Strangers in Sundown). Les VF d'origine font leur âge sans cependant qu'elles ne soient inaudibles ; loin de là ! A signaler enfin que les sous-titres sont facultatifs - une aubaine pour les anglophiles -, qu'ils sont parfois un peu fantaisistes dans leur traduction - sans que ce ne soit du tout rédhibitoire.

Suppléments

Au menu de ces suppléments : des bandes-annonces d'autres séries de l'éditeur (voir la liste ci-dessous), des liens internet ainsi qu'une interview de Roberta Shore d'une vingtaine de minutes. L'actrice, qui avait alors à peine 16 ans et qui n'est restée que durant trois saisons - avant de se marier et d'arrêter son métier de comédienne -, se remémore d'abord sa carrière à la télévision puis ne tarit pas d'éloges sur la série, sur ses partenaires, sur les réalisateurs et cameramen ainsi et surtout que sur Lee J. Cobb avec qui elle s'entendait à merveille. Elle revient aussi sur sa rencontre avec différentes guest stars dont celles qui lui ont laissé le meilleur souvenir, Vera Miles ainsi que Robert Redford qu'elle avait eu la chance de pouvoir embrasser pour les raisons du tournage : pour une jeune adolescente, il y avait de quoi rendre jalouses toutes ses copines à l'époque !

Comme pour les précédents coffrets, le test sera affiné si besoin est au fur et à mesure du visionnage complet des épisodes. Ce premier jet a été fait à partir d'un rapide zapping de l'ensemble. Quoi qu'il en soit, nous remercions à nouveau Elephant Films d'avoir pu nous proposer ce grand moment de télévision en espérant qu'il pourra poursuivre jusqu'au bout des neuf saisons !

A signaler une erreur d'illustration à l'arrière du coffret : l'une des photos est tirée de Coups de feu dans la Sierra de Sam Peckinpah au sein duquel James Drury interprète la pire des ordures.

En savoir plus

Par Erick Maurel - le 1 juillet 2017