Menu
Test dvd

Le Roi et l'oiseau

DVD - Région 2
Studio Canal
Parution : 25 / 11 / 2003

Image


Le double DVD édité par Studio Canal est exemplaire. D’un point de vue design, les deux disques sont présentés dans un fourreau cartonné très réussi avec une couverture en relief. Les menus sont pour leur part admirables : animés, en musique, ils rendent un bel hommage au film. Ainsi le chapitrage découpé en 14 segments offre des petites fenêtres animées qui s’ouvrent avec un rideau rouge. Et cerise sur le gâteau, un chapitre supplémentaire est offert : c’est la danse du petit clown.
Une autre édition est proposée par Studio Canal éditions. Présenté dans un boîtier carré, le double DVD est agrémenté d'un CD reprenant quelques morceaux de la B.O du film et de très belles lithographies. Un beau cadeau de Noël …

La restauration du Roi et l’oiseau a été relayée par la presse. Supervisée par Béatrice Valbin, cette opération a pris près de deux années et demi (de janvier 2001 à juillet 2003) pendant lesquelles chaque image a été retravaillée avec minutie. Le résultat de cet ouvrage de titan est tout simplement admirable : jamais le Roi et l’Oiseau n’a été vu dans de telles conditions. Ni trop criardes ni délavées, les couleurs sont justes et rendent un bel hommage au travail de Grimault et de ses coloristes. On note cependant quelques légères variations de colorimétrie (les cheveux du peintre au début qui deviennent soudain plus clairs) mais je suis prêt à parier que ce type de nuances était présentes sur le master original. N’oublions pas que Grimault a retravaillé sur le film de 52 en y incluant de nouvelles images qui peuvent expliquer ses fluctuations dans les couleurs ! D’autre part, la définition est somptueuse : toujours détaillée, elle n’est jamais prise en défaut et aucun artefact de numérisation n’est à signaler. Bref, l’image est en tout point parfaite et il faut en féliciter Béatrice Valbin. Sans cette artisan passionnée, vous n’auriez pas la chance de voir le Roi dans ces conditions.

Son

Deux bandes sonores sont proposées. Celle qui nous intéresse le plus est évidemment la piste française d’origine. En stéréo, elle n’apporte pas la spatialisation d’une bande 5.1 mais elle reste fidèle à l’original et nous n’en demandons guère plus ! Parfaitement claire, ce mix son permet aux voix de se détacher avec clarté et à la musique de Kilar de s’exprimer avec ampleur. Quand on connaît la partition de piano écrite pour ce film, l’écouter en qualité numérique et stéréo est un vrai délice … A côté de cette bande son française, une piste hollandaise est proposée (en mono). N’étant pas féru de la langue batave j’avoue ne pas l’avoir écoutée. Si des lecteurs du pays des tulipes désirent un test, qu’ils n’hésitent à me contacter, je ferai mon possible !

Suppléments

La section bonus de ce double DVD est une véritable corne d’abondance. Elle offre de nombreux documents dont nous allons faire la revue ainsi que le long métrage consacré à Paul Grimault et réalisé par Jacques Demy : La table tournante.

Premier DVD

A côté du film et du chapitrage une section bonus intitulée "les suppléments du roi" est présentée sur ce DVD.

Bande annonce (2’24) : cette bande annonce d’origine a surtout pour intérêt de mesurer le travail accompli par Studio Canal en terme de restauration d’image. Les couleurs y sont criardes, les arrières plans fourmillent, bref tout ce à quoi vous avez échappé grâce à cette nouvelle copie !

Paul Grimault images par images (55’54) :
Ce documentaire de près d’une heure revient sur la genèse du Roi et l’oiseau. Absolument passionnant, il met en scène de nombreux collaborateurs de Grimault venus lui rendre hommage. Mais contrairement aux témoignages hollywoodiens comme on en trouve souvent sur les DVD "blockbuster", les intervenants jouent ici le jeu à fond et reviennent en détail sur leur collaboration avec le cinéaste. On retrouve d’abord Wojciek Kilar qui fut récemment récompensé pour ses partitions dans Le pianiste de Polanski. Choisi par Grimault pour écrire la musique du Roi dans sa nouvelle version, le musicien se remémore avec nostalgie son travail auprès du Français. Ensuite c’est au tour de Lionel Charpy (décorateur) de venir témoigner. En compagnie de Philippe Landrot (animateur) il décrit l’ambiance de travail de la rue Bobillot. Pour donner de la matière à l’analyse, Jean-Pierre Pagliano, le biographe de Grimault, vient évoquer de nombreuses anecdotes et revient en détail sur la carrière du cinéaste. Vers la fin, on écoute avec joie Takahata et Otsuka qui expliquent combien le travail de Grimault a influencé les jeunes artistes du studio Ghibli. On retrouve également l’indispensable Pierre Tchernia qui nous raconte quelques anecdotes croustillantes et qui montre beaucoup d’émotions lorsqu’on lui projette des images du film … Tous ces témoignages sont à la fois touchants et instructifs et font de ce documentaire un des bonus les plus intéressants qu’il ait été donné de voir en DVD. Pour conclure ce documentaire, Kilar se met au piano et nous offre quelques notes du Roi … Quel bonheur !
Seul petit défaut à ce bonus : il n’est pas chapitré. C’est un détail mais il aurait permis de revenir sur certains témoignages. Tatillon moi ??

Second DVD

La table tournante (Jacques Demy, 1984) (1’14’50) :
Découpé en 10 chapitres, le film de Jacques Demy met en scène Paul Grimault sur sa table de montage. Il arrive dans son studio et une foule de personnages animés issus de ses films débarque et le harcèle de questions. Avec la patience d’un grand-père bienfaisant, Grimault raconte et projette chacun de ses métrages. Le film de Demy est intéressant dans la mesure où il nous permet de revenir sur l’art et la carrière du cinéaste. Mais au-delà, il s’en dégage une très belle poésie. La passion et la douceur de Grimault confrontées à ses petites créations transportent le spectateur au cœur de la magie du dessin animé.
La qualité de l’image et du son est encore une fois exemplaire et nous devons à nouveau en féliciter Studio Canal éditions.

Drôle d’oiseau (22’00) :
Ce document est une interview accordée par Grimault à Jean Pierre Bertholmé. Très instructif, l’entretien permet au cinéaste de revenir sur sa carrière et sa passion pour le dessin et le cinéma. Il parle de ses films et raconte également la première fois qu’il est entré dans une salle obscure : il y vit un film affolant dans lequel un bateau coulait dans une tempête. Pour l’anecdote, il s’agit sans doute de Home by the sea film réalisé par et avec Raoul Walsh en 1915. ;-)

Les passagers de la Grande Ourse (9’30) : le métrage est ici proposé dans son intégralité (il en manque un bon tiers dans La table tournante).

Les films publicitaires de Jean Aurenche (7’49) : le collaborateur de Grimault est interviewé par JP Bertholmé tandis que ses propos sont illustrés de publicités imaginées au sein du studio des Gémeaux. Ces films publicitaires sont parmi les premiers à avoir existé et c’est un délice de les découvrir. Souvent drôles, ils ont la forme d’un court métrage avec une petite histoire qui se termine en queue de poisson pour faire apparaître la marque et son slogan. Charmant !

Les films publicitaires de Paul Grimault (5’30) : 4 films d’animation sont proposés ici. On y retrouve la plume et l’inventivité de Grimault au service de marques comme les yaourts Danone.

Par François-Olivier Lefèvre - le 28 décembre 2003