Menu
Test dvd

Le Narcisse noir

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 7 / 3 / 2012

Image

Au vu de la perfection du précédent DVD français, celui sorti sous l’égide de l’Institut Lumière de Lyon, il était légitime de se demander si une nouvelle édition était nécessaire. Ce premier DVD étant désormais difficilement trouvable à prix raisonnable et Carlotta sortant par la même occasion le film sur support Blu-ray, il semblait logique qu’ils éditent aussi le film sur support DVD pour ceux qui n’avaient pas eu l’occasion d’acheter les versions précédentes. Les possesseurs de l’édition Lumière peuvent en revanche parfaitement se passer de l’édition Carlotta car s’amuser à comparer les copies s’avère quasiment impossible, toutes deux s’avérant tout aussi parfaites, stupéfiantes de beauté. Restauré d’après un master haute définition, le master est en tout point remarquable, la copie d’une propreté irréprochable même si certains plans restent en deçà de l'ensemble. Au niveau des veau contrastes, de la définition, du respect de la colorimétrie, de la profondeur des noirs et même de la compression numérique, il n'y a rien à redire. Les amoureux du film vont pouvoir à nouveau se régaler !

Son

La piste sonore se situe quasiment au même niveau d’excellence : les dialogues sont parfaitement clairs, les bruits d’ambiance splendidement restitués et la superbe musique de Brian Easdale trouve un parfait écrin à sa magnificence même si elle aurait tendance parfois à saturer un peu. La version française s’en tire pas mal, elle aussi, le doublage étant celui d'origine, il n'est pas trop désagréable à écouter.

Suppléments

Il était une fois le Narcisse noir (24’)
Ce premier supplément était déjà présent dans l’édition Institut Lumière sous le titre A propos du Narcisse noir. A travers les témoignages de collaborateurs et proches des studios Archers (le directeur photo Jack Cardiff, l’assistante monteuse Noreen Ackland, l’actrice Kathleen Byron qui tenait le rôle de Sister Ruth, le chef opérateur Christopher Challis) ainsi que de l’historien Ian Christie, ce documentaire de 25 minutes revient d’abord sur la collaboration Powell / Pressburger  avant de se recentrer sur le film qui nous intéresse ici, le tout agrémenté d’extraits (sans la restauration, ce qui nous permet d’admirer le travail qui a été fait à ce niveau quant au nouveau master) et de photos de plateau. Intéressant même si un peu court.

Spectrum (32’)
Intéressant supplément, inédit celui-ci, montrant le très sympathique Darius Khondji, célèbre directeur de la photographie (La Cité des enfants perdus, Seven , Minuit à Paris…), qui nous livre non seulement ses sentiments à propos du film de Michael Powell et Emeric Pressburger, mais décrit également son approche personnelle de la lumière au cinéma avec maints exemples qui s’éloignent un peu du film qui nous concerne mais restant constamment passionnants. Bien monté, bien réalisé, d’autant plus vivant que l’on entend et que l’on entraperçoit l’intervieweuse, voici un bonus qui ne démérite pas des autres productions Allerton.

Par Erick Maurel - le 12 mars 2012