Menu
Test dvd

Le Désert de la peur

DVD - Région 2
Tamasa
Parution : 16 / 6 / 2019

Image

Le film a bénéficié d'une restauration récente à l'occasion de sa sortie en Blu-ray en Angleterre (on regrettera d'ailleurs qu'il ne sorte pas sous ce format en France). La copie est donc très propre et sans défaut, les scènes de jour dans le désert immaculé sont riches en détail  et les noirs sont profonds et nuancés dans les scènes nocturnes. L'altération physique des personnages, les corps las et la sueur sont également largement visibles grâce à la finesse de la copie, qui trahit d'ailleurs quelques trucages ainsi que les séquences tournées en studio.

Son

Le disque propose une bande-son mono compacte et efficace pour traduire les nombreux effets sonores, qui d'ailleurs se marie bien au score épique de Leighton Lucas.

Suppléments

Entretien avec l’historien du cinéma anglais Steve Chibnall (13 min) qui retrace  le parcours de Jack Lee-Thomson, ses débuts de dramaturge, sa formation de monteur auprès de David Lean, en tant qu’assistant d’Alfred Hitchcock. Il développe sur les thèmes et la méthode de tournage de Lee-Thomson en la rattachant toujours plus spécifiquement à Ice Cold in Alex, film de guerre unique en son genre. Au vu de la fin de carrière très piteuse de Jack Lee-Thompson, on en oublie souvent une première partie brillante, notamment en Angleterre. Un supplément bienvenu donc pour redorer le blason du réalisateur.

Entretien avec la star féminine du film Sylvia Syms (12 min) centré sur l’éprouvante expérience du tournage en plein désert. Le ton amusé et truculent de l’actrice apporte un vrai plaisir à ce module, riche en anecdotes sur ses partenaires, la nature hostile, le fait d’être la seule femme sur le plateau.

Entretien avec Melanie Williams (15 min), professeure à l’université d’East Anglia. Elle revient sur la singularité de Ice Cold in Alex au sein d'une production anglaise riche en films de guerre à l’époque : le réalisme documentaire sur la guerre dans le désert, l’interprétation du anti-héros par John Mills, le ton pacifiste et subtil où le vrai ennemi est le désert plutôt que le camp adverse... Le contraste des figures masculines du film, ainsi que l’importance du rôle féminin de Sylvia Syms, soulignent également la modernité du film.

Par Justin Kwedi - le 19 juin 2020

Partenariat