Menu
Test dvd

Le Cirque

DVD - Région 2
Mk2
Parution : 5 / 11 / 2003

Image

Le film est distribué dans un coffret double DVD proposant le film chapitré sur le premier disque et les bonus sur le second. Les menus, disponibles en plusieurs langues, sont sonorisés - le thème principal du film vous accompagnant pendant votre navigation – et illustrés par des photographies du film.

Tout comme Modern Time ou Monsieur Verdoux, Le Cirque a bénéficié d’une restauration de haute qualité. MK2 propose une image quasi-parfaite qui fera référence pour ce film. L’internégatif utilisé est d’une propreté inédite : presque aucune tâche ou griffure ne vient perturber la vision du film. La définition est précise et frise l’excellence pour un film qui, rappelons-le, est âgé de 75 ans ! Côté contraste, la palette de gris est idéale : les nuances sont parfaitement rendues, les noirs profonds et les blancs d’une grande pureté. La compression n’apporte aucun défaut : ni pixellisation, ni effet de brillance ne viennent perturber le spectacle. Le choix de MK2 de proposer cette copie sur un disque vierge de tout supplément est sans doute à la base de cette masterisation dont le taux de compression doit être particulièrement faible. Espérons que d’autres éditeurs prendront exemple sur cette édition frisant la perfection !

Son

Le film est proposé avec deux pistes sonores : l’une en mono, l’autre en 5.1. Les puristes n’auront que faire de cette dernière et c’est bien dommage pour eux ! Tandis que la piste mono délivre un signal pur et agréable mais contenu dans la seule enceinte centrale, le 5.1 dolby digital offre un rendu sonore réjouissant : la bande son n’étant constituée que de musique elle ne propose pas d’effets arrières contre nature ou de basses artificielles. La partition écrite par Chaplin est respectée. Les enceintes distillent les notes de piano avec précision et enveloppent votre salon avec douceur. Un immense bonheur de cinéphile !!

Suppléments

Préface (5’07") : animé par David Robinson, ce premier supplément replace le film dans son contexte historique et décrit chaque détail du tournage. Robinson y évoque les péripéties vécues par Chaplin pendant ces deux années consacrées au cirque. Son témoignage regorge d’anecdotes et de détails. Il analyse notamment la fameuse scène coupée avec les boxeurs jumeaux. Bref, 5 minutes de passions qui satisfont notre curiosité.

Chaplin aujourd’hui (26’30") : ce documentaire constitue le plat de résistance des bonus. Dans une première partie, François Ede évoque le parcours de Chaplin depuis le pantomime, jusqu’au Cirque. La seconde partie est composée d’une interview d’Emir Kusturica qui évoque l’art de Chaplin devant des images du Cirque. Les propos du réalisateur du Temps des gitans sont passionnants : Kusturica est en admiration devant le vagabond du cirque et confronte la mise en scène de Chaplin à la sienne. Ce documentaire riche en enseignements est particulièrement touchant. Après son générique, une série de déclarations de copyright pour des dizaines de pays nous est imposée pendant plus de cinq minutes. Impossible de revenir aux menus. Il faut mieux éjecter le DVD et le relancer plutôt que de subir ces messages agaçants.

Séquence coupée (9’50") : on retrouve ici la séquence coupée évoquée par Ede et Robinson. Ce petit film qui peut-être vu indépendamment du Cirque est un régal. On assiste notamment à un travelling relativement surprenant chez Chaplin.

Du 7 au 13 octobre 1926 (26’22") : MK2 a stocké ici plus de 10 prises de la scène coupée. Les passionnés se régaleront de voir Chaplin faire et refaire la même scène. Les autres se contenteront du précédent document et passeront leur chemin …

Mountbatten Home movies : ce document est décomposé en trois archives dont MK2 ne nous révèle malheureusement pas l’origine. Un commentaire ou un petit texte aurait suffit, apparemment l’éditeur n’y a pas pensé, c’est dommage…

Aux studios Chaplin (01’2"1) : images d’archives du tournage où l’on redécouvre Chaplin avec les singes puis entouré de jeunes comédiennes qui semblent bien s’amuser de ses pitreries !

Douglas Fairbanks (01’45") : Chaplin et Fairbanks sont filmés en extérieur.

The sacrifice (03’20") : Court-métrage, souvenir de vacances ? Encore une fois nous n’avons aucune idée d’où viennent ces images qui voient Chaplin et une jeune femme mis en scène.

Documents : encore une fois une série d’images en apparence rares et passionnantes dont l’éditeur ne nous révèle pas l’origine…

La première à Hollywood (06’20") : ici le titre nous éclaircit suffisamment pour comprendre que ces images décrivent l’avant première au Chinese Theater de Los Angeles. On assiste notamment à des images de cirque (un spectacle précédent la projection du film ?) et à l’entrée des artistes où l’on voit, avec plaisir et nostalgie, Cecil B. De Mille, John Barrymore, Jackie Coogan ou WC Field…

Camera A, Camera B (1’16") : une scène du cirque paraît filmé par deux caméras. Pourquoi ??

Essai de cinéma en relief avec Roland Totheroh (2’26") : le directeur photo de Chaplin essaie ici des plans en 3D. La réussite n’est pas au rendez-vous mais le spectacle est assez drôle !

Circus Day (1923) (12’26") : On assiste ici à un court métrage mettant en scène le petit Jackie Coogan vedette d’un spectacle de clowns. L’image est abîmée mais le document qui met en scène le Macaulay Culkin de l’époque est plutôt amusant.

Bandes annonces (5’19") : deux b.a. dont une issue de la ressortie du film en 1969. Pour les inconditionnels des bandes annonces, sinon passez votre chemin.

Galerie Photos : la traditionnelle galerie photos du support DVD. Triés par thème, les clichés permettent de voir Chaplin et sa mine déconfite après l’incendie du décor. Saisissant !!

Affiches du film : une dizaine d’affiches du Cirque dans différentes langues.

La collection Chaplin : comme sur chaque Dvd de la collection on retrouve ici des extraits des autres collectors distribués par MK2.

Conclusion : ce Dvd est une superbe réussite tant dans ses aspects techniques que dans sa section bonus. Souvent délaissé au profit de Modern Time ou The Great Dictator, Le Cirque trouve ici un écrin exceptionnel. Les cinéphiles vont être ravis !

Par François-Olivier Lefèvre - le 16 octobre 2003