Menu
Test dvd

La Ville de la vengeance

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : - / 7 / 2014

Image

Ce film rare avait été diffusé récemment sur une chaine du câble au format WideVision d'un rapport 1.85 comme lors de sa projection en salles à l'époque. Il avait été néanmoins tourné en format 1.37 sur lequel, pour sa diffusion, on avait ajouté des bandes noires en haut et en bas du cadre pour se mettre aux normes larges de ce milieu des années 50 ; autrement dit, la copie avait été "mattée". Sidonis a eu à sa disposition la version "démattée" ou "carrée", bien plus harmonieuse puisque plus complète au niveau de l'image (pour s'en rendre compte, il suffit de comparer avec la copie qui circulait dernièrement à la télévision, bien plus étriquée niveau cadrage). On ne pouvait que s'en réjouir d'autant que, même si assez terne et pas spécialement propre (on constate pas mal de griffures et de bandes verticales en tout genre), le master se révélait cependant tout à fait correct. Malheureusement, on déchante assez vite devant un constant effet de peigne (ou entrelacement) dès qu'un personnage se déplace ou tout simplement bouge, ce qui rend il faut bien l'avouer la vision du film assez pénible. Dommage et d'autant plus frustrant que les mêmes extraits insérés dans les bonus n'ont pas ce défaut assez rédhibitoire.

Son

Une seule piste sonore nous est proposée, la version originale non dénuée de souffle mais dans l'ensemble plutôt honnête d'autant que les dialogues restent assez clairs. A signaler (et ceci est valable pour tous les DVD de cette collection) que les sous-titres sont inamovibles.

Suppléments

Bertrand Tavernier n'ayant pas souhaité officier sur ce titre, c'est Yves Boisset qui a pris sa place aux côtés de Patrick Brion. Une présentation de 12 minutes qui ne nous fait malheureusement pas oublier celles de son comparse réalisateur, l'auteur de Dupont Lajoie n'ayant a priori pas grand-chose à nous dire sur le film et employant pour le faire des expressions ou des mots de vocabulaire plutôt étonnants (voire totalement inventés) - humoristique devenant par exemple dans sa bouche "humoreux" ! Alors que c'est habituellement la mission de Patrick Brion, c'est ici Boisset qui revient sur la carrière de certains participants au film tel Leo Gordon, en profitant pour parler plus longuement d'un film de son ami Claude Sautet que du western de Dwan. Et donc, paradoxalement, c'est Patrick Brion qui en moins de 9 minutes s'attarde le plus longuement sur les éléments originaux contenus dans ce curieux western. Tout cela attise un peu l'envie de voir le film mais sans commune mesure avec les interventions de Tavernier. En plus de ces deux présentations, nous avons droit à la coutumière et minuscule galerie de photos.

Par Erick Maurel - le 23 août 2014