Menu
Test dvd

La Chatte sur un toit brûlant

DVD - Région 2
Warner
Parution : 10 / 7 / 2001

Image

Il vous est peut-être arrivé de tomber sur ce jugement de ce DVD dans une revue spécialisée : "De très belles couleurs, des contours précis". Nous pouvons raisonnablement penser que la personne ayant écrit ceci n’a jamais placé son DVD dans son lecteur !!! D’habitude, il arrive souvent qu’après un générique très abîmé, l’image du film soit d’excellente qualité. C’est étonnamment le contraire qui arrive cette fois ci. Le générique est d’une propreté absolue et le rouge criard de son arrière fond ne bave et ne sature pas une seconde se révélant même d’une netteté irréprochable. Notre journaliste ci-dessus se serait-il arrêté à la fin du générique de début ? Car c’est après que ça se gâte ! En effet, exit les couleurs chaudes et chatoyantes de William Daniels ; exit l’espoir d’apprécier au mieux le travail des décorateurs et costumiers de la Metro Goldwyn Mayer. Malgré une copie heureusement quasiment dépourvue d’artefacts, un master proprement honteux pour un tel film avec au choix des couleurs ternes, verdâtres, rougeâtres ou brunâtres. La définition est fluctuante et arrive dans le pire des cas jusqu’au flou intégral (21/19), les couleurs ont du fondre au soleil et sont parfois totalement délavées (13’33 ; 42’03), l’ensemble est d’une ‘belle médiocrité’, le miracle arrivant tout de même sur certaines scènes nous faisant entrevoir ce qu’aurait pu être le film s’il avait subi ne serait-ce qu’une once de restauration. Niveau technique, la compression n’est pas mauvaise mais n’est pas à son apogée non plus et ça fourmille sec dans les arrières plans. En gros, pour vous rendre compte de ce que peut donner l’image de ce DVD à de nombreuses reprises, regardez de près la jaquette hideuse qui possède les mêmes couleurs et le même manque de définition.

Son

Un peu de souffle et de résonance sur la version originale en mono mais rien de bien répréhensible. Nous aurions voulu pouvoir en dire autant de la partie image.

Suppléments

Point de bonus si ce n’est une bande annonce abîmée, aux couleurs ternes mais, en exagérant un tout petit peu, pas beaucoup plus que celles du film. A signaler que le film est proposé dans son format original de 1:85 sur une face et dans son format recadré sur l’autre face mais quel est l’intérêt cette seconde face ? Enfin, le principal est que le cinéphile ait l’occasion d’avoir à sa disposition le bon format, qui plus est, compatible avec les téléviseurs 16/9 : c’était un minimum qui ne pourra cependant pas nous réconcilier avec la médiocrité de l’ensemble !

Par Erick Maurel - le 7 avril 2006

Partenariat