Menu
Test dvd

L'Inspecteur ne renonce jamais

DVD - Région 1
Warner
Parution : 20 / 11 / 2001

Image

=La remastérisation numérique a été effectuée en 2000 et le film est présenté en format letterbox widescreen qui signifie "2.35 compatible 16/9". Il préserve correctement le "panavision scope" original. Même chose pour la B.A.. La luminosité, la définition, les couleurs, la netteté sont souvent très bonnes (le pré-générique est éblouissant de ce point de vue). La copie cinéma utilisée pour la numérisation comporte quelques légers défauts (générique par exemple : micro-poussières, teinte très légèrement grise) de-ci de-là mais la compression de ce matériel est la meilleure possible dans l’ensemble. Les sous-titrages, parfois fantaisistes dans leur traduction française, sont d’un format lisible qui est idoine.

Son

À écouter de toute façon en V.O.S.T.F. car sinon on perd la voix originale d’Eastwood. Or il en use d’une façon pertinente et subtile, et sa sonorité douce et un ton au-dessous est très particulière. La V.O. est remastérisée en Dolby Digital 5.1 et la V.F. est en mono : le choix est simple. Une attention particulière a été apportée au report de la partition de Jerry Fielding (qui rompait avec le style de celles composées par Lalo Schifrin pour les 2 "Harry" précédents) étant donné l’amour bien connu d’Eastwood pour le jazz. Elle est même parfois un peu trop mise en avant dans le rapport musique/effets, mais qu’importe : elle est restituée comme jamais auparavant. Même en mode "night" (si votre lecteur DVD en dispose), les éléments de la bande-son sont la plupart du temps tous bien équilibrés et audibles.

Suppléments

Cast & Crew (petite fiche technique et casting)

Harry Callahan/Clint Eastwood : Something Special in Films. Il s’agit d’un documentaire d’époque de 6’ sur le tournage, bien realisé. On voit clairement que c’est Fargo qui contrôlait le tournage même si Eastwood lui apportait ses suggestions. Le réalisateur insiste sur le fait qu’Eastwood réalise lui-même ses cascades sans être doublé la plupart du temps. Le montage des plans de tournages et des plans tournés est souvent très intéressant. Ce documentaire est malheureusement en v.o. sans sous-titrage possible et son format est 4/3 (ou 1 :33 si vous préférez l’équivalent cinéma). L’image en est médiocre.

Behind the scenes. Quelques anecdotes sur le tournage, rapportées sous forme de textes écrits en caractères un peu trop petits : l’histoire des deux scénaristes débutants, laissant leur scénario au restaurant d’Eastwood à Carmel pour qu’il le lise, est sympathique (ils sont de fait crédités au générique). Eastwood aima le sujet, le transmit à ses deux scénaristes professionnels qui l’adaptèrent et en changèrent le titre.

On location. Au sujet des décors, du pénitencier d’Alcatraz, etc. par écrit encore et sans aucun intérêt autre que touristique.

Memorable lines. Quelques répliques célèbres du film sont immortalisées par écrit mais non traduites et ne nous semblent d’ailleurs pas particulièrement bien choisies.

Theatrical Trailer. La bande-annonce du film de 2’15 à visionner en 16/9 comme le film. Elle est en V.O. sans sous-titres et beaucoup trop longue pour le goût actuel.

Version revue, augmentée et corrigée (février 2004) d’un texte paru en ligne sur www.cineastes.net en 2003

Par Francis Moury - le 27 février 2004