Menu
Test dvd

L'Armée des ombres

DVD - Région 1
Criterion
Parution : 15 / 5 / 2007

Image

Tout comme l’édition Studio Canal, ce Criterion part de la version restaurée sous la supervision de Pierre Lhomme en 2004. Le résultat est toujours aussi impressionnant, tant dans la définition que dans la tenue des couleurs – NTSC oblige celles-ci sont peut-être un peu chaudes, on conseillera donc d’opter pour un réglage approprié au noir au blanc et de monter la température de couleurs au maximum, le rendu sera alors parfait. Avantage non négligeable de cette édition ; la compression se fait cette fois invisible, aucune pixellisation n’est à déplorer. A ce jour, l’édition de référence de ce film admirable.

Son

Criterion nous offre un excellent mono restauré, puissant et clair, les dialogues ont une belle présence et sont toujours intelligibles. Une version stéréo est également proposée, mais elle est sensiblement moins dynamique.

Suppléments

Disque 1 :

- Commentary : auteur de Jean-Pierre Melville, un américain à Paris, Ginette Vincendeau nous livre ici un excellent commentaire, ouvertement didactique mais d’une grande richesse ; elle dissèque bien entendu la mise en scène, n’omettant aucune référence au reste de sa filmographie, mais précise également de nombreux points historiques et relève des détails qui pourraient échapper au spectateur peu attentif. Elle s’exprime en anglais non sous-titré, mais son débit modéré permet de la suivre avec aisance.

- Trailers : Criterion nous présente la bande-annonce originale française – 2 mn 57 – ainsi que celle créée par Rialto pour la sortie américaine de 2006 – 1 mn 48 -, cette dernière étant sans doute trop spectaculaire pour le film qu’elle défend.

Disque 2 :

- ‘Jean-Pierre Melville, Filmmaker’ – 4 mn 22 : ce court reportage est tiré de l’émission Chroniques de France et sort des archives de Gaumont-Pathé. Son principal intérêt est d’être essentiellement composé d’images de tournage ; on voit par exemple la mise en place du défilé allemand devant l’Arc de Triomphe. Détail amusant, certains plans montrent Lino Ventura s’entretenant avec le cinéaste, ce qui vient contredire ce qu’on a toujours lu, à savoir que les deux hommes ne s’adressaient la parole que par assistant interposé. La tension est néanmoins palpable. Ce segment se termine sur des images de Melville écrivant.

- Pierre Lhomme – 14 mn 07 : le chef opérateur était interrogé en 2006 à l’occasion de la restauration de L’Armée des ombres, restauration effectuée en grande partie grâce à ses souvenirs car il ne subsiste pas de matériel de référence de qualité suffisante. Il nous raconte ses relations parfois difficiles avec Melville, cinéaste autoritaire s’il en est, et nous apporte des informations passionnantes sur le tournage : ainsi, la première conversation dans la rue entre Félix et Jean-François est tournée en studio devant un agrandissement photographique d’un décor que Melville avait repéré trop tard. Il explique également que le teint blafard des visages a été obtenu en ajoutant des couleurs chaudes aux décors qui étaient ensuite supprimées à l’étalonnage.

Un module de sept minutes nous propose ensuite une démonstration du travail de restauration effectué. On admirera tout particulièrement la récupération ‘partielle’ de 140 images perdues du plan d’ouverture.

- Françoise Bonnot – 10 mn 57 : fille de Monique Bonnot, monteuse attitrée de Melville, Françoise Bonnot avait déjà travaillé comme assistante monteuse sur Deux hommes dans Manhattan. Déjà récompensée par un Oscar pour Z, elle nous parle de ses relations de travail avec l’homme au stetson – amusante anecdote sur le problème du montage son des bruits de bottes allemandes. Bonus en anglais non sous-titré.

- L’Invité du Dimanche – 30 mn 17 : ce supplément est constitué d’extraits d’une émission diffusée à la télévision française en mars 1969. On y voit tout d’abord des images de tournage de la dernière séquence ainsi que de celle du meurtre de la sentinelle, entrecoupées d’une interview sur le plateau de Simone Signoret. Puis Jean-Pierre Melville, Jean-Pierre Cassel, Paul Meurisse et Paul Crauchet sont interrogés par François Chalais et Jacques Chancel dans une ambiance détendue. L’émission se termine sur les propos de Joseph Kessel expliquant pourquoi il a écrit L’Armée des ombres alors que telle n’était pas sa volonté au départ, ainsi que sur un dialogue entre Melville et André Dewavrin, alias Colonel Passy. Des propos émouvants, des images rares, à l’arrivée un supplément précieux.

- Melville et L’Armée des Ombres : reprise du supplément figurant déjà sur l’édition Studio Canal, pour les détails se reporter à sa fiche technique.

- The Resistance :

- Le Journal de la Résistance – 34 mn 07 : ce film est composé d’images tournées sur le vif par une douzaine de reporters, menée par Jean Painlevé et Jean Grémillon, lors de l’insurrection parisienne d’août 1944. Des images d’histoire assez bien conservées, présentées dans un état satisfaisant, et commentées en anglais non sous-titré par Noel Coward.

- Simone Signoret et Lucie Aubrac – 5 mn 25 : le personnage de Mathilde est, entre autres, inspiré de Lucie Aubrac. Simone Signoret évoque ici celle qui fut son professeur avant la guerre, et ses difficultés à incarner à l’écran un personnage dont les actions et l’héroïsme sont encore proches de nous. Elle évoque également sa maquilleuse, Maud Bégon, elle aussi résistante. Ce module se termine par des propos de Lucie Aubrac, expliquant qu’elle n’aurait jamais songé devenir une héroïne de cinéma.

- Ouvrez les guillemets – 23 mn 20 : ce jour de 1973, Bernard Pivot recevant dans l’ancêtre d’Apostrophes l’ancien ministre et résistant Henri Frenay, auteur d’un ouvrage polémique sur les relations entre les réseaux français et Londres. Il était confronté à Claude Bourdet, Marcel Degliame, au général De Bénouville et au colonel Passy. M. Martinet et son épouse, premiers imprimeurs clandestins de Combat, s’expriment également.

Cette remarquable édition est complétée par un livret illustré comprenant un texte d'Amy Taubin sur l'importance historique du film, un article de Robert O. Paxton sur les sources d'inspiration pour les personnages, ainsi qu'une traduction du chapitre consacré à L'Armée des ombres de l'ouvrage de Ruy Nogueira.

Par Franck Suzanne - le 12 avril 2007