Menu
Test dvd

Hara-kiri

DVD - Région 1
Criterion
Parution : 23 / 8 / 2005

Image

Véritable point fort de cette édition, le transfert de Harakiri est superbe. Le master est propre. Proposé dans son format original respecté, en 2.35 :1, le film est restitué dans un noir et blanc particulièrement bien contrasté rendant hommage au travail de Yoshio Miyajima. La définition est d’une précision d’orfèvre et la compression est pour ainsi dire, invisible. Un quasi sans faute.

Son

Mono d’origine sans défauts. Sous-titres anglais parfois un peu rapides.

Suppléments

Un peu légers pour une édition spéciale double disques Criterion (surtout comparé aux superbes éditions de Kagemusha, Ran ou des Contes de la lune vague après la pluie…), ils sont néanmoins assez instructifs.

Introduction du film par Donald Richie (anglais non sous-titré) : Didactique mais difficile à suivre pour qui n’est pas totalement anglophile. (12 min)

Interview de Masaki Kobayashi : Le maître se montre très peu bavard, se contentant d’acquiescer aux questions. Ils parle de l’impact de la musique de Takemitsu sur la réussite du film, avoue avoir voulu lancer un challenge à Kurosawa qui sortait à l’époque Yojimbo et Sanjuro, évoque Kinoshita qui n’aimait pas le script et explique avoir trouvé l’approche pour la scène du harakiri de Motome un soir où il était ivre. (9 min)

The golden age - Interview de Tatsuya Nakadai : Nettement plus intéressante que l’interview de Kobayashi. Nakadai y revient avec beaucoup d’humour sur les relations lors du tournage avec les autres comédiens notamment Mikuni et Tamba et sur les méthodes de travail de Kobayashi puis évoque les qualités physiques nécessaires pour interpréter ce genre de film. Il revient enfin sur la présentation du film à Cannes. Une interview ludique. (14 min 30)

Masterless samurai - Interview de Shinobu Hashimoto (scénariste) : Hashimoto parle de son désir d’écrire un film sur le seppuku et de réaliser avec Kurosawa (avec lequel il venait de terminer Les sept samouraïs) un film mettant en scène une journée d’un samouraï. Il revient sur la réticence de la Shikoku à sortir un film intitulé Harakiri, discute de la structure narrative en flash-backs du film et parle un peu des méthodes de travail de Kobayashi. (13 min)

Galerie de 6 affiches.

Livret de 32 pages contenant un essai de Joan Mellen et la reproduction d’un interview de Masaki Kobayashi.

Par Christophe Buchet - le 28 novembre 2006