Menu
Test dvd

Docteur Petiot

DVD - Région 2
Tamasa
Parution : 5 / 3 / 2013

Image

Si l’on se félicitera que Tamasa ait pris l’initiative d’éditer ce Docteur Petiot jusque-là inaccessible sur support numérique, on regrettera tout de même la qualité fort moyenne du DVD proposé par l’éditeur... La copie utilisée est certes assez propre mais son transfert laisse par instants à désirer. À des couleurs parfois instables - on pense à la spectaculaire variation du rouge du camion de pompier, d’un plan à l’autre, apparaissant lors de l’incendie du repaire de Petiot - s’ajoutent des contrastes eux aussi, de temps à autre, guère maîtrisés. D’où des blancs brûlés, lors de certains plans ensoleillés, ou des noirs impénétrables à l’occasion de moments nocturnes. Les contours peuvent aussi, ponctuellement, manquer de précision. Ajoutons à cela une variation du format de l’image selon le lecteur utilisé. Sur telle machine, c’est une image en plein écran qui apparaît alors que sur un autre lecteur, deux bandes noires se dessinent de part et d’autre de l’écran... On est donc loin de la haute définition.

Son

Le transfert de la bande-son manque lui aussi de rigueur. Si le son s’avère plutôt propre, exempt de souffle ou de bruits parasites, certains dialogues manquent de puissance, obligeant alors à augmenter le volume pour les entendre nettement. Le phénomène est cependant suffisamment circonscrit pour ne pas gêner outre mesure le visionnage ou plutôt l’écoute de Docteur Petiot.

Suppléments

Mises à part trois filmographies - celles de Christian de Chalonge, de Michel Serrault et de Bérangère Bonvoisin, l’interprète de Georgette, l’épouse du médecin (qu’en est-il des autres comédiens, jouant pour certains un rôle important tels Zbigniew Horoks et Pierre Romans, campant des victimes de Petiot ?) - Tamasa ne propose aucun supplément. L’éditeur avait pourtant annoncé sur son site un entretien avec Christian de Chalonge...

En conclusion de ce test, tout en bémol quant aux "qualités" techniques et aux "suppléments" de ce DVD, saluons cependant une dernière fois la démarche éditoriale de Tamasa qui, en publiant ce rare Docteur Petiot, fait authentiquement œuvre de cinéphilie.

Par Pierre Charrel - le 20 mars 2013