Menu
Test dvd

Coffret David Lean - Les premiers chefs-d'oeuvres

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 9 / 11 / 2011

Image

Heureux mortels : Master HD superbe, sidérant de beauté où l’on peut jouir absolument du travail de Lean et de Ronald Neame sur les teintes sombres et sales du film pour lui permettre de ne pas être trop éclatant. Vu sur un lecteur Blu-ray, certains fondus enchaînés trainent un peu en longueur mais, dans l’ensemble, ce que propose Carlotta est mieux qu’impeccable.

Son

Heureux mortels : Comme tous les autres films du coffret, Heureux mortels est proposé en VOSTF dans un sa piste mono d'origine, sans défaut et sans souffle aucun, et où chaque voix porte bien. Rien donc de problématique à signaler.

Suppléments

Le coffret est accompagné d’un petit Livret passionnant et pertinent de Pierre Berthomieu : Before the Epic, David Lean et l’Âge d’or du cinéma britannique dont le seul défaut est de faire écho aux bonus des DVD, d’où une petite impression de redite ou de redondance. Pour le reste, l’historien évoque les circonstances au cours desquelles David Lean réalisa ces films.

Chaque film est accompagné d’une préface de Pierre Berthomieu et d’une galerie photos. On trouve deux autres bonus sur le DVD de Brève rencontre :

"Il était une fois Brève rencontre"
Rencontre avec ceux qui ont participé à l’élaboration de ce film mythique. Un document à la fois passionnant de par les histoires qui y sont dévoilées, les anecdotes sur les comédiens,  mais un peu attendu et lénifiant.

 

Directed by David Lean
Analyse savante, ultra érudite de Pierre Berthomieu, qui est le vrai maître d’œuvre de cette édition, lue par Magalie Heu sur fond d’images d’archives et d’extraits. Le travail de l’historien permet de dégager les grandes lignes thématiques et esthétiques du cinéaste en revenant sur chacun de ses périodes, de ses débuts à ses œuvres très romantiques et picturales adaptées de Dickens. Berthomieu procède à une analyse graphique du style de David Lean comme il vient de la faire dans ses livres sommes consacrés à Hollywood. Passionnante analyse des Amants Passionnés où Berthomieu prouve à quel point Lean est un cinéaste-monteur et combien il travaille sur le regard et la subjectivité de ses personnages capables de faire plier le monde à leur intériorité.

Par Frédéric Mercier - le 22 novembre 2011

Partenariat