Menu
Test dvd

Coffret Alan Clarke

DVD - Région 2
Potemkine
Parution : 4 / 10 / 2011

Image

Seule la version cinématographique de Scum a été tournée en 35 mm. Toutes les autres œuvres d'Alan Clarke éditées par Potemkine/agnès b. - réalisation télévisuelle oblige - l'ont été avec une pellicule 16 mm. Cette différence de support explique donc que Scum (1979) offre l'image la plus nette et la plus lumineuse. Alors que Scum (1977), Made in Britain, The Firm et Elephant se signalent par une image à la définition moins spectaculaire et au grain plus marqué. Mais pour ces derniers titres, comme pour Scum (1979), Potemkine a manifestement disposé de copies restaurées. Et transférées avec soin sur DVD, celles-ci permettent un visionnage globalement très satisfaisant de ces cinq titres. On saluera notamment la restitution nuancée des choix photographiques d'Alan Clarke les plus complexes à transcrire numériquement. Comme, par exemple, la prédilection du réalisateur pour des couleurs peu prononcées. Ou bien encore l'utilisation fréquente d'éclairages naturels.

Son

Potemkine/agnès b. a fourni là aussi un très bon travail. Les bande-son mono des cinq films sont propres et claires, rendant là encore justice au travail complexe et subtil d'Alan Clarke en la matière. On en voudra pour preuve le beau report des bruits d'ambiance constituant le seul accompagnement sonore d'Elephant.

Suppléments

Les suppléments sont fournis et de qualité. Le DVD de Scum offre un bonus de choix en présentant le téléfilm interdit de diffusion par la BBC. La comparaison de celui-ci avec son remake cinématographique permettra de vérifier que la mise en scène d'Alan Clarke, dans le cadre télévisuel, est indéniablement d'essence cinématographique. On constatera en effet que le réalisateur a notamment utilisé pour la version cinéma de Scum des outils visuels - cadrage, mouvements de caméra - semblables à ceux du téléfilm. Et que leur transposition sur le grand écran est parfaitement opérante.

Scum est en outre accompagné d'une intervention d'une dizaine de minutes de l'universitaire allemande Andrea Grunert, qui a consacré de nombreux articles à Alan Clarke. Elle intervient aussi dans les bonus de Made in Britain, The Firm et Elephant. Doctes et pédagogues, ses analyses - durant à chaque fois une dizaine de minutes - éclairent de manière stimulante les partis-pris formels comme thématiques d'Alan Clarke.

Le DVD de Made in Britain propose en outre des entretiens rétrospectifs avec Tim Roth (11 minutes) et David Leland (22 minutes). Le comédien et le scénariste, tout en témoignant de leur admiration pour Alan Clarke, décrivent aussi bien la genèse du téléfilm que les méthodes de travail du réalisateur. David Leland y évoque aussi une séquence finale tournée mais finalement abandonnée, évoquant l'incarcération de Trevor dans une maison de correction. La dite séquence a apparemment disparu. Mais l'on peut s'en faire une idée grâce à quelques photos de tournage subsistantes. Ces deux entretiens sont donc riches en informations.

De même que Director : Alan Clarke, un documentaire de 52 minutes réalisé un an après la mort du réalisateur, inclus dans le DVD de The Firm et Elephant, et couvrant l'ensemble de sa carrière - on y voit notamment des extraits de ses premiers téléfilms – comme de sa biographie - parfois aventureuse : Alan Clarke fut ainsi mineur au Canada !

Par Pierre Charrel - le 12 décembre 2011