Menu
Test dvd

Casablanca

DVD - Région 1
Warner
Parution : 26 / 8 / 2003

Image

L'édition spéciale zone 1 du film de Michael Curtiz est quasiment la même que celle du zone 2 français. Il ne lui manque que les sous-titres sur les bonus ainsi que le troisième disque contenant la bande originale du film. En revanche son prix est moindre et le packaging est, d’un point de vue graphique, beaucoup plus beau que celui de l’édition zone 2 (ce jugement est bien entendu très personnel). Semblable aux collectors Singin' in the Rain ou Treasure of the Sierra Madre, elle contient deux DVD : le premier est réservé au film ainsi qu’à quelques bonus et le second intégralement consacré aux suppléments. Les menus animés et musicaux sont de toute beauté, un bel exemple dont certains éditeurs feraient bien de s’inspirer.

La remasterisation opérée sur ce titre fait débat : certains lui reprochent un aspect trop lisse en contradiction avec le grain Warner de l’époque ; d’autres - comme moi - sont éblouis devant cette image sublime. Contrairement au précédent DVD, le nouveau master est totalement exempt de taches ou griffures et bénéficie d’une définition remarquablement précise. En dehors de certains effets concoctés par Curtiz pour accentuer le romantisme de ses prises de vue (sur Ingrid Bergman notamment), aucun plan n’est flou, et cela dans toute la profondeur de l’image. De son côté l’encodage est également réussi : les effets de pixellisation et de flottement des arrière-plans de la précédente édition ont totalement disparu. Par ailleurs, aucun bruit n’est à signaler, c’est assez remarquable ! Mais cet effort se paie au niveau des contrastes et l’image paraît quelque peu lissée par rapport à la précédente édition. On perd ainsi en détail sur certains gros plans et les noirs et blancs ne sont pas très tranchés. A chacun, donc, de choisir son camp : l’image bruitée et mal définie de la précédente édition ou celle magnifique mais un peu (si peu !) lisse de la nouvelle ?

Son

La bande-son proposée est d’origine. On retrouve donc le mono présent sur la précédente édition. Point de remix en 5.1 mais on ne s’en plaindra pas tant la piste mono est remarquable de précision. Aucun souffle n’est à signaler, les dialogues se détachent avec une précision diabolique tandis que la musique et le superbe As times goes by coulent avec clarté de votre enceinte centrale. Il existe bien entendu une VF, mais oseriez vous écouter Bogey en français ? ?Joue-la encore Sam !? Beurrrrrk !

Suppléments

Edition spéciale :

Outre la remasterisation apportée au film, ce double DVD propose de nombreux suppléments passionnants. A noter que, malheureusement, aucun d’entre eux ne bénéficie de sous-titrage. Mais il s’agit ici du DVD zone 1. Le zone 2 apporte, lui, des sous-titres sur la majorité des suppléments.

Premier disque :

• Introduction by Lauren Bacall (2’03) : cette courte introduction proposée par la sublime Lauren Bacall faisait partie du supplément consacré à l’histoire du film sur la précédente édition. Warner a eu l’idée de la séparer de ce dernier et d’en faire un prologue au film. L’épouse de Humphrey Bogart rappelle de façon concise le contexte historique de Casablanca et nous invite à nous plonger dans ce monument du septième art.

• Commentary by film critic Roger Ebert : ce commentaire audio animé par le célèbre critique Roger Ebert est un condensé d’informations et d’anecdotes en tout genre sur le film, les comédiens, les techniciens... Ebert tente également de déceler les influences de Curtiz pour Casablanca (il parle notamment de l’expressionnisme allemand). Bref c’est une mine d’infos débitée à vitesse grand V. Autant être en forme et concentré avant d’attaquer ce document !

• Commentary by film historian Rudy Behlmer : Behlmer est un historien du cinéma. Son commentaire est beaucoup plus posé que celui d’Ebert (et plus facile à suivre). Il replace Casablanca dans son contexte historique et nous ressort un bon nombre d’idées proposées par Ebert. Mais on a l’impression qu’il développe davantage son analyse. C’est moins tape à l’œil, plus fouillé. Quitte à n’en choisir qu’un seul, le commentaire de Rudy Behlmer apparaît comme le plus intéressant.

• A great cast is worth repeating : plusieurs diapositives rappellent les films qui réunissaient les comédiens de Casablanca. Bogey et Peter Lorre avaient joué ensemble dans Le Faucon maltais, Bogey et Greenstreet dans Across the Pacific (1942), etc. Ce bonus ressemble finalement à une recherche croisée sur IMDB : tous les films qui ont pu réunir deux des comédiens principaux de Casablanca ici sont listés.

• Other legendary titles available from Warner Home Video : ce supplément est composé de trois bandes-annonces de films édités récemment par Warner en DVD. Yankee Doodle Dandy, Adventures of Robin Hood - dont on peut d’ailleurs admirer la très belle restauration - et The Treasure of the Sierra Madre de John Huston. Notez que pour ce titre la bande-annonce n’est pas restaurée et l’image proposée ne correspond pas du tout à celle du double DVD édité récemment !

• Cast and Crew : un résumé très succinct du générique du film. Une fiche complète aurait été beaucoup plus intéressante : ceux qui ne l’auraient pas remarqué auraient pu alors voir que Don Siegel fut un des monteurs de Casablanca ! Bref, un supplément très vide...

• Awards : on continue avec les informations sur le film. Il s’agit ici des récompenses obtenues par Casablanca et décrites dans deux diapositives.

• Theatrical trailer (2’16) : une bande-annonce originale de Casablanca. La copie non restaurée permet d’apprécier le travail effectué pour le DVD.

• Re-Release trailer (2’50) : la bande-annonce réalisée à l’occasion de la ressortie du film au cinéma en 1992. Ce trailer incite les jeunes spectateurs à découvrir le film de Michael Curtiz sur grand écran. La célèbre voix off des bandes-annonces US est là pour ajouter un côté "show" à l’affaire !

Second disque :

Ce DVD intégralement consacré aux bonus contient les documents les plus intéressants.

• The Children remember (6’47) : Stephen Bogart, écrivain de polar, et Pia Lindstrom parlent de leurs parents respectifs (Humphrey Bogart et Ingrid Bergman). Derrière le charme de voir ces deux grands enfants parler avec émotion de leur parent star, on n’apprend pas grand chose. Chacun des deux reste très discret sur leur vie privée et ne nous informe que de généralités connues et rabâchées sur la genèse du film. On ne saura donc pas ce que pensait la belle Ingrid du ténébreux Bogey... Stephen Bogart termine par une petite déclaration très... américaine : "A film that keeps my father alive."

• Additional Scenes (1’39) : Deux scènes muettes, mais sous-titrées en anglais, ont été retrouvées et sont proposées ici. La première décrit une rencontre entre Rick et Lazlo. Rick lui explique qu’il va lui céder les laissez-passer contre une importante somme d’argent. La seconde montre un Allemand buvant un verre chez Rick, puis tombant visiblement empoisonné. On aurait aimé en savoir plus sur ces séquences coupées (pourquoi n’ont-elles pas été intégrées au métrage ?), mais Warner se contente de nous les servir sans la moindre explication. Dommage !

• Outtakes (4’59) : Il s’agit ici de prises muettes non retenues pour le film. Rien de bien passionnant...

• Scoring Stage sessions : Huit liens permettent d’écouter des enregistrements des morceaux musicaux du film avec certaines prises alternatives, notamment le As time goes by par Dooley Wilson.

• Bacall on Bogart (1'23"24) : Ce document est le plat de résistance de la section bonus : un portrait de Humphrey Bogart animé par Lauren Baccall en personne de près d’une heure trente. L’intérêt de ce document repose surtout dans la projection d’images rares : des photographies de Bogart jeune et au théâtre, des extraits de ses premiers films, des interviews... Les témoignages de nombreuses personnalités sont également instructifs : John Huston, Richard Brooks ou Katharine Hepburn parlent de Bogey avec respect et nous livrent quelques anecdotes croustillantes. Un très beau documentaire pour tous les admirateurs du comédien.

• You must remember this : a tribute to Casablanca (34’37) : Un making of de Casablanca animé encore une fois par Lauren Bacall. On y retrouve Rudy Behlmer, Pia Linstrom, Julius Epstein ou Dan Seymour pour de nombreux témoignages sur le film et son tournage auquel personne ne semblait croire. On reste ici dans une ambiance assez intimiste qui, contrairement aux nombreux making of d’autopromotion qu’on voit si souvent sur les DVD récents, donne un certain charme à ce documentaire.

• Screen Guild Theater 1943 : Adaptation radio de Casablanca avec Bogart, Bergman et Henreid. C'est l’occasion d’écouter ces shows radio qui régnaient avant que la télévision n’écrase tout. Très sympathique !

• Television adaptation - 1955 Who Holds Tomorrow (18’35) : il s’agit ici d’un remake télévisé de Casablanca. Très curieux, ce téléfilm n’en est pas moins ridicule comparé à l’original...

• Carrotblanca (8'02) : Un concentré de bonheur mené par les personnages des Looney Tunes. Titi joue Peter Lorre, Bugs est Bogart, Daffy est au piano ; ils parodient Casablanca avec un humour décapant ! L’image de ce dessin animé est splendide, les gags hilarants et la bande-son est proposée en 5.1. Bref, un bonus qui vaut à lui seul le choix de ce collector.

• Production research : Des diapositives reprenant des affiches et des notes de production du film.

Conclusion : les suppléments proposés sur cette édition de Casablanca ne sont peut-être pas tous intéressants mais certains s'avèrent de vrais bijoux et l'on a du mal à imaginer un DVD plus complet pour ce chef-d’œuvre.

Par François-Olivier Lefèvre - le 5 décembre 2011

Partenariat