Menu
Test dvd

Blanche Neige et les sept nains

DVD - Région 2
Disney
Parution : 7 / 10 / 2009

Image

Une édition miraculeuse, un conte de fée pour les cinéphiles. Rien que ça ! Tout ce que avez toujours voulu savoir sur ce film est compris dans ce DVD dans un foisonnement de bonus, servi dans un digipack de toute beauté. Des menus animés nous mettent dans l’ambiance, puisqu’ils sont présentés par le miroir magique lui-même ! Leur seul défaut : ils sont un peu trop longs pour être visionnés plusieurs fois. Quant à la copie du film devrait tout simplement servir de référence pour la qualité des restaurations de l’image et du son.

Le film, comme même les spectateurs de 1937 ne l’ont jamais vu ! La restauration de l’image, où plutôt les restaurations de l’images (en 1987, 1993 et 2000 !), dépasse toutes les espérances et offre une image immaculée, finement contrastée aux couleurs chatoyantes, exempte de tout défaut de pellicule et ceci malgré l’âge avancé du film. La définition est si précise que l’on a l’impression de regarder directement les celluloïds.

Son

La version originale a été remixée en DD 5.1, et respecte l’ambiance original de la version mono, ce qui nous permet de ne pas trop regretter l’absence de la version mono d’origine : peu d’effets arrières et de basses. Le nettoyage de la bande son permet la disparition de tout effet de souffle et éclairci les voix. La version originale reste, bien sûr, la plus accomplie, plus dynamique, et… la plus authentique puisque, hélas, il nous faut oublier la version française si familière avec la voix caractéristique et charmante de Lucie Dolène. En effet, pour des raisons juridiques (les droits d’auteur), techniques (difficulté de remixer en 5.1 une version française quand les voix sont sur la même piste que la musique) et afin de le rendre plus accessible aux nouvelles générations, l’éditeur a préféré produire un nouveau doublage. Quel dommage, d’autant plus que Lucie Dolène était notre fil conducteur à travers les production Disney : on la retrouvait dans le Livre de la Jungle, jusqu’à la Belle et la Bête (qui a aussi été redoublée depuis). Malgré l’inconvénient, force est de constater l’extrême fidélité au doublage d’origine.

Suppléments

Un véritable coffre-fort qui ne demande qu’à se faire dévaliser. Un foisonnement de documents, films, archives, textes et photos, permet véritablement de suivre le film dans sa conception, de réaliser toute l’envergure du défi relevé par l’équipe Disney. Pour la première fois, on découvre les scènes et concepts abandonnés avec le plus grand ravissement. Comme la plupart des bonus de cette collection, il est possible soit d’y accéder par une "visite guidée", plus succincte, présentée par Pierre Tchernia ou Angela Lansbury, ou par un menu.

Le premier DVD offre un Making Of (22mn) efficace mais succinct, résumant tout ce que l’on retrouvera dans le second DVD, un commentaire audio en VOST qui représente un véritable miracle technique puisqu’il regroupe les interventions de Walt Disney enregistrées à l’époque, un karaoké, un jeu interactif et, enfin, la chanson Some day my prince will come interprétée par Barbra Streisand.

Le second DVD nous oblige à prendre une bonne semaine de congé afin de le découvrir dans tous ses détails. Après une présentation de Pierre Tchernia, on accède à un menu divisant les bonus en 5 parties :

Le puit aux souhaits, nous emmène aux origines de l’œuvre, avec le texte des frères Grimm in extenso et la comparaison entre le film et le storyboard, grand classique des éditions Disney.

Le château de la reine nous fait découvrir de façon très pédagogique la création du dessin animé en plusieurs séquences documentaires, souvent tirées des émissions télévisées produites par le studio, dont certaines sont présentées par Walt Disney lui-même : le style, l’évolution graphique grâce à une inépuisable galerie de dessins, le travail des décors et de la composition de l’image, les différents tests techniques, ainsi que l’animation proprement dîtes.

Le donjon de la reine présente les concepts abandonnés, grâce à une reconstitution de 3 séquences animées à partir des storyboards originaux, accompagnées de bandes sonores (on y retrouvera la séquence alternative illustrant la chanson Un jour mon prince viendra), ainsi que le long processus de restauration du film.

La mine des nains explore les scènes supprimées (5 scènes, souvent à l’état préparatoires dont la fameuse "scène de la soupe"), les génériques originaux d’ouverture et de fin (avec le logo RKO) et un reportage absolument inutile sur les studios Disney à travers les décennies.

La chaumière des nains concerne la promotion du film : documents vidéos et radiographiques sur l’avant-première à Los Angeles en 1937, les bandes annonces du film, le matériel promotionnel et des documents radiophoniques sous-titrés permettant de découvrir les chansons supprimées du projet.

Par Johnny Guitar - le 1 janvier 2004

Partenariat