Menu
Test dvd

Black Dragons

DVD - Région 2
Hantik Films
Parution : 18 / 1 / 2011

Image

Hantik Films est un petit éditeur indépendant qui fait ici ses premières armes. The Death Kiss et Black Dragons représentent leurs premières sorties. Espérons que les ventes soient suffisantes pour qu’ils puissent se lancer dans d’autres parutions de films de genre un peu plus prestigieux et mieux traités numériquement.
Car le problème de ces éditions DVD se fait un peu sentir au niveau de l’image. Nous avons affaire à des films libres de droits, ce qui explique l’état de copies que personne ne restaurera jamais à grands frais (ne rêvons pas). Des deux, c'est Black Dragons qui fait meilleure figure, avec 10 ans de moins au compteur, sur une qualité similaire à celle des éditions de chez Aventi concernant les quelques films de la Monogram qu’ils avaient sortis (The Devil Bat, Bowery at Midnight, Invisible Ghost, The Corpse Vanishes…). Nous avons donc une copie griffée, qui a beaucoup vieilli et avec de nombreux défauts, mais finalement très lisible et assez agréable compte tenu du statut de ces œuvres aujourd’hui. Un travail limité mais honnête, d’autant que l’éditeur n’avait certainement pas l’occasion de faire mieux.

Son

L'édition présentant une piste sonore saturée et très abimée, le degré d’exigence ne devra pas être trop haut pour le cinéphile désireux de jeter un œil sur cette œuvre. Les voix sont tout de même audibles la plupart du temps et surtout l’éditeur se fend de sous-titres dans plusieurs langues, dont le français. Cas unique au monde concernant ce film.

Suppléments

Cette édition propose les deux premiers épisodes du serial Undersea Kingdom diffusé en 1936 aux USA. Un serial peu intéressant, certainement pas parmi les meilleurs du genre (on est loin des Flash Gordon, Dick Tracy et autres Zorro), mais amusant à découvrir.

On trouve également un livret en plusieurs langues (dont le français) avec un texte signé Jean-Pierre Putters. Connaisseur du bis comme personne, l’homme nous présente le film avec sympathie et simplicité. Il commet une toutefois erreur en affirmant que le film L’Homme invisible contre la Gestapo (Invisible Agent, efficace divertissement fantastique réalisé par Edwin L. Marin en 1942 pour la Universal) est un film invisible depuis longtemps. Amour du jeu de mots ou petit oubli involontaire, il n’en reste pas moins que le film est disponible dans un très beau coffret The Invisible Man Legacy depuis 2004 (édité chez Universal, avec des sous-titres français). Du remplissage, certes, mais prouvant la bonne fois et l’énergie que Hantik Film tente de mettre dans ses parutions.
Par Julien Leonard - le 16 juin 2011

Partenariat