Menu
Test blu-ray

Un hold-up extraordinaire

BLU-RAY - Région B
Elephant Films
Parution : 28 / 2 / 2019

Image

Eléphant propose Gambit avec ce qui est sans doute la dernière restauration en date, malheureusement pas tout à fait récente. Universal a produit ce master HD il y a visiblement pas mal d'années maintenant, avec du matériel qui apparaît un peu limité techniquement, bien que l'aspect global reste correct. Si l'image est très propre et à peu près stable (on note quelques plans encore un peu tremblotants), les contrastes équilibrés (avec des noirs détaillés) et la colorimétrie satisfaisante, le niveau de détail et la finesse du trait restent encore à améliorer. On sent également que le grain a été légèrement atténué au réducteur de bruit. Une présentation honnête pour cette bonne comédie, même s'il est fort dommage qu'Universal n'ait pas investi davantage dans une restauration au moment de la sortie du remake, en 2012...

Son

La version originale est de bonne qualité, avec une dynamique honnête et un rendu très propre, équilibré, sans sifflantes, souffle ou saturations. La version française tient la route mais reste d'une ampleur plus limitée, évoluant sans doute un peu plus dans les aigus. Les ambiances sont moins claires, plus couvertes, et les voix possèdent quelques sifflantes tout en étant plus rapprochées de la saturation. On ne relève aucun souffle gênant.

Suppléments

Escrocs mais pas trop (21 min - 1080i)
On retrouve le sympathique Julien Comelli, confortablement installé dans son chalet suisse, pour une présentation très globale du film et de son équipe, à travers leurs filmographies - donnant au passage quelques conseils de visionnage toujours bienvenus pour des films souvent invisibles aujourd'hui. Il resitue d'abord Gambit dans la vague de film de casse, alors très populaire, et revient sur la "carrière assez étonnante" de Ronald Neame, scénariste devenu réalisateur (Dossier Odessa ou L'Aventure du Poséidon). Il parle brièvement des têtes d'affiche, présentant surtout les trois autres films que Michael Caine tourna en 1966, pour se concentrer sur des personnalités plus méconnues comme le costumier Jean Louis ou le producteur Leo L. Fuchs, au parcours international, qui débuta comme photographe de plateau et produisit de nombreux films en France, dont Jo avec Louis de Funès. Julien Comelli revient enfin sur le format Techniscope, souvent utilisé en Europe (par Sergio Leone) et pendant quelques petites années par Universal, et sur le remake produit en 2012 et scénarisé par les frères Coen.


Bande-annonce (1 min 27 - 1080i) recréée par Eléphant pour son édition (la bande-annonce originale semble introuvable dans une qualité convenable). On trouve également les bandes-annonces des autres sorties d'Eléphant Films comme Police sur la ville, Chacal ou Les Loups de haute mer.

Galerie de photos (2 min 16 - 1080p) dont certaines montrent une scène non incluse dans le montage final : le complice de Michael Caine fabrique la statuette en moulant le visage de Shirley McLaine...

Sans oublier la jaquette réversible proposant l'affiche originale !

En savoir plus

Taille du Disque : 29 227 174 227 bytes
Taille du Film : 24 013 903 872 bytes
Durée : 1:48:27.542
Total Bitrate: 29,52 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,97 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24971 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1478 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1473 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,072 kbps
Subtitle: French / 22,224 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 5 avril 2019

Partenariat