Menu
Test blu-ray

Shanghaï Express

BLU-RAY - Région B
Elephant Films
Parution : 30 / 4 / 2019

Image

Shanghai Express a rejoint la collection Marlene Dietrich d'Elephant Films à partir d'une ancienne restauration produite par Universal. La copie est assez stable, avec des contrastes plutôt équilibrés et un beau noir & blanc. L'ensemble souffre encore des traces du temps, avec une propreté un peu irrégulière, des images pas complètement nettoyées où subsistent des griffures verticales légères mais récurrentes. Le scan semble plutôt ancien, avec un niveau de détail très limité et un grain épais. Cette qualité de définition assez décevante provient surtout du matériel photochimique utilisé, vraisemblablement le meilleur disponible. Il s'agit d'un élément visiblement mal tiré, avec un léger dédoublement/décalage du trait. Est-ce l'unique élément ayant survécu ou bien simplement la copie (perfectible) de référence de cette restauration ? Toujours est-il que la dernière restauration en date, disponible dans le coffret Sternberg/Dietrich, sorti chez Criterion l'an passé, proposant officiellement le scan 4K d'un marron 35mm, s'est également basée sur un élément perfectible (sans doute identique). On note toutefois, grâce au scan 4K, un cadre plus aéré et plus large (parfois de façon très spectaculaire) mais en même temps une amélioration de la précision loin d'être flagrante ainsi qu'une image plus lumineuse, mais avec des blancs saturés et moins détaillés.

comparatif Blu-ray Criterion (2018) vs. Blu-ray Eléphant (2019) :   1   2   3   4   5   6

Son

Uniquement proposée en version originale, la bande-son trahit son âge et les techniques de prise de son de l'époque. Le mixage est plutôt simple, avec des ambiances palpables. Les voix restent assez claires malgré quelques sifflantes. Un léger souffle reste perceptible pendant tout le film. L'ensemble est assez propre, sans craquements.

Suppléments

Entretien avec Mathieu Macheret et Théo Esparon (38 min - 1080i)
Poursuivant la formule (gagnante) initiée par Rimini dans la collection Billy Wilder, Elephant Films propose une discussion ouverte entre le critique Mathieu Macheret et Théo Esparon, historien et spécialiste de Josef Von Sternberg. Les deux érudits proposent une discussion passionnante sur Shanghai Express, "apogée d'une période intense d'activité" pour réalisateur, dont ils analysent le style. On évoque par exemple la façon dont le train est structuré, tel "un feuilleté de parois et d'interstices", comme un espace mental. Ou comment les personnages à l'identité flottante sont caractérisés, dans une bienséance de façade et dans un monde "en concentré, dans une sorte de maquette". Ils parlent de la réalité magique, "un ailleurs fantasmé" et polyglotte, avec un duo féminin dans l'action et un couple "qui n'arrive pas à s'accorder"...

Présentation de Jean-Pierre Dionnet (13 min - 1080i)
On retrouve le journaliste et critique pour une intéressante introduction à cette 4e collaboration entre Sternberg et Marlene, qui incarne ici "une femme libre". En plus des commentaires sur "une Marlene à peu près unique", son idylle avec Greta Garbo (!) ou la participation non créditée de Howard Hawks ("presque un scénario hawksien"), Dionnet présente quelques membres plus ou moins méconnus de l'équipe ou du casting, comme le costumier Travis Banton, "un génie alcoolique", le directeur de la photographie Lee Garmes qui fut parfois aidé par le fameux James Wong HoweWarner Oland (le Chinois suédois), Clive Brook ou Anna May Wong, "aussi magnétique, aussi étrange, aussi étonnante" que Marlene.

Josef Von Sternberg par Jean-Pierre Dionnet (12 min - 1080i)
Jean-Pierre Dionnet évoque brièvement mais de manière très personnelle la carrière du réalisateur de La Femme et le pantin, de ses débuts au temps du muet, dont il devient l'un des grands metteurs en scène en quelques années à peine, à sa rencontre avec son égérie Marlene Dietrich : ils tourneront sept films "parmi les plus beaux du monde". Mais Sternberg est un personnage "tout à fait à part", fermé et très exigeant, dont la réputation difficile accélérera son éloignement des studios. Il se reconvertira un temps comme professeur à l'UCLA, où il étudiera... ses propres films !

Portrait de Marlene Dietrich (13 min - 1080i)
Le critique Xavier Leherpeur livre un portrait passionné et très intéressant de cette "actrice complète" née dans le vivier créatif du Berlin des années 20, "porteuse de cette Histoire très symbolique du 20ème siècle", qui incarne un féminisme assumé. Ce "personnage entier", qui est à la fois dans les films "et légèrement en décalage", possédait un talent que n'avaient pas les autres comédiennes de l'époque. Elle émoustilla le public américain (probable "choc immédiat") et influença ses contemporains (Lauren Bacall) comme les artistes d'aujourd'hui (Madonna...).

Bande-annonce (1 min 56 - SD) accompagnée des bandes-annonces des films de la collection Marlene Dietrich, chez Eléphant.

On termine avec une galerie de photos (3 min - HD) sans oublier une jaquette réversible proposant l'affiche originale.

En savoir plus

Taille du Disque : 40 271 920 256 bytes
Taille du Film : 20 570 867 712 bytes
Durée : 1:22:16.932
Total Bitrate: 33,33 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,83 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29830 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1779 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 24,805 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 27 août 2019