Menu
Test blu-ray

Sauvez le Neptune

BLU-RAY - Région B
Elephant Films
Parution : 5 / 9 / 2017

Image

Avec Elephant Films, éditeur français indépendant que nous apprécions particulièrement pour ses choix de catalogues et sa signature éditoriale, il y a régulièrement "à boire et à manger". Comme cette société, qui ne restaure pas ou peu les films et - heureusement - ne les dénature quasiment pas -, est tributaire des efforts consentis par les compagnies de production qui leur cèdent leur matériel, les surprises peuvent être de taille (dans un sens positif comme négatif). Avec Sauvez le Neptune, il y a de quoi rester circonspect. Comme on pouvait s'y attendre, puisque nous avons affaire à un master Universal, une major trop souvent peu encline à traiter son impressionnant patrimoine avec toute la rigueur requise, le matériel apparaît daté et n'est certainement pas issu d'un scan bénéficiant des technologies les plus pointues à l'heure actuelle. On se demande souvent quelle est la vraie nature de ce master HD. Certes, le DVD (déjà ancien) est enterré à tous les niveaux qualitativement parlant, mais on aurait pu espérer une image haute-définition de meilleure qualité et surtout plus régulière dans sa tenue globale. Cela dit, le flop dont fut victime le film n'incitait pas vraiment à l'espoir quant à la sortie d'une édition de référence sur le plan technique. Puisque l'éditeur annonce une "version intégrale restaurée", on se permettra d'objecter qu'elle l'est en effet mais seulement en partie. Certes, malgré l'apparition étonnante de quelques points blancs et noirs, la propreté de la copie est plutôt appréciable. Le problème se situe plus généralement dans le fait que le rendu varie beaucoup selon les types de plan.

Les scènes en extérieur de jour sont assez belles, tant au point de vue de la définition que de la colorimétrie - le traitement des couleurs est d'ailleurs globalement très satisfaisant, même s'il faut déplorer une légère dominante magenta. Les scènes à l'intérieur des bateaux et surtout du sous-marin sont variables en terme de définition et de contrastes mais restent séduisantes même si le piqué déçoit parfois (mais bizarrement plusieurs gros plans de visage attestent que nous sommes bien en présence d'un rendu HD). Quant aux scènes sous-marines et de nuit, c'est au petit bonheur la chance... Les contrastes manquent globalement de détail dans les zones en basse lumière, les séquences subaquatiques apparaissent en général trop sombres, quelques plans ont fier allure quand d'autres sont victimes de postérisation et d'un manque de piqué qui leur donnent un aspect laiteux très désagréable ; les scènes dans le brouillard au début du film sont en plus affublées d'un surplus de grain vidéo assez hideux. En revanche, puisqu'on parle de grain, sauf exceptions l'image de ce Blu-ray de Sauvez le Neptune arbore une patine "argentique" bienvenue pour ceux (pas assez nombreux hélas) qui attendent des éditeurs un véritable respect de l'image cinématographique. En résumé, l'essai n'est qu'à moitié transformé. Mais la faible notoriété du film ne permet probablement pas d'espérer un meilleur traitement HD à l'avenir. L'achat peut donc se justifier, surtout pour les nostalgiques des films catastrophe à l'ancienne sans prétention mais au solide savoir-faire et à l'interprétation virile (mais pas cynique ou au treizième degré).

Son

Les deux pistes sonores proposées - en stéréo - possèdent des caractéristiques assez proches : clarté, propreté, bon équilibre voix / musique / ambiances. La version originale l'emporte bien sûr par son naturel, sa dynamique et sa profondeur. Néanmoins, la déception pointe le bout du nez : compte tenu du type de film (une production spectaculaire et claustrophobe en milieu subaquatique), on aurait pu espérer un meilleur travail au niveau des ambiances et des effets sonores. Or ce n'est pas le cas ; la bande sonore manque vraiment de précision, de puissance et de richesse. Quant aux nostalgiques des doublages anciens (et de qualité), ils seront à la fête puisque nombre de voix connues répondent à l'appel pour doubler les comédiens principaux.

Suppléments

Le disque démarre sur un montage d'extraits (1 min 39 - HD) de cette collection récente de cinq films à grand spectacle des années 70 présentée par Julien Comelli : Un tueur dans la foule, Sauvez le Neptune, La Symphonie des héros, La Kermesse des Aigles et Le Toboggan de la mort.

La Dame en gris (10 min 27 - 2.35 - Dolby Digital stéréo 2.0 - 2017 - HD)
Cette production Argentic Films se présente sous la forme d'une interview de l'universitaire suisse Julien Comelli, passionné de cinéma et journaliste indépendant pour un magazine régional, à qui Elephant Films a confié les bonus de cette collection. Son crédo est plutôt "encyclopédique", la recherche de l'anecdote et la présentation générale des œuvres, et non l'analyse qui n'est pas sa tasse de thé. Illustré par de courts extraits de Sauvez le Neptune, ce document aborde en premier lieu le sous-genre du film de sous-marin à travers l'évocation très rapide de quelques-uns de ses films phares ou alors moins connus : Das Boot, Destination Zébra Station Polaire, Torpilles sous l'Atlantique, A la poursuite d'Octobre Rouge, USS Alabama, U-571, K-19 et Black Sea. Comelli en vient ensuite directement à Sauvez le Neptune, dont il explique le titre original (Gray Lady Down) avant de relever deux influences : Les Naufragés du 747 et Les Dents de la mer (les sous-mariniers en regardent un extrait). Il évoque le célèbre producteur indépendant Walter Mirisch, qui passe de United Artists à Universal dans les années 70, nous parle brièvement du réalisateur anglais David Greene - qui a surtout travaillé pour le petit écran - et de certains de ses films. Enfin, Comelli achève son laïus par la distribution. Après Charlton Heston et ses incarnations dans les fameux films d'anticipation et catastrophe des seventies (dans Sauvez le Neptune, son rôle va d'ailleurs à l'encontre de ces personnages héroïques), il aborde rapidement la carrière des autres comédiens : Stacy Keach, David Carradine, Ned Beatty, Ronny Cox et Christopher Reeve. Honnêtement, le cinéphile un poil connaisseur n'appendra pas grand-chose de cette interview, Comelli en restant plutôt à une présentation succincte et rapide. Seul les plus jeunes et les moins informés pourront profiter de cette petite mise en perspective (qu'il faudra regarder après le film pour éviter les spoilers).

Bandes-annonces
Cinq films-annonces de quatre films de cette nouvelle collection nous sont présentés en SD : Le Toboggan de la mort (1 min 40 et 3 min), La Kermesse des Aigles (3 min 32), Un tueur dans la foule (2 min) et Sauvez le Neptune (3 min 37 - 4/3).

Galerie photos
Il s'agit en fait d'un diaporama (2 min 32) en HD contenant une vingtaine de photographies (une affiche comprise), dont certaines semblent avoir été capturées du Blu-ray.

Par Ronny Chester - le 3 novembre 2017