Menu
Test blu-ray

Qu'elle était verte ma vallée

BLU-RAY - Région A, B, C
20th Century Fox
Parution : 6 / 2 / 2013

Image

Une très belle restauration : l'image, complètement nettoyée et stabilisée, brille de mille feux. La définition est d'un excellent niveau, précise, avec un grain discret mais bien présent et un taux de compression élevé. Les quelques réserves que l'on pourrait éventuellement soulever concernent la gestion des hautes lumières (les blancs sont parfois un peu trop clairs, certains visages semblant presque surexposés sur certaines images) et des contrastes (le niveau des noirs est parfois légèrement insuffisant ou inégal d'un plan à l'autre, souvent dans les plans truqués). Ce ne sont heureusement que des détails minimes, rien qui n'entache la qualité du master proposé ici. Qu'elle était verte ma vallée a été tourné il y a plus de 70 ans, on croirait parfois qu'il vient juste de sortir.

Son

Deux mixages sont proposés en version originale : la piste 5.1 en DTS-HD Master Audio est la plus convaincante, elle réussit à gommer l'usure du temps. La spatialisation est subtile et naturelle, essentiellement concentrée sur les enceintes frontales. C'est la musique, claire et précise, qui bénéficie le plus de ce traitement. On ne note aucun souffle, contrairement à la piste mono 1.0, plus basique, qui le laisse apparaître de façon assez présente. La version française bénéficie également d'un mixage en DTS 5.1 mais il est beaucoup plus ténu. Pour ne pas jurer avec la qualité du doublage (des voix couvertes, un spectre sonore réduit), la musique adopte le même profil avec une ampleur retenue.

Suppléments

Le film est présenté dans un beau digibook comportant un livret de quelques pages sur John Ford, Roddy McDowall et Maureen O'Hara.

Aucun supplément de ce Blu-ray n'est sous-titré.

Commentaire audio de Anna Lee Nathan et Joseph Mc Bride
L'interprète de Bronwyn dans le film revient sur le tournage et ses relations avec l'équipe, racontant par exemple comment elle a caché sa grossesse au réalisateur pour ne pas voir le rôle lui échapper. Le biographe de John Ford, enregistré séparément, apporte de son côté de nombreux éclaircissements sur l'élaboration du projet. Rempli d'informations et d'anecdotes, ce commentaire ravira les amateurs de détails.

Hollywood backstories : "Qu'elle était verte ma vallée" (25 min - SD - 4/3)
Cet épisode de la série documentaire diffusée à la télévision américaine il y a une dizaine d'années se révèle être un bon supplément. La fabrication du film est racontée dans ses grandes largeurs, du premier projet de Zanuck (qui voulait en faire son Autant en emporte le vent, 4h en Technicolor sous la direction de William Wyler) au changement radical de direction entrepris par le studio. Le film, trop politique et trop coûteux, fut finalement tourné en Californie (et non au Pays de Galles) et en noir et blanc pour des questions de crédibilité. C'est le grand drame humain qui intéressait Zanuck, lequel découvrit en John Ford l'allié idéal : ils formèrent un tandem décidé et efficace, Ford trouvant dans cette histoire des échos à sa famille et à son enfance au point d'y mettre tout son coeur.

On trouve enfin la bande-annonce (1 min 45 - SD - 4/3) absolument pas restaurée.

Par Stéphane Beauchet - le 22 mai 2013

Partenariat