Menu
Test blu-ray

Norma Rae

BLU-RAY - Région All
20th Century Fox
Parution : 2 / 5 / 2014

Image

Ne nous privons pas d'un film de Martin Ritt en Blu-ray, ils sont si rares, d'autant plus que l'excellent Norma Rae bénéficie d'un très bon transfert. Il s'agit peut-être d'un scan 2K, en tout cas cela y ressemble puisque l'image est d'une belle précision, avec un niveau de détail appréciable et une granulation fine et abondante qui n'a pas été estompée. La copie est stable, immaculée, les contrastes sont équilibrés, jamais pris en défaut, accompagnant une colorimétrie très fidèle, semble-t-il, à l'étalonnage d'origine. Ce transfert restitue au mieux les conditions de visionnage en salle, avec un grand respect de la photographie naturaliste et minimale du film, capté en lumière naturelle ou presque (quasiment pas d'éclairage additionnel), avec des défauts d'origine qui n'ont donc pas été retouchés. Ainsi, les teintes sont parfois glauques, verdâtres, les images peuvent être sous-exposées ou ternes, les ombres marquées... Des parti-pris anti-glamour mais réalistes, qui pourront choquer ou parfois déplaire, mais un Blu-ray qui est sans doute au plus près des intentions du directeur de la photographie John A. Alonzo, et en cela une réussite.

Son

Là aussi, bonne retranscription des pistes mono d'origine, parfaitement nettoyées et ne souffrant pas des traces du temps. En anglais ou en français, le rendu est à peu près identique (un peu moins de basses fréquences en français) avec un mixage détaillé, des voix claires et dénuées de sifflantes. Le souffle a été gommé dans les deux cas. Un rendu simple et efficace, comme le film.

Suppléments


Backstories : Norma Rae (25 min - SD - 4/3 - non sous-titré)
Episode d'un série TV documentaire sur les coulisses des films, consacré ici à Norma Rae. C'est très classique et très général, mais avec quelques images d'archives ou des précisions bienvenues sur le tournage ou les évènements qui ont inspiré le film. Quelques entretiens avec des membres de l'équipe (Sally Field, Ron Leibman, John Alonzo ou la productrice Tamara Asseyev) complètent le dispositif et permettent de raconter les coulisses : l'immersion de l'actrice dans le monde ouvrier pour un rôle que les stars ont toutes refusées, les premiers succès au Festival de Cannes avant l'Oscar pour Sally Field. On évoque également la "conscience sociale" de Martin Ritt, cinéaste passablement oublié aujourd'hui malgré quelques très beaux films à son actif.


Bande-annonce (2 min 37 - SD - non sous-titré)

En savoir plus

Taille du Disque : 40 070 809 187 bytes
Taille du Film : 36 941 568 000 bytes
Durée : 1:54:37.537
Total Bitrate: 42,97 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 35,95 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 35955 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1063 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: Spanish / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1055 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1080 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: Italian / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1050 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: English / 30,803 kbps
Subtitle: Spanish / 32,689 kbps
Subtitle: French / 28,523 kbps
Subtitle: Dutch / 28,820 kbps
Subtitle: Italian / 30,319 kbps
Subtitle: Japanese / 20,326 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 6 mai 2020

Partenariat