Menu
Test blu-ray

Mais qui a tué Harry ?

BLU-RAY - Région A, B, C
Universal Pictures Video
Parution : 30 / 10 / 2012

Image

N'y allons pas par quatre chemins : l'image est sublime. Mais qui a tué Harry ? fait partie des titres les plus soignés du coffret Hitchcock. Il bénéficie d'une restauration récente et très solide qui rend pleinement justice à la splendide photographie en VistaVision de Robert Burks. Les paysages d'automne du Vermont nous en mettent plein la vue dès les premières minutes. La définition est extrêmement précise et permet beaucoup de détails dans les textures. Les couleurs sont chatoyantes, idéalement saturées. Luminosité et contrastes sont aussi au diapason. On note la présence d'un léger grain (plus discret dans les scènes sombres) sans aucun problème de compression.

Pour être complet on pourra trouver quelques défauts, mais ils nous semblent tout à fait négligeables. On signalera quelques images manquantes dans un plan (à 4 mn 23 s) ; les plus pointilleux pourront remarquer, autour de 57 mn 40 s (pour une durée totale d'une dizaine de secondes), deux plans un peu moins définis où apparaissent aussi quelques rayures. Au niveau de la propreté, la copie est d'ailleurs de très bonne tenue : seuls quelques points blancs apparaissent de-ci de-là.

Son

Ici, pas de remixage en 5.1 mais des pistes audio en mono d'origine. La version originale est claire, principalement axée sur les dialogues, avec une ambiance discrète mais un rendu crédible et fidèle. On note un très léger souffle ponctuel. La version française, très propre, bénéficie d'un spectre sonore un peu plus réduit. Les dialogues et l'ambiance sont peut-être plus couverts, quand la musique est parfois plus aigüe.

Suppléments

Les ennuis de Harry ne sont pas terminés (32 min - SD - 4/3)
Un documentaire réalisé par Laurent Bouzereau en 2000, qui revient de façon assez complète sur le film grâce aux interventions du producteur Herbert Coleman, du scénariste John Michael Hayes, de John Forsythe (qui ne cache pas le plaisir d'avoir côtoyé le Maître du suspense, avec qui il semble s'être très bien entendu) et de la fille d'Alfred Hitchcock. On regrettera l'absence de Shirley MacLaine, qui fut choisie lorsqu'elle jouait Pajama Game au théâtre. On aborde également la première collaboration avec le compositeur Bernard Herrmann, dont le comportement caractériel fut difficilement supportable pour les musiciens de l'orchestre de la Paramount. Dans un premier temps, cette comédie à l'anglaise ne fût pas du goût du public américain (qui n'aimait pas plaisanter avec la mort). Or ce mélange d'humour et d'histoire macabre influencera le ton de la série télévisée Alfred Hitchcock présente qui aura pourtant un énorme succès.

Galerie de photos et d'affiches (6 min - SD - 4/3) proposée dans un format timbre-poste qui limite presque totalement son intérêt.

Bande-annonce (2 min 30s - SD - 4/3)
Il ne s'agit malheureusement pas de la bande-annonce originale mais d'un autre montage, probablement effectué dans les années 90 et destiné à la promotion du film en VHS.

Par Stéphane Beauchet - le 15 mai 2013

Partenariat