Menu
Test blu-ray

Les Ailes du Désir

BLU-RAY - Région B
Carlotta Films
Parution : 17 / 10 / 2023

Image

Conjointement aux célébrations du Festival Lumière de Lyon qui fêtait cette année le réalisateur Wim Wenders, Carlotta donne le coup d'envoi de sa grande rétrospective (et quasi intégrale) autour du cinéaste qui ponctuera son line-up pendant plusieurs mois. Première sortie aujourd'hui avec Les Ailes du désir, restauré en 2017 en 4K à partir des négatifs. Le film n'avait jamais été montré à partir de ces éléments originaux, même durant son exploitation en salles... ou lors de sa projection officielle au Festival de Cannes. La technique photochimique de l'époque impliquait en effet l'utilisation finale d'un négatif couleur pour pouvoir utiliser conjointement les segments en couleurs avec ceux en noir & blanc. Ce négatif était conçu à partir de divers éléments de duplication, éloignés pour les plans truqués jusqu'à 6 générations du négatif caméra, imposant au passage une infime coloration du noir & blanc, au grand dam du directeur photo Henri Alekan. Pour cette restauration, et pour la première fois, les travaux se sont basés sur les négatifs noir & blanc ET couleur originaux, les trucages optiques et les fondus ont été reconstitués image par image pour conserver le maximum de précision. Cette restauration, sortie en UHD il y a un an chez Artificial Eye en Angleterre et en mai dernier chez les américains de Criterion, a été produite par la Fondation Wim Wenders. Les travaux ont été effectués en Allemagne, au laboratoire Arri Media, sous la supervision de Wim Wenders et son épouse Donata.

Magie des scans 4K, les images d'Henri Alekan retrouvent une très belle finesse, beaucoup de détails, et un étalonnage respectueux des magnifiques nuances en noir & blanc, qui apparaissent sans dérives chromatiques. On savourera la beauté des dégradés de gris et des ombres qui retrouvent une densité photochimique plus affirmée par rapport à l'ancien transfert HD (sorti chez Arte en 2010). On notera l'absence de pulsations qui renforce le bel ajustement des contrastes, des noirs ni trop clairs ni trop sombres, mais toujours détaillés. Les images en couleurs semblent gagner davantage en finesse, grâce à l'utilisation de meilleurs éléments. Si la patine noir & blanc est admirable, le rendu couleur est également très réussi, bénéficiant de tonalités argentiques évidentes, avec une modernisation tempérée, efficace et surtout très naturelle de la palette. Attention : l'UHD n'est pas compatible avec les formats HDR ou Dolby Vision. Même si on pourra encore remarquer plusieurs poils en bord de cadre, quelques micro rayures verticales ou de petits points blancs discrets dans des plans en couleur, la copie a été profondément nettoyée et stabilisée, à l'exception des images d'archive qu'on a volontairement conservé dans leur usure originelle, pour mieux contraster avec les plans des années 80. Le grain est très bien géré par l'encodage, que ce soit en Blu-ray HD ou UHD. La fine granulation est particulièrement vivace et abondante dans les parties claires, toujours perceptible mais un peu tempérée dans les gris les plus sombres, ce qui peut parfois donner l'impression d'une perte de texture sur certaines images (rares) en pénombre. Ultime précision : le film est présenté avec son générique français, reconstitué à partir de photogrammes fixes. Une présentation très solide.

comparatif Blu-ray Arte (2010) vs. Blu-ray Carlotta (2023) :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Son

Restaurée par le laboratoire allemand Basis Berlin Postproduktion, la version originale des Ailes du désir a été remixée en 5.1 à partir des bandes magnétiques d'origine. Les travaux ont été aussi soignés que pour l'image, avec un grand respect du minutieux travail qui avait été effectué. Le son bénéficie d'une très belle dynamique, d'une ouverture appréciable et très détaillée, et de basses efficaces pendant les scènes de concert. Des scènes où se renforce la spatialisation, plus discrète (mais pas inactive) le reste du temps. L'ensemble est cristallin, entièrement nettoyé, et ne souffre d'aucune usure du temps. Carlotta propose également la version originale dans son mixage stéréo d'origine, au rendu tout aussi convaincant et équilibré. La version française mono ne démérite pas outre mesure mais souffre forcément plus difficilement de la comparaison. L'ouverture est logiquement moindre, les voix ont sans doute tendance à être trop mises en avant par rapport aux sons d'ambiance, parfois sensiblement diminués. La piste est bien nettoyée, il n'y a pas de souffle, craquements ou sifflantes.

Suppléments

Nouvelle (et déjà 26e !) édition Ultra Collector de Carlotta avec Les Ailes du désir, tirée à 3000 exemplaires et proposée en Blu-ray et Blu-ray UHD. Le visuel, très classieux, est cette fois signé de l'américaine Sister Hyde. Si l'on trouve évidemment le traditionnel livre qui accompagne les disques, Le Ciel de Berlin et ses 208 pages diffère des précédents puisqu'il ne s'agit pas d'un texte inédit ou d'un recueil d'analyses mais du scénario en français, illustré, établi à partir du film terminé. On aurait sans doute préféré trouver des récits de production ou autres analyses plutôt que ce compte-rendu minuté qui n'informe en rien sur le projet initial, avant les modifications ou suppressions d'éventuelles scènes coupées, ce qui l'aurait rendu tout de suite plus pertinent. Déception, donc. On se consolera avec les 35 photographies d'archives du tournage, idéalement présentées sur papier glacé, et un texte de quelques pages signées Wim Wenders, rédigées en 2017. Le réalisateur revient sur la restauration des Ailes du désir qui lui a permis de redécouvrir "l'innocence de son négatif d'origine" et le considérer encore davantage comme un document d'archive sur une époque qui allait disparaître, à peine deux ans plus tard. Il s'attarde peu sur ses souvenirs du tournage, l'occasion tout de même de glaner quelques rares informations sur la production du film au détour de quelques phrases. Wim Wenders explique pourquoi il a tant tenu à travailler avec Henri Alekan, "un savoir en voie de disparition", qui tel un artisan savait utiliser un simple morceau de bas (ayant appartenu à sa grand-mère) pour adoucir et faire scintiller les lumières claires. On apprend également que la comédienne Solveig Dommartin avait appris le trapèze en trois mois, ce qui ne se remarque pas vraiment à l'écran. 

Les films sont accompagnés de plusieurs suppléments, inclus à la fois sur le Blu-ray et le Blu-ray UHD. On regrettera que Carlotta n'en ait pas repris certains qui figuraient sur les éditions Arte et Criterion.

Entretien avec Wim Wenders (27 min - HD)
Supplément produit par la Fondation Wim Wenders, au contenu intéressant mais parfois décousu, qui permet au réalisateur de revenir sur la restauration des Ailes du désir et son implication dans ce "long processus" qui lui a rappelé sa "vision à l'époque", lorsqu'il découvrait quotidiennement les rushes auprès du célèbre Henri Alekan, spécialement sorti de sa retraite. Il évoque sa collaboration avec Nick Cave, "le Sinatra rock n' roll de notre temps" qui participait, en tant que figure incontournable du Berlin de la fin des années 80, à restituer au mieux l'ambiance de "cette ville trépidante". Wenders avoue avoir été troublé du décalage entre les deux époques imposé par le "voyage dans le temps" de la restauration, retrouvant Berlin telle qu'elle était alors, comme un pays étranger dans son propre pays, avant d'être totalement transfigurée 30 ans plus tard, suite au "processus douloureux" de la réunification. Il regrette que la ville ait perdu son âme et sa spécificité, reconstruite trop vite et devenue "un endroit international"...

Scènes coupées avec accompagnement musical (7 min)
Passages ou simples plans qui n'ont pas été retenus dans le montage final, sans leur son d'origine mais avec la musique du film.

Scènes coupées avec commentaire audio de Wim Wenders (32 min)
Seul supplément repris du précédent Blu-ray (chez Arte vidéo), quelques moments non conservés au final et non sonorisés, comme pour le module précédent, mais cette fois expliqués par le réalisateur. Enregistré en 2003, Wim Wenders contextualise certains plans, regrette parfois d'en avoir supprimé, comme ces interactions ludiques entre la population et Otto Sander, ange invisible mais "vrai clown". Il évoque l'humour de Curt Bois, la Potsdamer Platz qui n'était à l'époque qu'un no man's land traversé par le fameux mur, un plan avec son immeuble préféré de Berlin, mais tourné sous la neige et donc pas du tout raccord avec le reste du film, quelques scènes avec l'ange Cassiel devenu humain lui aussi, et les rushes d'une bataille de tarte à la crème avec l'ange Damiel, le dernier jour du tournage...


Vol en hélicoptère au-dessus de Berlin (11 min - HD)
Accompagnés par la musique du film, les rushes des images prises au-dessus de Berlin Ouest, dont certaines ont été utilisées dans le film. Un document qu'on peut aujourd'hui qualifier d'historique, tant la ville s'est métamorphosée.

Wim Wenders Berlin, janvier 1987 (10 min - SD upscalé - VOSTF)
Diffusé en février 1987 dans la mythique émission Cinéma, cinémas, quelques moments du tournage "tellement difficile" des Ailes du désir, où l'on voit Wim Wenders diriger son équipe technique, la cadreuse Agnès Godard et le directeur de la photographie Henri Alekan, "le grand maître du noir & blanc", ainsi que ses comédiens Bruno Ganz et Peter Falk...


Berlin, capitale du désir de Wim Wenders (15 min - HD)
Diffusé sur Arte en 2018 dans l'émission Invitation au voyage, un retour "sidéré" de Wim Wenders dans Berlin, "ville tourmentée mais libérée" qui lui a donné l'inspiration et "a inventé le film". Une ville qui montrait alors "ses cicatrices" mais qui s'est depuis réinventée, comme le constate le cinéaste au cours de ses déambulations dans les nouveaux quartiers d'affaires qui ont remplacé les vides des terrains vagues. Il revient sur les lieux des Ailes du désir, trente ans après, comme la Staatbibliothek où habitaient les anges, "dans une grande cacophonie de voix". Le photographe Jim Rakete, ami du réalisateur, parle brièvement du quartier de Krutsberg, foyer de la contre-culture berlinoise et "enclave festive et libératrice" qui ne veut pas se débarrasser de son chaos...


Bande-annonce de la restauration (HD - VOSTF)

Notez que Les Ailes du désir est également proposé sans le livre en Blu-ray simple et en Blu-ray 4K UHD.

En savoir plus

Taille du Disque : 47 878 071 468 bytes
Taille du Film : 37 776 800 448 bytes
Durée : 2:09:29.511
Total Bitrate: 38,90 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 30,95 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 30959 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: German / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3200 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: German / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1502 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1098 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 18,592 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 20 novembre 2023