Menu
Test blu-ray

Le Plein de super

BLU-RAY - Région B
Gaumont
Parution : 12 / 6 / 2019

Image

Le film d'Alain Cavalier a bénéficié d'une restauration très soignée, effectuée en 2K par le laboratoire Eclair à partir du négatif original. La copie est totalement stabilisée et entièrement nettoyée, la définition est précise, le niveau de détail assez bon, avec une légère granulation. Tourné à très petit budget et pratiquement sans éclairage artificiel, de nombreux plans d'intérieur ou de nuit souffrent donc d'une pénombre certaine, atténuée à l'étalonnage en éclaircissant les noirs, pour donner un peu plus de détail. On remarquera également que la colorimétrie montre parfois une dérive plus ou moins prononcée vers le vert ou le jaune, des nuances correspondant à la fois aux limites de la pellicule utilisée et aux méthodes de travail photographique du cinéma français des années 70, que le laboratoire Eclair a choisi de respecter à la lettre. La comparaison avec le précédent master, sorti en DVD chez Pathé, en 2011, est à ce titre assez révélateur des nouvelles méthodes et pensées pour la restauration image.

comparatif DVD Pathé (2011) vs. Blu-ray Gaumont (2019)1   2   3   4   5   6

Son

Restaurée par L.E. Diapason, la bande-son du Plein de super offre un rendu irréprochable. Profondément nettoyée, avec le souffle totalement supprimé, le son est détaillé, clair et dénué de scories du temps (sifflantes ou saturations). La dynamique est appréciable.

Suppléments

Les copains d'abord (28 min - 1080i)
Si l'on ne retrouve malheureusement pas les petits portraits des trois comédiens, réalisés par Alain Cavalier et disponibles sur la précédente édition DVD chez Pathé, Gaumont nous propose aujourd'hui un long entretien avec l'un des quatre compères du Plein de super : Bernard Crombey. Celui-ci évoque ses camarades Patrick BouchiteyXavier Saint-Macary ou Etienne Chicot, "le talent à l'état pur", et raconte comment est né ce "rêve réalisable" où des copains du cours Simon, repérés par Alain Cavalier, se sont lancés dans l'écriture d'un scénario collectif, développé à partir de leurs expériences. Il se rappelle le "souci d'être au plus juste" du réalisateur, les scènes faussement improvisées (car très écrites) et le résultat finalement intemporel, où rien n'a vraiment changé, quarante ans après. Parler du Plein de super inspire à Bernard Crombey un regard rétrospectif sur sa propre carrière et sur un métier difficile, au succès si imprévisible et aux lendemains si incertains, comme lorsqu'il fait un film en tête d'affiche et attend ensuite que le téléphone sonne. Il raconte surtout sa relation particulière avec Alain Cavalier, "une belle rencontre" avec qui il collaborera ensuite, à plusieurs reprises : pour le film Libera me, en 1993, ou sur le documentaire Six portraits XL sorti à l'automne 2018.

Le Plein de super restauré (1 min 30 - 1080p)
Quelques extraits avant/après restauration où l'on constate le nettoyage des images, le gommage des poinçons de fin de bobine, et surtout un matériau finalement bien conservé au départ.

En savoir plus

Taille du Disque : 37 403 156 143 bytes
Taille du Film : 30 160 220 160 bytes
Durée : 1:36:03.416
Total Bitrate: 41,86 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 38,93 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 38933 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 926 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 32,122 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 28 août 2019