Menu
Test blu-ray

Le Clan des irréductibles

BLU-RAY - Région A, B, C
Elephant Films
Parution : 2 / 5 / 2017

Image

Elephant Films a repris le master Universal édité aux USA fin 2012 chez Shout Factory. Il s'agit d'une restauration ancienne, ou issue d'un scan techniquement limité, qui a sans doute été numériquement retouchée un peu plus tard (à l'occasion de la sortie américaine ?) pour pallier certains défauts. L'ensemble est honnête, plutôt satisfaisant, même s'il garde en permanence un aspect un peu électronique : le niveau de définition, moyen au départ, a été artificiellement boosté par une accentuation abusive des contours. Si cela rend les gros plans sans doute plus convaincants, l'effet est très visible dans les plans larges en extérieurs, qui sont paradoxalement moins agréables à l'oeil. Le niveau de détail reste correct mais ne peut cacher, parfois, quelques faiblesses, notamment pendant les plans truqués (fondus) aux textures plus lissées et au grain estompé. Ce grain qui, durant le reste du film, est à peu près respecté, plus ou moins présent (l'encodage du Blu-ray Elephant, avec son débit vidéo un peu modeste, peut l'avoir dégradé mais c'est loin d'être sûr). Colorimétrie et contrastes sont plutôt convaincants, équilibrés, avec des noirs soutenus et quelques pulsations. On note également une grande stabilité du cadre et une copie propre.

Son

Un mono très convenable pour la version originale. Propre, sans saturation, respectueux des prises de son direct et du mixage d'origine, on ne relève pas de défauts particuliers. La version française possède un spectre sonore un tout petit peu plus limité, davantage dans les aigus (moins de basses) et aux voix plus resserrées. Peu de souffle, quelques saturations, mais un ensemble tout à fait convenable.

Suppléments

Paul Newman, portrait d'un homme bon (16 min - 1080i)
Les journalistes Charles Alf Lafon, du magazine So Film, et Sophie Serbini, de la chaîne SFR Sport (!), évoquent Paul Newman, "quintessence du héros américain d'après-guerre". En plus de sa carrière, on aborde évidemment sa vie privée (son mariage avec Joanne Woodward, sa personnalité "très engagée", "philanthrope") qui a beaucoup inspiré les Américains. Il y a également la course automobile et les voitures qui ont une place particulière dans sa vie (et la remarque pertinente autour de la mort de James Dean qui libéra les rôles pour Newman). Les deux intervenants resteront malheureusement peu loquaces sur la carrière de réalisateur de cet "homme qu'on ne peut qu'aimer."


On trouve également beaucoup de bandes-annonces dont celles des trois films avec Paul Newman sortis par l'éditeur en mai 2017, et plus particulièrement celle du Clan des irréductibles (1 min 46 - SD - VOST) ainsi qu'une galerie de photos d'exploitation en HD.

Et comme c'est désormais une (excellente) habitude, Elephant Films propose une jaquette réversible avec l'affiche originale américaine.

En savoir plus

Taille du Disque : 23 993 003 287 bytes
Taille du Film : 19 440 998 400 bytes
Durée : 1:54:26.484
Total Bitrate: 22,65 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 17,87 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 17873 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1585 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1696 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 18,217 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 14 août 2017