Menu
Test blu-ray

La Meilleure façon de marcher

BLU-RAY - Région B
LCJ Editions
Parution : 27 / 9 / 2017

Image

2017 marque un tournant pour LCJ Editions qui a proposé en septembre dernier rien de moins que le premier Blu-ray Ultra HD français avec Le Vieux fusil (nous en reparlerons dans quelques semaines). Parallèlement, l'éditeur a également sorti plusieurs titres restaurés en 4K comme La Meilleure façon de marcher dont le résultat en Blu-ray n'inspire que des superlatifs. Effectué par le laboratoire Eclair, ce magnifique transfert offre une image très précise, au niveau de détail acéré, soutenu par un grain fin qui n'a pas été atténué. On remarquera seulement une petite montée de grain et une texture épaissie dans les quelques plans truqués. Les images sont stables, totalement nettoyées et l'étalonnage, supervisé par Bruno Nuytten lui-même, propose une colorimétrie nuancée et très photochimique, aux contrastes souvent équilibrés (mais pas toujours). L'encodage est, là aussi, très soigné, avec un débit vidéo confortable qui évite tout artefact. Un très beau Blu-ray pour un excellent film.

Comme à chaque fois que l'on compare un master vieux de dix ans avec une restauration récente, le contraste est plutôt saisissant, entre une image boostée pour briller et un rendu plus proche de la pellicule. L'aspect 4K de La Meilleure façon de marcher est dans la lignée des travaux du laboratoire Eclair, avec un cadrage un peu resserré et surtout une colorimétrie beaucoup moins froide, qui tire vers le jaune/vert. Des différences qui sautent aux yeux ici mais qui passent relativement inaperçues pendant le visionnage.

comparatif DVD MK2 (2006) vs. BR LCJ (2017) :    1     2     3    4     5     6

Son

Egalement restaurée, la bande-son est d'une très grande clarté, avec des dialogues cristallins et des ambiances équilibrées, idéalement restituées. Un ensemble très subtil qui a été totalement nettoyé, où il ne subsiste aucun souffle parasite ni traces du temps. Le film est également présenté en Audiodescription pour les malvoyants.

Suppléments

La Meilleure façon de marcher est présenté dans un très beau digipack cartonné. On appréciera (comme sur Mourir d'aimer) le visuel repris de l'affiche originale. A défaut de proposer un vrai documentaire sur le film, LCJ a quand même soigné l'accompagnement éditorial en proposant plusieurs archives télévisées de l'époque.


Débat autour du film (9 min - SD - 4/3)
Extrait d'une émission présentée par Pierre Bouteiller qui réunit Claude Miller, Patrick Dewaere et Patrick Bouchitey, en pleine promotion du film, ainsi que deux critiques (dont Robert Benayoun). Claude Miller explique la nécessité d'ancrer l'histoire dans un lieu clos pour mieux provoquer "l'éclatement d'une certaine violence", évoquant rapidement l'aspect autobiographique (lui aussi a connu les colonies de vacances, et il n'aimait pas ça). Dewaere parle de "son rôle de con qui ne tolère pas les choses" et refuse la différence. Si les questions de Bouteiller ne sont pas exceptionnelles, on retiendra les interventions plus enrichissantes de Robert Benayoun.

Patrick Dewaere raconte "La Meilleure façon de marcher" (2 min - SD - 4/3)
Toujours pendant la promotion du film, l'acteur évoque "le droit à la différence".

Patrick Dewaere parle de son métier d'acteur et de sa carrière (8 min - SD - 4/3)
L'acteur est interrogé sur le box-office, sa technique de jeu ("à la fois cérébral et instinctif"), son rapport avec le metteur en scène (qu'il voit comme un couple "assez fort") ou son refus de tourner La Carapate avec Gérard Oury ("J'aime ce qui est drôle mais je n'aime pas les gags"). Le journaliste lui soumet alors tous les titres de sa filmographie, Dewaere ne choisissant de s'arrêter que sur La Meilleure façon de marcher ("un grand grand film à la mise en scène aboutie") et Série Noire...

Bande-annonce originale restaurée (2 min 47 - 1080i)


LCJ, qui a racheté (via Les Films de la Boissière) un catalogue comprenant plusieurs films de Claude Miller, propose ici ses deux premiers court métrages, restaurés en 2K : Juliet dans Paris (1967 - 18 min - 1080p) et La Question ordinaire (1969 - 11 min - 1080p), deux films aux histoires étranges, très conceptuelles, avec quelques recherches formelles.


En savoir plus

Taille du Disque : 32 617 405 788 bytes
Taille du Film : 21 376 008 192 bytes
Durée : 1:25:39.833
Total Bitrate: 33,27 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,30 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29300 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 855 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1342 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 27,158 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 15 décembre 2017