Menu
Test blu-ray

La Légende de la montagne

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 9 / 5 / 2018

Image

Carlotta poursuit l'exhumation du cinéma de King Hu avec La Légende de la montagne, une histoire de fantômes chinois restaurée en 2016 grâce au "projet de restauration numérique de classiques taiwanais" initié par le Taiwan Film Institute et le ministère de la Culture local. Les travaux ont été financés (comme ceux de A Touch of Zen, d'ailleurs) par l'actrice Hsu Feng, et confiés de nouveau à la branche hong-kongaise du laboratoire L'Immagine Ritrovata. Les conditions de visionnage sont très solides, avec une copie totalement stable et nettoyée, et une image d'une grande précision - même si les niveaux de piqué et de détail seront plus marqués dans les plans rapprochés. Un grain fin et maîtrisé texture l'ensemble sans avoir été filtré ou estompé, soutenu par un encodage solide qui ne laisse passer aucun artefact de compression, malgré pourtant 4 h d'images (film + suppléments) et de nombreux plans comprenant brume et fumées.


copyright Taiwan Film Institute

L'étalonnage est dans la lignée de ce que produit généralement le laboratoire italien, notamment pour A Touch of Zen et Dragon Inn, et surtout conforme à sa volonté d'être aussi fidèle que possible à l'expérience de la salle et des caractéristiques d'origine. On retrouve ainsi des tonalités très naturelles, très "pellicule", sans corrections ou saturations abusives, et avec une gamme de couleurs souvent nuancée (l'une des nombreuses qualités du scan 4K). L'Immagine Ritrovata a également choisi de conserver les niveaux de contraste de l'étalonnage d'origine, avec des résultats qui ne satisferont pas toujours mais qui, rappelons-le, sont ceux d'origine : les noirs colorés sont assez fréquents et les contrastes sont à peu près équilibrés pour les scènes de jour mais se montrent beaucoup moins homogènes dans les plans nocturnes, plus laiteux, un peu trop clairs.

Enfin, notons que Carlotta a repris le même master que le Blu-ray britannique Eureka (collection Master of Cinema), l'image du disque américain (Kino Lorber) étant légèrement zoomée. Deux éditions sorties plus tôt cette année...

Son

Le rendu sonore est tributaire des conditions techniques de production de l'époque. Ainsi, si le matériel de départ a permis une qualité d'image optimale, la bande-son entièrement post-synchronisée ne peut masquer quelques faiblesses d'origine, comme une saturation souvent très proche (voix, bruitages et musique) ainsi qu'une ouverture modeste. L'ensemble, qui tient cependant bien la route, a été soigneusement nettoyé, il ne subsiste qu'un très léger souffle, négligeable.

Suppléments


Monstre sacré du cinéma (22 min - 1080p)
Dans la continuité des éditions de A Touch of Zen et Dragon Inn, Carlotta reprend un supplément du Blu-ray anglais Eureka qui nous permet de retrouver le critique David Cairns pour un essai sur La Légende la montagne et le cinéma de King Hu. Il retrace rapidement la filmographie du réalisateur, notant que sa carrière ressemble étrangement à celle d'un de ses modèles, Sergio Leone, tous deux "pionniers de nouveaux genres qu'ils ont déployé au-delà de toute attente". Ce module est surtout prétexte à une analyse intéressante de La Légende de la montagne, au parallèle assez marqué avec l'histoire (et les films) de Dracula, l'inspiration de certains plans (Les Innocents) ou certaines influences que le film aura sur des productions contemporaines (le dernier Star Wars). Cairns s'attache au rendu des sensations, au jeu avec le suspense et le temps, aux "effets visuels simples à la Cocteau" ou aux spécificités du scénario. Il évoque également les différents montages du film, qui fut coupé à sa sortie.


Tony Rayns à propos de La Légende de la montagne (22 min - 1080p)
Autre supplément produit pour l'édition anglaise, un entretien passionnant avec un spécialiste du cinéma asiatique et grand connaisseur du parcours de King Hu, "un sacré personnage" qu'il a longtemps côtoyé. Certains éléments du module précédent sont ainsi repris avec davantage de précision, comme les explications sur la version intégrale à "l'atmosphère plus pénétrante", retrouvée il y a une dizaine d'années, longtemps après la mort du cinéaste, sa volonté farouche de travailler en liberté et en indépendance par rapport aux grands studios locaux, ou ce parcours atypique qui fut d'abord couronné de succès avant de tomber dans une période plus difficile et inégale à partir des années 70 (considéré démodé après l'arrivée de Bruce Lee, il fit l'acteur aux côtés de Jeff Bridges dans un film de Burgess Meredith...). Rayns raconte également pourquoi King Hu partit tourner Raining in The Mountain et La Légende de la montagne en Corée du Sud, évoque sa relation avec l'universitaire Chung Ling qui en signa le scénario, et les efforts de mise en scène pour différencier les deux films, tournés dans les mêmes lieux mais avec des styles distinctifs : pour La Légende de la montagne, il avait utilisé la fumée colorée et s'était appliqué à la "création d'une ambiance", "une expérience du temps".

Bande-annonce 2018 (1 min 49 - 1080p - VOSTF) créée pour les sorties anglo-saxonnes.

En savoir plus

Taille du Disque : 48 246 078 037 bytes
Taille du Film : 44 061 048 192 bytes
Durée : 3:12:15.815
Total Bitrate: 30,56 Mbps
Bitrate VIdéo Moyen : 27,99 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27998 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Chinese / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1042 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 13,634 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 29 août 2018

Partenariat