Menu
Test blu-ray

La Guerre des étoiles

BLU-RAY - Région All
Lucasfilm
Parution : 5 / 6 / 2020

Image

En 1997, George Lucas, convaincu par les progrès réalisés par les effets numériques générés par ordinateur, décide de modifier certains effets spéciaux  de l'Episode IV. Le résultat est jugé décevant par de nombreux fans et depuis, toutes les rééditions du film en vidéo sont réalisées à partir de cette nouvelle version. Ainsi en 2011, le coffret de l'intégrale proposait un transfert HD de la version remaniée de qualité correcte mais qui décevait de par les possibilités du support Blu-ray. La définition était moyenne, et la colorimétrie paraissait trop saturée et trop magenta. Il est évident également que le désir d'uniformiser un ensemble aux textures hétéroclites nivelle la qualité générale de l'image vers le bas et nous donne le sentiment que le piqué et le naturel de l'image auraient pu être meilleurs en évitant de limiter les montées de grain qui ne dérangent plus grand monde aujourd'hui. Le nouveau transfert 4K, réalisé toujours à partir des éléments modifiés en 1997, change quelque peu la donne, mais une nouvelle fois ne nous satisfait pas pleinement. Nous vous proposons cinq comparatifs UHD pour illustrer notre propos, accessibles via les liens ci-dessous (cliquez n'importe où dans l'image pour passer de la version UHD 2020 à la version HD 2011) :

Comparatif 1  Comparatif 2 Comparatif 3 Comparatif 4 Comparatif 5

Le plan retenu pour le comparatif 1 est une image composite qui a nécessité une duplication multi-générationnelle dans le domaine photochimique et donc une déperdition notable de précision. Malgré cela, l'apport du scan 4K semble évident, tant l'image paraît plus précise et les éléments qui composent la scène sont mieux formés. Sur le comparatif 2, on constate qu'avec un niveau de noir judicieusement ajusté, on peut faire apparaître le détail des matières en basse lumière de manière plus précise que sur le précédent Blu-ray. Ainsi la tenue de Dark Vador montre des textures de toile proche d'un velours, alors qu'elles paraissent opaques et sans texture sur le précédent Blu-ray. Cet aspect est facilité par la plus grande dynamique du Blu-ray UHD et sa profondeur 10 Bits, la quantité d'informations disponible est plus importante, et nous avons choisi ici de vous montrer les informations disponibles en basse lumière au détriment des hautes lumières, raison pour laquelle la conversion HDR vers SDR peut paraître un peu laiteuse. On constate également sur ces captures un travail très différent sur la colorimétrie, beaucoup moins saturée que le précédent transfert avec ses carnations trop rouges. On ne peut passer sous silence le fait que le grain ait été manipulé, probablement avec le désir de rendre l'ensemble plus homogène. Il ne s'agit pas d'un vulgaire réducteur de bruit, mais d'un écrêtage des transitions à une certaine fréquence pour le rendre plus discret.

Métadonnées relatives au HDR 10 et à l'espace colorimétrique présentes sur le disque :

Color primaries : BT.2020
Mastering display color primaries : R: x=0.708000 y=0.292000, G: x=0.170000 y=0.797000, B: x=0.131000 y=0.046000, White point: x=0.312700 y=0.329000
Mastering display luminance : min: 0.0001 cd/m2, max: 1000.0000 cd/m2

Son

Pour la version originale, un nouveau mixage Dolby Atmos remplace le précédent DTS-HD MA 6.1. Les différences sont notables en termes de spatialisation avec une localisation des effets plus précise. En termes de dynamique, les différences sont plus subjectives. La version française a droit aussi à une extension en 7.1 mais en Dolby Digital Plus et donc un peu plus compressée à 1024 Kbits. Cette amélioration n'empêche pas les problèmes de raccord lors de la rencontre entre Harrison Ford et Jabba The Hutt, avec ce changement de voix de doublage assez pénible. Petit désagrément également avec le sous-titrage si l'on regarde la version originale, on se retrouve avec le double sous-titrage anglais et français. Si l'on regarde en version française, le sous-titrage anglais laisse la place au français lors des dialogues de Jabba. On aurait aimé que ce soit la même chose dans les deux configurations (activation des sous-titres français, disparition des sous-titres anglais).

Suppléments

La plupart des suppléments sont repris des précédentes éditions, et plus particulièrement de l'intégrale Star Wars sortie en 2011. Quelques modules sont inédits.

Commentaires audio de George Lucas, Ben Burtt, Dennis Muren, Carrie Fisher
Pour tout savoir dans les moindres détails sur la conception de la trilogie, voilà de quoi s'occuper pendant plus de six heures. George Lucas est naturellement la personne qui s'exprime le plus longuement. Au fil des projections, il aborde le scénario, les personnages, les noeuds dramatiques, le casting, les conditions de production, les tournages, la technique des effets spéciaux et le rapport des spectateurs à ses films. Ben Burtt, créateur des effets sonores, et Dennis Muren, responsable des effets spéciaux, viennent donner des explications techniques plus pointues. George Lucas est souvent redondant avec les images mais c'est la règle avec ce genre d'exercice. L'important reste la masse d'informations livrées malgré un ton professoral et auto-satisfait qui peut fatiguer. Heureusement, Carrie Fisher vient apporter sa fraîcheur ; ses interventions sont moins nombreuses mais souvent drôles.

La création d'un univers (8 min - HD)
Ce supplément inédit a été tourné en 2015. Il s'agit d'un interview réalisée dans le Ranch Skywalker de deux techniciens ayant participé au tournage de l'Episode IV sans jamais se rencontrer : le costumier Roger Christian travailla sur le film avec l'équipe anglaise et Joe Johnston oeuvrait sur les storyboards et autres effets visuels mais dans un lieu différent aux USA. Ce dernier profite de l'occasion pour nous raconter comment George Lucas l'aida a lancé sa carrière de réalisateur avec Chérie, j'ai rétréci les gosses.

Vu de l'intérieur : armes et premier sabre laser (3 min - HD)
Dans ce court document inédit, Roger Christian nous présente et nous explique la conception des pistolets et sabres laser utilisés dans l'Episode IV.

Star Wars Archives
Tous les suppléments qui suivent sont sous-titrés en français et proviennent de l'édition Blu-ray parue en 2011.

Anatomie d'un Dewback (26 min - SD)
Le Dewback est une bestiole que les Stormtroopers chevauchent lors d'une scène sur Tataouine, à l'origine l'animal était une peluche peu animée. En 1997, George Lucas décide d'utiliser les progrès de l'imagerie numérique pour refaire ces plans en intégrant des Dewbacks numériques. Ce module nous explique l'élaboration de ces nouveaux effets en repartant des négatifs originaux.

Bande-annonce originale (1 min - SD)

Survol des archives (3 min - HD)
Visite d'un local où sont entreposés divers objets et costumes ayant servi durant le tournage du film.

Interviews
Elles sont découpées en six modules. Le premier entretien est consacré à la planète Tataouine, durant quatre minutes l'illustrateur Ralph McQuarrie nous explique le concept visuel de cette planète emblématique de la saga. On y apprend entre autre que le décor de la maison de Luke est en fait un hôtel en Tunisie. Le module suivant est une interview de Mark Hamill d'une durée de deux minutes, consacrée au tournage de la scène du compacteur d'ordures et à sa relation avec l'acteur britannique Alec Guinness. Plus court encore est l'entretien avec Anthony Daniels, l'interprète du robot C-3PO, qui ne dépasse pas la minute. Le suivant concerne l'Etoile de la Mort, abordée par le responsable des effets sonores Ben Burtt qui évoque longuement le travail sur le son des sabres laser lors du combat entre Vador et Obi Wan. La cinquième interview est très courte et concerne Carrie Fisher. La dernière concerne la bataille finale racontée par le cameraman Dennis Muren qui nous décrit les étonnants travellings le long des maquettes de l'Etoile de la Mort, inspirés par les combats aériens de la Seconde Guerre mondiale (et probablement par The Dam Busters de Michael Anderson).


Scènes coupées (16 min - HD)
Certaines de ces scènes sont d'un intérêt indéniable malgré le fait qu'elles soient assez abimées, comme par exemple cette version alternative de la scène de la Cantina plus adulte (il y a a moins de personnages extraterrestres et Han Solo est accompagné d'une prostituée), l'influence de The Searchers de John Ford nous y apparaît plus évidente. Elle est présentée en noir et blanc. L'une d'entre elles introduit également le personnage de Biggs, l'ami d'enfance de Luke que l'on découvre juste avant la bataille finale. Il est dommage que pour cette édition, les textes explicatifs présents dans le coffret 2011 n'ont pas été repris.

La collection ( 45 min - HD)
Ce long document présente certaines créations devenues iconiques comme le Faucon Millenium ou bien le robot R2-D2. Il est illustré par de nombreuses images d'archives à l'intérêt certain pour les fans de la saga, ainsi que par des entretiens avec les concepteurs. On y apprend par exemple que la première version du Millenium fut rejetée par George Lucas car elle ressemblait trop aux vaisseaux de la série TV Cosmos 1999 qui venait tout juste de sortir sur les petits écrans.



En savoir plus

BLU RAY UHD

Disc Title: Star Wars: A New Hope - Ultra HD™
Disc Label: A_NEW_HOPE
Disc Size: 61,593,704,513 bytes
Protection: AACS2
Playlist: 00004.MPLS
Size: 56,460,912,576 bytes
Length: 2:04:45.311
Total Bitrate: 60.34 Mbps
Video: MPEG-H HEVC Video / 47802 kbps / 2160p / 23.976 fps / 16:9 / Main 10 @ Level 5.1 @ High / 4:2:0 / 10 bits / HDR10 / Limited Range / BT.2020 / PQ / BT.2020 non-constant / Mastering display color primaries: BT.2020 / Mastering display luminance: min: 0.0001 cd/m2, max: 1000 cd/m2
* Audio: English / Dolby TrueHD/Atmos Audio / 7.1 / 48 kHz /  3840 kbps / 24-bit (AC3 Embedded: 5.1-EX / 48 kHz /   640 kbps / DN -27dB)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   320 kbps / DN -27dB
* Audio: French / Dolby Digital Plus Audio / 7.1 / 48 kHz /  1024 kbps / DN -27dB (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz /   576 kbps / DN -27dB)
* Audio: German / Dolby Digital Plus Audio / 7.1 / 48 kHz /  1024 kbps / DN -27dB (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz /   576 kbps / DN -27dB)
* Audio: Italian / DTS-ES Audio / 5.1-ES / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit / DN -4dB
* Subtitle: English / 37.879 kbps
* Subtitle: French / 30.573 kbps
* Subtitle: German / 40.640 kbps
* Subtitle: Italian / 34.705 kbps
* Subtitle: Danish / 25.682 kbps
* Subtitle: Finnish / 25.552 kbps
* Subtitle: Norwegian / 22.723 kbps
* Subtitle: Swedish / 24.626 kbps
* Subtitle: French / 0.695 kbps
* Subtitle: German / 0.849 kbps
* Subtitle: Italian / 0.715 kbps

BLU RAY HD

Disc Title: Star Wars: A New Hope - Blu-ray™
Disc Label: A_NEW_HOPE
Disc Size: 44,392,216,125 bytes
Protection: AACS
Playlist: 00800.MPLS
Size: 41,141,526,528 bytes
Length: 2:04:44.560
Total Bitrate: 43.97 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 34322 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 7.1 / 48 kHz /  3793 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit / DN -4dB)
Audio: German / Dolby Digital Plus Audio / 7.1 / 48 kHz /   896 kbps / DN -27dB (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz /   512 kbps / DN -27dB)
Audio: Italian / DTS-ES Audio / 5.1-ES / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit / DN -4dB
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB
Subtitle: English / 38.458 kbps
Subtitle: German / 41.323 kbps
Subtitle: Italian / 35.170 kbps
Subtitle: Danish / 26.001 kbps
Subtitle: Finnish / 25.793 kbps
Subtitle: Norwegian / 22.906 kbps
Subtitle: Swedish / 24.890 kbps
Subtitle: English / 68.941 kbps
Subtitle: German / 67.117 kbps
Subtitle: Italian / 59.813 kbps
Subtitle: English / 70.390 kbps
Subtitle: German / 69.387 kbps
Subtitle: Italian / 66.582 kbps
Subtitle: German / 0.853 kbps
Subtitle: Italian / 0.713 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 30 décembre 2020