Menu
Test blu-ray

L'Ultimatum des trois mercenaires

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 6 / 11 / 2013

Image

C’est la version intégrale, restaurée par Bavaria Media en 2012 et ressortie par Carlotte dans les salles françaises en mai dernier, qui nous est proposée ici. L’image est globalement superbe. Elle est dépourvue de taches ou autres défauts et montre une stabilité à toute épreuve. La définition est la plupart du temps excellente, les quelques plans en deçà des autres étant de toute évidence dus au matériau d’origine. Comme à son habitude, Carlotta a encodé cela avec un solide débit vidéo (31,69 Mbps de moyenne), permettant de conserver un rendu très "cinéma", avec notamment un grain très discret et au comportement très naturel.

On notera que les nombreuses séquences en split-screen apparaissent "windowboxées" (entourées de bandes noires de tous les côtés). C’est aussi lors de certaines de ces séquences que les plus tatillons pourront éventuellement relever les rares artefacts numériques décelables sur ce superbe transfert : une très légère application de réducteur de bruit (sans doute directement sur le master fourni par les ayants-droits, puisque l’édition américaine présente les mêmes symptômes).

Son

Avant 2013, le film n’était sorti en France que dans une version tronquée de plus de 50 minutes. C’est pourquoi ce montage intégral ne présente qu’une piste sonore en version originale sous-titrée. Et là encore, c’est une réussite. Le son n’a rien à envier à l’image sur cette édition. La piste proposée est particulièrement claire et bien équilibrée et offre une sonorité très "cohérente" avec la qualité vidéo.

Suppléments

Bande-annonce 2013 (1 min 24 - 1080p)

Aldrich over Munich (66 min - 1080i)
Ce making of, produit en 2012 à l’occasion de la restauration de la version intégrale, s’articule principalement autour des interventions de la fille de Robert Aldrich et celles du biographe du réalisateur. Mais d’autres intervenants (avec en tête Gerald S. O’Loughlin, un des rares acteurs encore vivants, mais aussi les deux cadreurs et l’assistant du cinéaste) apportent des témoignages réellement intéressants sur le déroulement du tournage. Et bien qu’il soit évidemment centré sur la genèse de L’Ultimatum des trois mercenaires, ce document réussit également à donner un aperçu assez large, sans se disperser, des méthodes et des thématiques propres à Robert Aldrich. Au final, malgré son découpage un brin académique, ce making of s’avère plutôt agréable à regarder et, surtout, une mine d’informations.

Par Francis Trento - le 5 novembre 2013

Partenariat