Menu
Test blu-ray

James Bond contre Dr. No

BLU-RAY - Région B
20th Century Fox
Parution : 26 / 9 / 2012

Image

James Bond contre Dr. No en Blu-ray, c'est la perfection intégrale, sans le moindre accroc. Les couleurs sont splendides, les contrastes incroyables, les noirs profonds, le grain présent (juste ce qu'il faut)... Aucune trace de compression, aucun artefact dû aux ravages du temps. La restauration effectuée par Lowry Digital Images est miraculeuse et l'authoring très respectueux. C'est bien simple, chaque détail rayonne à l'écran, on peut même apprécier jusqu'au sable très visible sous l'eau alors que Sean Connery et Ursula Andress marchent dans les cours d'eau de l'île de Crag Key. L'esthétique pop et travaillée de Dr. No n'a jamais été aussi belle depuis sa projection en salles à l'époque. Le bonheur est total.

Son

La version française a beau bénéficier d'une piste en DTS, elle reste quelque peu étouffée sur les voix. Faisant son âge, quoique sa dynamique reste très appréciable, elle ne peut rivaliser avec la version originale en DTS HD Master Audio 5.1. Cette dernière possède une excellente spatialisation et un équilibre parfait entre les voix, l'ambiance et la musique. Un mixage très efficace et qui ne dénature pas le travail sonore d'origine. Aucun son n'a été retravaillé ou remixé à l'extrême, tout est d'époque, l'ensemble ayant simplement subi un nettoyage très attentif. Du beau travail.

Suppléments


Commentaire MI6

John Cork, membre de la Fondation Ian Flemming et maître d'œuvre des suppléments sur les éditions DVD et Blu-ray des films de James Bond, s'est chargé d'organiser un commentaire audio à partir d'un montage de plusieurs interviews compilées au fil du temps. Au micro, on pourra ainsi écouter les comédiens Ursula Andress, Eunice Gayson, Marguerite LeWars, Zena Marshall, Lois Maxwell, Timothy Moxon, le réalisateur Terence Young, l'ancien président de la United Artists David Picker, le producteur délégué Stanley Sopel, le chef décorateur Ken Adam, le directeur artistique Syd Cain, le monteur Peter Hunt, le concepteur sonore Norman Wanstall, le régisseur d'extérieurs Chris Blackwell, le photographe de plateau Buddy Yeager, le compositeur Monty Norman, les spécialistes des effets spéciaux John Stears et Burt Luxford, les cascadeurs Richard Graydon et George Leech, le directeur de la communication Jerry Juroe et la veuve de Cubby Broccoli, Dana Broccoli. Mené presque à un train d'enfer, ce commentaire audio brasse tous les aspects du film. Cork présente un montage sonore vif, entraînant, intelligent dans ses choix d'intervenants, très dense et sans temps morts; qui pourra sembler particulièrement rébarbatif pour beaucoup de gens mais incroyablement fourni en informations et anecdotes de tournage. Pour "bondophiles" avertis exclusivement.

Accès limité

007 - Permis de restaurer (11 mn - DD mono 2.0 - 2004)
Des représentants du studio MGM et surtout plusieurs techniciens du laboratoire Lowry Digital Images s'expriment sur la restauration de l'ensemble des films de la saga James Bond. On a même droit à une petite visite du laboratoire et à un aperçu de quelques machines. Sont abordées plusieurs étapes du travail de restauration : le scan (effectué en 4 K), les méthodes de sélection des plans, le nettoyage, le traitement des effets optiques. Il en ressort que l'exigence de fidélité au matériau initial (les techniciens ont eu accès aux négatifs originaux en relativement bon état) est une priorité, on ne demande qu'à les croire. Ce court module reste assez superficiel pour un amateur éclairé mais saura renseigner le grand public sans le noyer avec des explications techniques sophistiquées et absconses.

Les dessous du MI6

Les armes de James Bond (5 mn - DD mono 2.0 - VOST - 1964)
Geoffrey Boothroyd, présenté comme un expert en armes à feu, nous parle des avantages et des inconvénients de quelques armes (et accessoires comme le holster) et de leur présence dans l'œuvre de Ian Fleming (il aborde entre autres la transition du Beretta au fameux Walther PPK dans la panoplie de l'agent secret). On a même droit à une démonstration de tir ! Ce court document de la BBC date de l'époque de Goldfinger. Le grand sérieux et la solennité du personnage peuvent prêter à sourire. On n'apprend pas grand chose mais ce reportage est tout de même amusant à suivre.

Les avant-premières de Bond (13 mn - DD mono 2.0 - VOST)
Le producteur et scénariste Michael G. Wilson raconte en voix off les différentes et nombreuses avant-premières officielles de la saga James Bond qui représentaient à chaque fois un événement populaire et médiatique (et souvent royal par la présence de nombreuses têtes couronnées, même celle de la reine Elizabeth II). Wilson énumère ainsi à l'occasion plusieurs anecdotes qui ont jalonné ces séances particulières (par exemple, on apprend que pour la première de Goldfinger à Paris, Sean Connery est venu sur les Champs-Elysées au volant de la célèbre Aston Martin de 007). Beaucoup d'extraits de reportages d'époque et de photos nous sont proposés grâce à un montage assez rapide, et l'on contemple un ballet impressionnant de personnalités venues assister aux avant-premières bondiennes sur une période de 40 ans. L'ensemble est plutôt plaisant sur un plan informatif, surtout que tous les films sont abordés en plus d'une douzaine de minutes.


Les missions 007

Ce qui se présente comme un guide interactif est en fait une sorte d'index compilant des extraits (en VO ou en VF; mais sans sous-titres) qui se veulent significatifs de James Bond contre Dr. No. On nous propose sept entrées :
- 007 (6 extraits) : Le canon (le générique) / Le canon sans texte (le générique pur, mais non restauré) / « Bond, James Bond » (la célèbre présentation de l'agent secret) / La vie privée de 007 (sa première conquête) / L'espion sur son 31 (4 extraits correspondant à quatre tenues vestimentaires différentes / Au shaker, pas à la cuillère (2 extraits du fameux cocktail).
- Les femmes : Sylvia Trench (2 extraits) / Miss Taro (2 extraits) / Honey Rider (4 extraits).
- Les alliés : M / Miss Moneypenny / Major Boothroyd / Strangways / Quarrel (4 extraits) / Felix Leiter (4 extraits).
- Les méchants : Dr. No (3 extraits) / Trois aveugles (3 extraits) / M. Jones (2 extraits) / Le professeur Dent (3 extraits) / La photographe (2 extraits) / Miss Taro (2 extraits) / Le Spectre.
- Le manuel de combat, 7 extraits : Interrogatoire / Comment tuer une araignée / Conduite de défense / 6 balles dans le chargeur / Un coup de poignard dans le dos / L'homme contre le dragon / Situation explosive.
- Le labo de Q, 4 extraits : Un compteur Geiger / Une cigarette au cyanure / Le dragon mécanique / Un aquarium à un million de dollars.
- Des lieux de tournage exotiques : il s'agit d'un montage de divers lieux du tournage commenté en voix off par l'actrice Maud Adams (la seule à avoir joué dans deux films de la saga : L'Homme au pistolet d'or et Octopussy).

En fait, seul le dernier module consacré aux lieux de tournage et bénéficiant d'un commentaire informatif revêt de l'intérêt. Le reste ne représente qu'une sélection subjective d'extraits du film. On préfèrera s'amuser en choisissant nous-mêmes nos séquences favorites de James Bond contre le Dr. No et sans limites de quantité ou de durée.

Les dossiers

Les coulisses de James Bond 007 contre Dr. No (42 min - DD mono 2.0 - VOST - 2000)
Raconté en voix off par l'acteur Patrick MacNee (le célèbre John Steed de Chapeau melon et Bottes de cuir et l'interprète de Tibbett dans Dangereusement vôtre), ce documentaire retrace avec force détails l'historique de cette première production James Bond, et il est émaillé de nombreuses interviews comme celles de Dana Broccoli, Michael G. Wilson, David Picker (United Artists), Sean Connery, Ken Adam, Peter Hunt, Terence Young, Ursula Andress, Monty Norman, John Barry et plusieurs autres collaborateurs et techniciens. Sont évoqués : le passage du livre à l'écran ; la rencontre et l'association entre les producteurs (avec la fondation des compagnies Danjaq et Eon Productions) ; l'apport décisif de Terence Young à la création du personnage et du mythe 007 ; l'importance de l'humour à froid ; le casting du héros et la composition d'une bonne partie de l'équipe ; la collaboration maître / élève entre Young et Connery ; le tournage du film en Jamaïque et à Pinewood Studios, avec les concepts brillants du chef décorateur Ken Adam ; le travail avec les musiciens locaux, la genèse du thème musical par Norman, les arrangements et l'orchestration par Barry de la musique ; le montage avec le style particulier de Peter Hunt de cut dans le mouvement ; la création sonore ; le barrel shot de Maurice Binder ; la sortie en salles du film en octobre 1962 et son succès grandissant. Les anecdotes disséminées tout au long de ce film sont très nombreuses, la plupart du temps passionnantes et souvent appuyées par des images (on n'oubliera pas, par exemple, la séance photo sensuelle effectuée par Ursula Andress). Ecrit et réalisé par John Cork, ce documentaire donne le ton de tous les making of qui seront inclus dans les bonus de la saga Bond. Il est caractérisé par une fluidité impressionnante entre le commentaire, les interviews, les extraits du film, les images d'archives et les photos pour atteindre ainsi une efficacité maximale tant sur un plan dramatique qu'informatif.



Terence Young : Bond vivant (18 min - DD mono 2.0 - VOST - 2000)
Au moyen d'interviews de certains collaborateurs (que l'on a vus, pour une partie d'entre eux, dans le making of ci-dessus) et de proches du cinéaste (comme sa fille Juliet Nissen), d'extraits de films de la saga James Bond qu'il a réalisés, de photographies d'archives et d'images de différents tournages, ce documentaire - à nouveau réalisé par John Cork - trace un portrait plutôt intéressant de Terence Young en convoquant quelques éléments biographiques (personnels et professionnels) qui mettent en lumière ses méthodes de travail. On découvre un personnage sophistiqué, élégant, cultivé, malin, bon vivant, pratiquant l'humour mordant, doté de beaucoup de classe et de prestance. Le parfait James Bond en somme, et l'on comprend mieux pourquoi et comment Terence Young a modelé James Bond à son image et laissé une empreinte indélébile sur l'ensemble des films.


Featurette de 1963 ( 8 min - DD mono 2.0)
Dans ce reportage d'époque, un présentateur nous parle de Sean Connery, du personnage de James Bond et de ses armes - extraits de film et images d'archives à l'appui - avec toujours le soin d'en revenir au texte original de Ian Fleming pour effectuer ses comparaisons. Filmé en noir et blanc et arborant une copie abimée (on relève de nombreux points blancs, des rayures, des poussières, des variations lumineuses, du souffle), ce court film ne présente qu'assez peu d'intérêt sinon de voir comment pouvait se faire la promotion d'un tel titre à l'époque de sa sortie.

Le ministère de la propagande

Les archives de cinéma
Cette section comporte la Bande-annonce cinéma d'époque (3 min - 16/9 - VO), dans un état médiocre ; une Présentation de M. Bond (3 min - 4/3 - VO), très abîmée et aux couleurs délavées ; la Bande annonce de Dr. No et Bons baisers de Russie en une seule séance (2 min - 4/3 - VOST), tachée et délavée ; James Bond face à Dr. No et Goldfinger (2 min - 4/3 - VOST), également abimée et aux couleurs délavées.

Bond à la télé (2 bandes-annonces)
Miss Honey et Miss Galore retrouvent James Bond sur les écrans (1 min - 4/3 - VOST)
Miss Honey et Miss Galore (20 s - 4/3 - VOST)

Bond à la radio
On trouve dans cette section six spots télévisés d'environ une minute chacun.

La banque d'images

Cette section comporte une galerie de photos divisée en huit parties : L'équipe du film / Portraits / Jamaïque / Pinewood / La scène perdue / Ian Fleming - Jamaïque / Ian Fleming - Pinewood / Le tour du monde avec 007. Les amateurs de photos de tournage seront comblés par les images mises ici à disposition, il est seulement dommage que celles-ci ne soient pas disponibles en plein écran pour leur permettre une consultation optimale.

Par Julien Léonard (technique) et Ronny Chester (bonus) - le 26 octobre 2012