Menu
Test blu-ray

Ils étaient neuf célibataires

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 11 / 9 / 2019

Image

Ils étaient neuf célibataires rejoint la collection Gaumont Découverte avec cette nouvelle restauration qui laisse loin derrière les précédentes éditions DVD. Le film a été scanné en 4K puis restauré en 2K par le laboratoire Eclair à partir du négatif original, possiblement complété (très ponctuellement) par des éléments intermédiaires. Le résultat est très agréable, stable et immaculé (la solide base des restaurations Eclair), avec un étalonnage particulièrement réussi, une gamme de gris nuancée soutenue par des contrastes équilibrés et des noirs soutenus. La définition et le niveau de détail sont plutôt bons, sans être excessivement poussés. Ils sont logiquement affaiblis durant les plans truqués (fondus) et régulièrement tempérés par une profondeur de champ réduite (occasionnant parfois des soucis de mise au point à la prise de vues) et l'utilisation de filtres (pour obtenir une photographie diffuse) ou de certains objectifs qui, selon la focale utilisée, n'offrent qu'une zone restreinte de netteté, avec apparitions d'aberrations optiques (flous) en périphérie de cadre. Le rendu de ce Blu-ray est tel qu'il a été photographié, avec un léger grain argentique, sans aucun souci d'encodage ou de lissage abusif.

comparatif DVD StudioCanal (2003) vs. Blu-ray Gaumont (2019) :  1 2 3 4 5 6

Son

Le laboratoire L.E. Diapason a fait un très bon travail sur la piste son, d'abord par un profond nettoyage puis par une restitution des voix aussi intelligibles que possible, détail ô combien épineux pour les films de cette première décennie du parlant, aux techniques de prises de son encore perfectibles. On ne relève pas de saturations ou de sifflantes trop prononcées, ni de souffle disgracieux. Le mixage d'origine est plutôt bien respecté, avec un bel équilibre entre voix, ambiances et musique.

Suppléments

La fin de l'insouciance (38 min - 1080p)
Raphaëlle Moine, professeur d'études cinématographiques, et Jean-Noël Grando, historien du cinéma et spécialiste de Guitry, évoquent Ils étaient neuf célibataires qui clôt une période d'insouciance et de légèreté pour son auteur (il sera fortement secoué par la guerre et les conséquences de son comportement pendant l'Occupation). Ils reviennent sur l'écriture rapide du scénario, mélange de comédie romantique et de film à sketches (forme atypique dans sa filmographie), et le positionnement politique de Guitry par rapport aux inquiétudes d'une xénophobie grandissante dans la société française de l'époque. Jean-Noël Grando parle de la fin du film, pétillante et "assez géniale", ou du casting mené par Elvire Popesco, Geneviève Guitry, "la Madame Guitry de l'époque", au jeu limité, et surtout "les excentriques du cinéma français" qui parviennent à conserver leur personnalité tout en se fondant dans le groupe. Guitry, qui s'octroie un rôle d'illusionniste amoral et manipulateur, reste dans son univers boulevardier et artistique, s'amusant des codes du mariage...


"Ils étaient neuf célibataires" restauré (3 min - 1080p)
Un avant/après restauration où l'on peut constater la stabilisation des images et des contrastes, ainsi qu'un nettoyage approfondi, jusque dans les poils en bord de cadre...

Bande-annonce restaurée (3 min 55 - 1080p)


En savoir plus

Taille du Disque : 47 661 171 710 bytes
Taille du Film : 36 922 429 440 bytes
Durée : 2:04:32.798
Total Bitrate: 39,53 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 34,91 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 34919 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1278 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1275 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 44,431 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 18 novembre 2019