Menu
Test blu-ray

Herbes flottantes

BLU-RAY - Région B
Carlotta Films
Parution : 18 / 11 / 2020

Image

Comme nous le pressentions à la sortie du coffret Ozu en 20 films, fin 2019, Herbes flottantes n'a pas tardé à rejoindre la collection DVD et Blu-ray de Carlotta. Le film est proposé dans une magnifique restauration 4K effectuée par le laboratoire japonais Imagica, avec les conseils de Masahiro Miyajima, assistant de Kazuo Miyagawa, le directeur de la photographie du film. Le scan 4K offre une image époustouflante de précision : le trait est aiguisé, le niveau de détail très soutenu, restituant fidèlement (et même mieux, sans doute, que lors des projections d'époque) la texture des étoffes ou le grain de la peau. Les images ont été parfaitement stabilisées numériquement et soigneusement nettoyées : il ne reste absolument aucune salissure ni dommage de pellicule. L'ensemble est soutenu par un grain fin, léger mais bien palpable, assez bien géré par l'encodage (on remarquera à 2 ou 3 reprises d'infimes faiblesses dans quelques très rares aplats sombres). L'étalonnage est très soigné, reprenant les conditions vues en salles à l'époque : noirs détaillés et parfois légèrement colorés, mais surtout fidèle restitution des choix du directeur photo Kazuo Miyagawa qui a travaillé la colorimétrie de la pellicule Agfa Color pour mettre en valeur les rouges, la couleur préférée du cinéaste, en "éteignant" les autres nuances. La palette apparaît donc logiquement plus réduite, avec une atténuation remarquée des bleus, surtout, ainsi que des jaunes et des verts, pour un rendu un peu atypique mais toujours très cohérent. On remarquera d'ailleurs que le précédent master, disponible en DVD en France depuis 2007, avait un peu tendance à accentuer la saturation des couleurs pour compenser les tonalités limitées. C'est aussi ce que Criterion avait choisi de faire pour son DVD sorti en 2004, l'éditeur américain ayant par contre radicalement adapté l'étalonnage à sa propre sauce (comme il le fait bien trop souvent) - cf. le comparatif édifiant de DVDBeaver. Le disque Carlotta propose en tout cas des conditions de visionnage plus que confortables, dans la droite lignée du coffret sorti en 2019.

comparatif DVD MK2 (2007) vs. Blu-ray Carlotta (2020) : 1 2 3 4 5 6 7

Son

Très beau travail, également, sur la bande-son qui apparaît relativement bien nettoyée des dommages du temps. Hormis un léger souffle en arrière-plan, vraiment peu intrusif, le rendu est très satisfaisant, dénué de saturations, craquements ou sifflantes. Les voix sont claires, bien présentes, et parfaitement équilibrées avec les quelques sons d'ambiance et la musique.

Suppléments

L'acquisition d'Herbes flottantes permet à Carlotta d'ajouter quelques suppléments inédits, spécialement produits pour cette édition. Dommage néanmoins d'être resté sur de si courts formats et de ne pas avoir repris les modules analytiques de Charles Tesson inclus sur l'édition DVD MK2 de 2007...

Préface de Pascal-Alex Vincent (7 min - 1080p)
Enseignant à Paris 3 et fidèle collaborateur de Carlotta lorsqu'il s'agit d'évoquer le cinéma japonais, Pascal-Alex Vincent fait une présentation (sans spoilers) concise mais assez complète d'Herbes flottantes. Il resitue le film dans la carrière d'Ozu et explique pourquoi le cinéaste a exceptionnellement tourné pour la Daiei, "le studio japonais le plus célèbre au monde à l'époque". Il raconte surtout les conséquences artistiques de ce choix, Ozu s'entourant ici de collaborateurs exclusifs au studio, comme le grand Ganjiro Nakamura, la célèbre "star maison" Machiko Kyo ou Kazuo Miyagawa, "l'un des plus grands chefs opérateurs du cinéma japonais".


Herbes Flottantes par Takashi Shimizu (7 min - 1080p - VOSTF)
Critique et cinéaste (à ne pas confondre avec le réalisateur de Ju-On et son remake The Grudge !), Takashi Shimizu revient très (trop) brièvement sur le changement de style constaté sur Herbes flottantes, en grande partie dû à un nouvel opérateur/directeur de la photographie : Kazuo Miyagawa. Son influence va permettre à Ozu de rompre avec ses traditions de la Shochiku, reprendre une certaine liberté sur son style avec des types de plans jusque-là inédits, comme la scène de la pluie battante. Shimizu parle également du travail sur la couleur ou de la minutie des détails pour Ozu, qui souhaitait faire ressortir une bouteille en verre dans un plan...


Bande-annonce 2019 (1 min 26 - 1080p) pour la ressortie en salle.

En savoir plus

Taille du Disque : 32 373 106 173 bytes
Taille du Film : 29 210 908 224 bytes
Durée : 1:59:13.396
Total Bitrate: 32,67 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 30,01 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 30011 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Japanese / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1044 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 20,024 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 2 février 2021