Menu
Test blu-ray

Dernier caprice

BLU-RAY - Région B
Carlotta Films
Parution : 18 / 11 / 2020

Image

Avant-dernier film de Yasujirô Ozu avant sa disparition en 1963, Dernier caprice est aujourd'hui édité par Carlotta après une première apparition en 2004 dans le coffret DVD sorti par Arte. La restauration n'a pas suivi le même traitement que pour les autres films récemment édités par Carlotta : le changement de studio (il ne s'agit pas d'une production Shochiku mais d'un film de la Toho) a sans doute conduit à un changement de prestataire pour le scan. Dernier caprice a été restauré en HD à partir d'un scan 2K pour lequel Carlotta a financé quelques compléments, via les Anglais de SVS. Sans atteindre la finesse des autres masters 4K proposés par l'éditeur en 2019, cette restauration HD reste d'une qualité assez proche et surtout très convaincante. La copie est d'une belle stabilité, très propre, avec une bonne définition et un rendu argentique très efficace. Le parti-pris d'étalonnage est radicalement différent de ce que proposait le DVD Arte, comme on peut le constater avec le surprenant comparatif ci-dessous. Oubliées les teintes froides du DVD puisque le film évolue désormais dans des tons chauds, un cas de figure qui correspond également aux deux éditions anglo-saxonnes sorties en 2004. Un changement drastique mais finalement assez cohérent avec les photographies des autres films du coffret - à ceci près que les tonalités sont ici moins magenta et un peu plus orangées. Une très belle présentation, la meilleure à ce jour pour le film, proposée a priori pour la première fois au monde en Blu-ray.

DVD Arte (2004) vs. Blu-ray Carlotta (2020) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Son

Comme pour l'image, Carlotta a procédé à quelques réajustements de la bande-son avec l'aide du laboratoire L.E. Diapason. La piste est d'une grande propreté, sans traces d'usure marquées. Tout au plus pourra-t-on sentir, parfois, un très léger souffle en arrière-plan issu de la prise de son d'origine. L'ensemble reste à peine couvert, sans atténuer la clarté des voix. Le mixage reste honnêtement détaillé, avec un bel équilibre d'ensemble et une présence honnête de la musique.

Suppléments


Préface de Pascal-Alex Vincent (7 min - 1080p)
Partenaire de Carlotta sur de nombreux projets, le cinéaste et enseignant, spécialiste du cinéma japonais, revient sur cette unique production Toho réalisée par Ozu, "pas du tout un cinéaste dans l'esprit maison", qui le conduit à travailler avec une nouvelle équipe menée par l'"illustre" chef opérateur Asakazu Nakai, et qui lui permet de retrouver Setsuko Hara, dans l'un de ses derniers rôles, ou le futur "trésor national vivant" Ganjiro Nakamura. Très intéressant mais beaucoup trop court !

Bande-annonce 2020 (1 min 32 - 1080p - VOSTF)

En savoir plus

Taille du Disque : 31 030 937 507 bytes
Taille du Film : 29 179 195 008 bytes
Durée : 1:42:50.205
Total Bitrate: 37,83 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 34,98 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 34986 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Japanese / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1035 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 24,240 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 24 février 2021

Partenariat