Menu
Test blu-ray

Contre-enquête

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 3 / 7 / 2013

Image

Mis à part de légères différences dans le cadrage, la colorimétrie et la luminosité (le Blu-ray est "dématté", plus rougeâtre et plus sombre), la comparaison avec le DVD paru en 2003 montre des caractéristiques très proches qui confirment notre sentiment que le master fourni à Carlotta commence à dater. Si l’ensemble reste toutefois honnête, avec une copie propre, une bonne gestion des contrastes, et malgré la présence de grain, l’image apparaît toujours un peu trop douce avec un niveau de détail limité et, ponctuellement, une très légère accentuation des contours. On relève également une petite instabilité de l’image, assez visible dans les (nombreux) plans fixes.

Son

Côté son, Carlotta nous propose les pistes stéréo d'origine, "gonflées" en DTS-HD Master Audio. Mais qu'on ne s'y trompe pas, le rendu est très sage, fidèle au style de l'époque. La stéréophonie privilégie surtout la musique, les voix étant principalement mixées sans spatialisation flagrante. On notera un léger souffle, ponctuel, sur la piste anglaise, inhérent à la prise de son direct.

Suppléments

Désillusions (27 min - HD) est un entretien passionnant avec Jean-Baptiste Thoret, critique et historien du cinéma. Grand amateur de Sidney Lumet, il aborde avec une verve intarissable les thématiques de Contre-enquête par rapport à l’œuvre du réalisateur - et en particulier la trilogie qu’il forme avec Serpico et Le Prince de New York. Si l’on retrouve un héros ambigu qui s’oppose à un système, les rapports difficiles entre policiers et criminels cachent surtout le racisme ordinaire qui s’est développé dans la société. « Les vraies lignes de fracture sont raciales », à l’image de certaines scènes où le fragile équilibre du melting pot américain éclate au grand jour. Thoret montre que Lumet, qui appartient pourtant à la génération des classiques, reste encore très moderne en absorbant les thèmes de son époque : il continue de raconter l’histoire de l’Amérique à travers la corruption. Un supplément assez dense mais extrêmement intéressant, qui apparaît presque trop court mais qui donne une furieuse envie de se replonger dans les films de Sidney Lumet...

On trouve également la bande-annonce américaine d’époque (1 min 35 - SD) en VO sous-titrée.

Par Stéphane Beauchet - le 5 juillet 2013

Partenariat