Menu
Test blu-ray

Chaussure à son pied

BLU-RAY - Région B
Tamasa
Parution : 19 / 3 / 2019

Image

Dès le lancement du film, le disque nous informe que Chaussure à son pied a bénéficié d'une restauration effectuée par le BFI National Archive en association avec Studio Canal et Optimum Releasing, financée par la Fondation David Lean. Une information qui n'a pas de mal à être étayée puisque l'on est frappé d'emblée par le très beau rendu général de l'image, et surtout des contrastes. Et ce dès la première séquence de nuit dans la boutique de chaussures où revient un Charles Laughton aviné. On est aussitôt séduit par les belles nuances de l'échelle des gris, par la gestion des contrastes avec un gamma bien équilibré et des noirs profonds et non bouchés. Un rendu appréciable qui se poursuit tout au long de la projection. De plus, la patine argentique est heureusement d'actualité bien qu'un lissage pondéré a visiblement été réalisé ; cependant le grain cinéma, même atténué, est bel et bien présent. Et l'on ne note aucun effet délétère dû à l'usage de edge enhancement. On profite également d'un très beau piqué général, les différentes matières et textures bénéficiant ainsi le plus souvent d'une définition pointue. Seul le rendu parfois un poil grossier des visages peut laisser suggérer un encodage pas totalement optimal. Enfin, la copie est parfaitement propre et d'une stabilité quasiment exemplaire. En résumé, les conditions de visionnage se révèlent excellentes pour un film d'une telle rareté dans la carrière de son cinéaste.

Son

Une seule bande-son est disponible : la piste originale anglaise sous-titrée en français. Il ne faut pas attendre d'exploits de cette piste sonore mono d'époque, elle est d'ailleurs proposée « seulement » en Dolby Digital, mais elle accomplit parfaitement sa simple mission. En effet, bien que peu profonde et avec un spectre peu élargi, elle a dû être nettoyée et fournit des dialogues clairs et sans souffle ni stridences. De même l'équilibre général entre les différentes sources s'avère très correct et la bande musicale s'y épanouit sans effets disgracieux.

Suppléments

Tamasa propose une édition digipack contenant le Blu-ray et le DVD du film (présentant les mêmes suppléments), de même qu'un livret de 14 pages illustré intitulé L'impossible Mr. Lean.

Rencontre avec Norman Spencer (13 min 41 - 16/9 - DD 2.0 – VOST – HD)
Spencer a travaillé comme producteur associé et co-scénariste sur Chaussure à son pied. Dans cet entretien, il raconte sa rencontre avec David Lean et nous fait part des ses impressions générales sur un artiste avec lequel il nouera une profonde amitié et formera une équipe sur de nombreux films. Spencer parle de Lean avec énormément d'affection et d'admiration, il ne cesse de lui tresser des louanges (qui nous semblent, pour notre part, également justifiées) : brillant monteur, excellent photographe, extrêmement créatif, précis et exigeant tant avec les acteurs qu'avec les techniciens. Il aborde également la fabrication de Chaussure à son pied, une idée de comédie surprenante de la part de David Lean qui plut au producteur Alexander Korda. Comme on le savait déjà, Spencer confirme le travail pointu de préparation du cinéaste, qui prévoyait les plans longtemps à l'avance et respectait scrupuleusement le découpage. Enfin il évoque le remplacement en urgence de Robert Donat - initialement prévu - par John Mills en raison d'un problème de santé. Ce court entretien est assez plaisant, même si moyennement instructif. Le nombre d'extraits du film inclus dans ce programme augmente progressivement, ce qui peut indiquer qu'on a vite fait le tour de la question.

Entretien avec Prunella Scales (6 min 34 - 16/9 - DD 2.0- VOST - HD)
L'interprète de Vicky Hobson se prête aussi à l'exercice de l'interview. Juste après ses études, elle fut envoyée par son agent pour jouer dans Chaussure à son pied. Elle raconte ses auditions et n'est pas non plus avare en louanges pour toute l'équipe du film, et surtout pour David Lean, l'homme et l'artiste. Elle évoque succinctement ses rapports avec Laughtonn, Mills et Brenda De Banzie, et nous conte enfin une anecdote sur Robert Donat avec qui elle a fait quelques essais et qui avait des problèmes de mémoire. Beaucoup de banalités d'usage sont hélas énoncées dans ce court entretien, duquel il ne sort finalement pas grand-chose d'intéressant.

Galerie (1 min 37 - 1.38 - DD 2,0)
Ce supplément se présente sous la forme d'un petit montage illustré par la musique du film. On peut y observer 8 photos et 14 affiches de Hobson's Choice de formats différents.

Livret de 14 pages : L'impossible Mr. Lean
Eva Markovits, critique de cinéma et programmatrice de festivals, part de trois séquences emblématiques du cinéma de David Lean pour esquisser une analyse de son style visuel et de ses thématiques profondes. Elle évoque également sa personnalité et un peu sa carrière, en critiquant justement l'accueil tiède des critiques françaises et la relative méconnaissance de son œuvre. Markovitz dispose de peu de place mais son texte concis est suffisamment instructif pour mériter le détour. Le livret propose également un survol de la carrière de Charles Laughton sur deux pages.

Par Ronny Chester - le 19 mars 2019

Partenariat