Menu
Test blu-ray

Bons baisers de Russie

BLU-RAY - Région B
20th Century Fox
Parution : 26 / 9 / 2012

Image

Aussi réussi que celui de James Bond contre Dr. No, le transfert de Bons baisers de Russie est tout simplement exceptionnel. On y retrouve toute la magie d'une belle restauration aboutie, sans abus de DNR (Digital Noise Reduction ou réduction de bruit numérique), respectueuse des teintes originales, grâce aussi à une compression invisible. Il faut le voir pour le croire, à tel point que l'on redécouvre littéralement la saga petit à petit devant son écran Full HD. Les excellents DVD de 2006 (présentant la même restauration) sont totalement surpassés, à tous les niveaux. C'est tellement vrai que la comparaison, malgré la haute qualité du DVD, fait très mal au précédent support. Bravo à Sony et à sa restauration grand luxe qui, heureusement, va se poursuivre tout le long de la série, avec quelques surprises à ne pas manquer. A suivre...

Son

La piste française DTS 5.1 ne peut cacher l'âge du doublage qui, soit dit en passant, n'est pas terrible. On a beau penser que ces doublages d'un autre âge conservent un charme certain, il faut pouvoir mesurer à quel point la trahison de la traduction nette du rendu psychologique se fait sentir. Particulièrement mauvaise sur la période Roger Moore (transformant l'acteur en bouffon bien plus que nécessaire), le doublage fait ici déjà des siennes. La voix de Sean Connery est par exemple d'une platitude extrême, rendant le personnage monocorde. Préférons la version originale en DTS HD Master Audio 5.1 qui, en plus de conserver une dynamique nettement supérieure, préserve une ambiance générale tonique et un ton diégétique plus hétérogène dans la bouche des acteurs et des actrices. Mixage de rêve, aucun ajout superficiel... Du grand art !

Suppléments


Commentaire MI6

John Cork, membre de la Fondation Ian Flemming et maître d'œuvre des suppléments sur les éditions DVD et Blu-ray des films de James Bond, s'est chargé d'organiser un commentaire audio à partir d'un montage de plusieurs interviews compilées au fil du temps. Au micro, on pourra ainsi écouter le réalisateur Terence Young, les comédiens Walter Gotell, Martine Beswick et Aliza Gur, le compositeur John Barry, le monteur Peter Hunt, le chef décorateur Syd Cain, le monteur son Norman Wanstall, le superviseur des effets spéciaux John Stears et la veuve de Cubby Broccoli, Dana Broccoli. Ce commentaire audio, très dense, explore tous les aspects du film. Incroyablement fourni en informations et anecdotes de tournage, ce supplément audio ravira surtout les "bondophiles" les plus exigeants.

LES DESSOUS DU MI6

Ian Fleming et Raymond Chandler (5 min - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST)
Il s'agit d'une conversation téléphonique entre l'auteur britannique et le célèbre écrivain américain, illustrée par des photos des deux hommes. Elle a eu lieu alors que l'écriture de Goldfinger venait tout juste d'être achevée. Fleming et Chandler discutent de leur méthode de travail respective et de leur approche des personnages. C'est surtout Ian Fleming qui s'expriment, répondant aux questions de l'auteur de The Big Sleep. Ce module issu des archives de la BBC, bien que très court, est assez intéressant. On aurait cependant apprécié une présentation en introduction ou un commentaire pour contextualiser un peu cet échange.

Ian Fleming : interview de la CBC (7 min - 4/3 - DD mono 2.0)
Dans sa propriété de Goldeneye sur l'île de Jamaïque, l'écrivain anglais répond aux questions d'un journaliste de la Canadian Broadcasting Corporation. Cet entretien a probablement eu lieu peu après le décès de Fleming puisque le commentaire introductif en fait mention. Ian Fleming est interrogé sur le contenu sexuel et violent de ses livres, l'univers de l'espionnage, son expérience, ses inspirations et sur les attentes de son public (bizarrement réduit à des « adultes hétérosexuels fougueux », ce qui date bien l'époque de cette interview tout en nous renseignant un peu sur la personnalité de l'auteur).

Ian Fleming dans l'émission Desert Island Discs (5 min - 4/3 - DD mono 2.0)
Dans cette troisième interview (effectuée à la radio et illustrée par des photos), peu avant la sortie en salles de Bons baisers de Russie, l'auteur de James Bond parle de son expérience personnelle et professionnelle, de ses méthodes d'écriture et de sa plus célèbre création. Ce module très bref nous apprend peu de choses qu'on ne sache déjà plus en détail.

Séquence animée de story-board (2 mn - 4/3 - DD mono 2.0)
Sur un fond musical, un montage assez rythmé nous permet d'apprécier quelques planches en couleur du story-board de la séquence de course poursuite en bateau.

LES MISSIONS 007

Présenté comme un guide interactif, voici une sorte d'index compilant des extraits (en VF) qui se veulent significatifs de Bons baisers de Russie. On nous propose sept entrées :
- 007 (5 extraits) : Le canon / Le générique / Dîner à la Bond (4 extraits correspondant à des scènes de repas) / Sécurité de l'hôtel (Bond inspecte sa chambre) / Prêter main forte (le tir façon sniper de Kerim Bey).
- Les femmes : Sylvia Trench (le début près de la rivière) / L'amante de Kerim (juste avant l'explosion) / Tatania Romanova (9 extraits avec Daniela Bianchi).
- Les alliés : M (2 extraits) / Miss Moneypenny (4 extraits) / Q (sa première apparition) / Kerim Bey (7 extraits).
- Les méchants : Blofeld (2 extraits) / Donald Grant (9 extraits) / Rosa Klebb (5 extraits) / Kronsteen (2 extraits) / Morzeny (3 extraits).
- Le manuel de combat, 7 extraits : Suivre le double de 007 / Le camp des Gitans / Le vol du Lektor / Bond contre Grant / Attaque de l'hélicoptère / La poursuite en bateau / "Elle danse trop sur ses pointes".
- Le labo de Q, 6 extraits : L'attaché-case / Une montre à garrot / Un détecteur de micro / Le périscope / L'hydrate de chlore / La pointe empoisonnée.
- Des lieux de tournage exotiques : il s'agit d'un montage de divers lieux du tournage (le vieux Istanbul, le détroit du Bosphore, le réservoir souterrain du Grand Palais, le vrai Orient-Express et Venise), commenté en voix off par l'actrice Maud Adams.

LES DOSSIERS

Les coulisses de Bons baisers de Russie (34 min - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 2000)
A nouveau narré en voix off par l'acteur Patrick MacNee (John Steed dans Chapeau melon et Bottes de cuir et l'interprète de Tibbett dans Dangereusement vôtre), ce documentaire de série raconte la mise en chantier du deuxième film de la saga, et il est bien sûr émaillé de nombreuses interviews comme celles de Peter Hunt, Aliza Gur et Martine Beswick (les ceux actrices interprétant les fougueuses Gitanes), Daniela Bianchi, Desmond Llewelyn, le directeur artistique Syd Cain, Dana Broccoli, le superviseur des effets spéciaux John Stears, Sean Connery, l'ingénieur du son Norman Winstall, Michael G. Wilson, Sean Connery, Terence Young et plusieurs autres collaborateurs et techniciens. Bien que cette nouvelle production ait pu bénéficier de moyens plus confortables que ceux alloués à Dr. No, cela n'a pas empêché Bons baisers de Russie de connaître une fabrication plutôt mouvementée. On apprend que le script dût subir bien des modifications durant le tournage et que celui-ci connût de nombreux aléas, mineurs ou majeurs comme le cancer incurable de Pedro Armendariz puis son suicide et l'accident d'hélicoptère qui failli coûter la vie à Terence Young et à trois de ses collaborateurs. Sont évoqués aussi le casting des principaux personnages, le tournage de séquences fortes comme la lutte des deux Gitanes ou le combat violent entre Bond et Grant dans l'Orient-Express, la naissance de la séquence pré-générique, le grand travail du monteur Peter Hunt avec ses expérimentations, et bien entendu l'engagement total du cinéaste puis le succès retentissant du film. Bien des anecdotes accompagnent ce récit, toujours écrit et mis en scène avec efficacité par John Cork qui jongle habilement entre interviews, photographies, images d'archives et extraits significatifs du film.



Harry Saltzman : le sens du spectacle (27 min - 4/3 - DD mono 2.0 - 2000)
Ce documentaire, également réalisé par John Cork, dépeint le portrait du second grand producteur de la saga James Bond (jusqu'en 1975) avec Cubby Broccoli. Illustré par de très nombreuses photos, des reportages d'époque, des extraits des longs métrages et de quelques films de famille, ce document fait intervenir Hilary Saltzman et Steven Saltzman, les enfants du producteur, George Lazenby, le scénariste Simon Raven, Michael G. Wilson, Peter Hunt, le chef décorateur Peter Murton, l'ex-président de United Artists David Picker, Dana Broccoli, Albert Broccoli (un court extrait d'une ancienne interview), le superviseur des effets spéciaux John Stears, Honor Blackman, Sue St. John (assistante de Saltzman), le scénariste Tom Mankiewicz, Ken Adam, John Barry, l'actrice Gloria Hendry, Chaim Topol et Roger Moore. Le voile se lève sur la vie et la carrière de ce personnage haut en couleur et au tempérament explosif, qui démarra dans la pauvreté, bâtit une fortune qui lui permit de vivre comme un pacha et finit par perdre d'énormes sommes d'argent en s'éparpillant dans de nombreuses entreprises financières hasardeuses. Son cheminement professionnel est décrit avec force détails et des anecdotes presque toujours intéressantes ; et il en ressort un portrait sensible d'un être qui connût autant de réussites que d'échecs professionnels (il dût revendre ses parts dans James Bond à UA pour se renflouer) et drames personnels, d'un homme jamais satisfait, constamment sur le qui-vive et jonglant avec plusieurs projets à la fois (à l'inverse de son ex-collègue Broccoli, bien plus tranquille et posé). Avant de mourir à 78 ans, Harry Saltzman aura produit un pur chef-d'œuvre : Le Temps des Gitans d'Emir Kusturica.


Le ministère de la propagande

Les archives de cinéma
Cette section comporte la bande-annonce cinéma de Bons baisers de Russie titrée Le Spectre (3 min 34 - 16/9 - VO), dans un état médiocre ; Bond, deux films en une seule séance (1 min 56 - 4/3 - VO), la bande-annonce double de Bons baisers de Russie et Opération Tonnerre, très abîmée et aux couleurs délavées ; Bond, une offre exceptionnelle (53 s - 4/3 - VO), une bande-annonce double plus courte - rayée et également aux couleurs délavées - de Bons baisers de Russie et Opération Tonnerre.

Bond à la télé (3 bandes-annonces double séance pour Bons baisers de Russie et Opération Tonnerre)
Sean Connery est Bond (11 s - 4/3 - VOST)
100 % Bond (20 s - 4/3 - VOST)
Plus d'aventure à la minute (53 s - 4/3 - VOST)

Bond à la radio
On trouve dans cette section trois spots télévisés de durée différente selon le cas.

La Banque d'images

Cette section comporte une galerie de photos divisée en 16 chapitres affichées sur deux pages : Les réalisateurs / Ian Fleming / Portraits / Pinewood / Habillé pour tuer / Adorable... Adorable / Tatiana rencontre Rosa Klebb / Istanbul / Le campement des Gitans / L'Orient-Express / Ecosse / Rats ! / Transparence / Fumée sur l'eau / La scène coupée / Le tour du monde avec 007 (quelques nombreuses affiches internationales). Il est dommage que ces photographies ne soient pas présentées en plein écran pour permettre une consultation optimale.

Par Julien Léonard (technique) et Ronny Chester (bonus) - le 3 novembre 2012