Menu
Test blu-ray

Bad Boy Bubby

BLU-RAY - Région B
Blaq Out
Parution : 3 / 6 / 2016

Image

Bad Boy Bubby a déjà eu les honneurs du support HD. C'était en 2009, aux USA (chez Blue Underground) et en Angleterre (chez Eureka). Le master utilisé aujourd'hui par Blaq out reprend un scan assez semblable niveau définition, même si on note plusieurs différences. Il y a un léger recadrage (à l'avantage de Blaq out qui propose plus d'informations), plus de grain sur le disque français et, surtout, un étalonnage assez distinct. La colorimétrie de l'édition Blaq out est beaucoup plus chaude et saturée, avec un rendu aux tons marrons et à l'aspect "brut" assez cohérent. L'impression de voir une copie d'époque en projection. Les contrastes ont été également retouchés, avec des noirs désormais très profonds, sans doute un tout petit peu trop d'ailleurs. Mais ils sont bien plus convaincants que sur l'édition Blue Underground et ses noirs laiteux et légèrement verdâtres...

Globalement, il ne faudra évidemment pas être aussi exigeant que pour une restauration 2K ou 4K récente. Le résultat est un peu daté mais encore correct : il s'agit d'un scan "simple" qui n'a pas subi de nettoyage numérique ultérieur (à tel point qu'il reste encore les poinçons de fin de bobine). L'image peut donc être légèrement instable, avec apparitions de poussières, poils ou points blancs, selon les scènes. La copie étant dans un bon état, l'ensemble reste heureusement assez propre. Le scan ancien est techniquement limité en détail et en précision, mais le grain est présent, en quantité honorable. La qualité de la définition est plutôt honnête, sans plus, sujette à la performance du scan de l'époque et de la précision de la mise au point au moment du tournage, pas toujours optimale, ainsi qu'aux aberrations optiques (flous périphériques) créées par les lentilles des objectifs utilisés sur la caméra.

Son

Le film possède un univers sonore très particulier puisque restituant l'écoute subjective du héros. Certaines voix peuvent donc apparaître lointaines, certains bruits extrêmement proches. Le film est proposé avec le mixage stéréo binaural d'origine, également présenté en version restaurée. Le son de Bad Boy Bubby a été enregistré en direct, capté par des micros cachés dans la perruque du comédien principal. Si vous vous amusez à écouter le film à l'aide d'un casque audio, l'expérience s'avèrera intéressante, vous manquerez peu les nombreux détails et subtilités de l'univers dépeint. Mais en configuration de salon, avec des enceintes classiques, à moins de voir le film dans un silence absolu et avec un niveau sonore suffisant pour profiter du moindre détail, le rendu sera moins précis et la spatialisation plus limitée. Le mixage 5.1 n'est pas spécialement plus efficace, avec des arrière-plans ponctuellement actifs. Dans tous les cas, on relève quelques saturations mais les voix sont extrêmement claires et les ambiances assez riches, sans souffle.

Suppléments

Rencontre avec Rolf de Heer (15 min - 1080i)
L'équipe de Blaq out a interrogé le réalisateur du film qui se souvient de ses influences, l'envie de "parler du côté sombre de l'enfance" et du "cercle de violence" qui peut être rompu. Il explique le procédé du son binaural utilisé au tournage à l'aide d'une "perruque électronique", et des contraintes budgétaires qui ont influencé l'écriture du film et le travail avec les équipes techniques : pas moins de 32 directeurs de la photographie se sont succédé pendant les 3 ans de tournage ! Un projet compliqué à mettre en oeuvre, qui lui apportera, avec le succès rencontré, une grande liberté.

Confessor, Caressor (20 min - SD - 4/3 - VOST)
L'éditeur a la bonne idée de proposer ce court-métrage réalisé par Tim Nicholls en 1989, déjà présenté sur le Blu-ray Blue Underground. L'acteur principal de Bad Boy Bubby, Nick Hope, incarne un prétendu serial killer interrogé pour un documentaire télévisé. On remarquera de nombreux points communs avec le film de Rolf de Heer (rapports à la religion, à la parentalité), en constatant l'excellent travail de Nick Hope. Le court-métrage est présenté dans des conditions un peu sommaires, le seul master disponible.


En savoir plus

Taille du Disque : 33 413 842 092 bytes
Taille du Film : 29 520 291 840 bytes
Durée : 1:53:48.708
Total Bitrate: 34,58 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,99 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24997 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1619 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3686 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2083 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 14,584 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 3 février 2017