Menu
Test blu-ray

A Brighter Summer Day

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 5 / 12 / 2018

Image

On pourrait penser les restaurations réservées aux films « classiques » mais A Brighter Summer Day était, depuis sa sortie en 1991, seulement disponible dans des copies vidéo très moyennes, pour ne pas dire médiocres, et surtout présenté (en France) dans une version écourtée d'une heure. Initiée en 2009 par The Film Foundation's World Cinema Project, The Centrale Picture Corporation et en partenariat avec The Criterion Collection, la restauration, proposée par Carlotta dans cette édition, est un modèle de réussite. Elle a débuté par un scan 4K du négatif original débarrassant la pellicule de tout scratches, poussières et moisissures, et celui-ci a aussi permis de restabiliser l'image. Des dizaines de milliers de corrections individuelles ont ensuite été nécessaires pour nettoyer toutes les imperfections avant qu'un nouvel étalonnage soit effectué (avec pour référence une copie d'exploitation d'époque), permettant de redonner aux couleurs toute leur vitalité et leurs tons naturels alors que le grain a été parfaitement conservé, amplifiant l'apparence organique de l'image. Cela est particulièrement visible lors d'impressionnantes scènes nocturnes qui retrouvent alors une belle profondeur de champ et une densité lumineuse perdue ! Le film retrouve aussi du sens avec l'ajout des nombreuses scènes perdues, elles aussi restaurées, permettant de revoir enfin cette œuvre dans son intégralité grâce à ce travail exemplaire de restauration qui a duré plusieurs mois.

Son

Le son a lui aussi profité d'une restauration puisque les négatifs ont été retravaillés, permettant de bénéficier d'une piste VO absolument superbe avec de parfaites dynamiques. Les scènes de concerts, notamment, sont particulièrement agréables et les alternances entre pistes musicales et bruitages sont d'une finesse rare. Aucun plop ou bruit identifiables tout au long des près de quatre heures du long métrage alors que les dialogues - un mélange de mandarin et de taïwanais - sont parfaitement audibles et stables.

Suppléments

Un film-monde (14 min - 1080p)
Une analyse de Jean-Michel Frodon, critique à Slate.fr et professeur à Sciences Po Paris. Jean-Michel Frodon commence, de manière intéressante, par recontextualiser le film d'Edward Yang, autant à l'époque de sa sortie que de sa diégèse, c'est-à-dire la « terreur blanche », longue période de répression à Taïwan débutant en 1949 pour se terminer seulement des dizaines d'années plus tard lors de l'arrivée de la démocratie. Il poursuit sur le rapport documentaire que le réalisateur entretien avec l'époque dépeinte (en n'oubliant pas de lister les différentes influences présentes sur l'île durant ces années-là), qui est celle de ses parents et de sa jeunesse. Frodon porte un regard impressionné sur la mise en scène de Yang. On y apprend aussi une anecdote remarquable, puisque le fait divers raconté dans l'oeuvre s'est donc déroulé au moment de la jeunesse du réalisateur... qui était un camarade de classe du principal accusé !

Bande-annonce 2018 (2 min - 1080p)
La nouvelle bande-annonce effectuée par Carlotta pour la ressortie en salles du film à l'été 2018.

En savoir plus

Taille du Disque : 49,798,040,428 bytes
Taille du Film : 46,918,656,000 bytes
Durée : 3:56:25.254
Total Bitrate: 26.46 Mbps
Vidéo : MPEG-4 AVC Video / 22909 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio : Chinese / LPCM Audio / 1.0 / 1152 kbps / 48 kHz / 1152 kbps / 24-bit
Sous-titres : French / 21.728 kbps 

Par Damien LeNy - le 17 octobre 2019

Partenariat