Menu

Personnalités

Guru Dutt

Guru Dutt

Biographie

Guru Dutt est tout à la fois réalisateur, producteur et acteur. Il a toujours été considéré comme l'un des plus grands cinéastes indiens des années 50 malgré sa courte carrière (seulement neuf films en dix ans). Pour comprendre un peu mieux cet artiste maudit qui s’est suicidé à 39 ans, incapable de se décider avec laquelle de ses deux femmes vénérées il préferait vivre, la connaissance de sa biographie reste indispensable car il n'y aura jamais vraiment eu de séparation entre sa vie quotidienne et son œuvre cinématographique mais au contraire une immense corrélation/confusion. Guru Dutt naît le 9 juillet 1925 à Bangalore d’un père instituteur et d’une mère au foyer âgée de seulement 16 ans à l'époque et qui deviendra elle-même institutrice et traductrice. La famille au revenu modeste déménage près de Calcutta où Guru Dutt poursuit ses études. En 1941, il rejoint à l’âge de 16 ans le centre d’Uday Shankar (grand frère de Ravi Shankar) où il apprend la danse, le théâtre et la musique. Malheureusement, la Seconde Guerre mondiale oblige le centre à fermer en 1944. Son oncle lui procure alors un contrat de trois ans avec les studios Prabhat, très célèbres à l'époque. Durant ce laps de temps, il exerce différents métiers : acteur, assistant-réalisateur, assistant-producteur et chorégraphe. Il y rencontre le comédien Dev Anand avec lequel il signe un "pacte d'amitié", une promesse qui stipule que le premier qui réussira dans le métier entraînera l'autre à sa suite.

En 1946, c’est Guru Dutt qui chorégraphie le film qui lance la carrière de Dev Anand en tant qu'acteur. En 1951, ce dernier devenu comédien et producteur de renom, tient sa promesse et fait appel à son ami (alors assistant-réalisateur d'Amiya Chakravarty ou Gyan Mukherjee) pour diriger à Bombay le deuxième film de sa maison de production, Navketan Films. Baazi est un hommage aux films noirs hollywoodiens des années 40 qui lance une mode durable de films policiers tout au long des années 50 en Inde. Ce film est dans le même temps un tournant dans sa vie privée puisque c’est sur ce tournage qu’il rencontre sa future femme, Geeta Roy, alors chanteuse de playback et qui officie déjà dans la plupart des chansons présentes dans ce premier film. Grâce à Baazi et au succès de ses chansons, Guru Dutt se fait un nom et marque durablement le cinéma indien de sa patte grâce à deux innovations : l’utilisation massive des gros plans avec une lentille de 100 mm (d’ailleurs surnommés depuis les "plans Guru Dutt") ainsi justement que l’intégration de chansons non seulement en tant que séquences distrayantes mais bel et bien pour faire progresser la narration de ses films. D’ailleurs, il n'utilisait jamais d'ouverture orchestrale dans ses chansons pour que le dialogue s'enchaîne immédiatement avec les paroles de la chanson, son seul souci étant de faire adhérer instantanément le spectateur aux premières notes de musique.

Il réalise les années suivantes Jaal (1952) et Baaz (1953), ce dernier dont il est pour la première fois l'acteur principal en même temps que le réalisateur. Mais c'est Aar Paar en 1954 qui le consacre définitivement. Il s'agit à nouveau d'un film policier tourné en extérieurs à Bombay et qui révèle par la même occasion un certain sens de l'humour. Ces premières expériences n’ont pas spécialement rencontré un grand succès mais elles lui ont permis de constituer sa "famille cinématographique", de s'entourer de collaborateurs de talent à qui il restera fidèle jusqu’à sa disparition prématurée : l'acteur Johnny Walker, l’écrivain Abrar Alvi, le directeur photo V.K. Murthy, les compositeurs S.D. Burman et Hemant Kumar, les paroliers Sahir Ludhianvi et Kaifi Azmi, et enfin les chanteurs Geeta Roy et Mohammad Rafi. S’ensuivront des films qui restent aujourd'hui considérés comme ses plus belles réussites : Mr. & Mrs. 55, une comédie romantique de 1955, puis surtout Pyaasa (L'Assoiffé) en 1957 qui narre l'histoire d'un poète maudit qui, malgré l'aide d'une prostituée au grand cœur, ne rencontre la consécration qu'après "sa mort" (réelle ou non). Au même moment, sa vie privée devient chaotique puisqu'il entretient une liaison extraconjugale avec l'actrice principale de Pyaasa, Waheeda Rahman, l'interprète de la "femme de mauvaise vie".

En 1959, Guru Dutt revient avec un projet dans lequel il a engagé toute sa fortune : Kaagaz Ke Phool (Fleurs de papier), un film qui évoque la fin de l'âge d'or du cinéma indien tout en narrant l’histoire sentimentale d’un cinéaste à succès qui perd tout en tombant amoureux de son actrice principale, cette dernière étant interprétée par la femme avec qui il entretenait une relation passionnée… sa maîtresse, l’actrice déjà de son film précédent, Waheeda Rahman. Le film sera un échec commercial qui l'affectera profondément et marquera la fin de sa carrière en tant que réalisateur. En effet, ruiné et touché dans son amour-propre, dans les années qui suivent il décide de ne plus réaliser de films. Il continue cependant à travailler comme acteur et producteur au sein de la société qu'il a créée, Guru Dutt Films. Persuadé que son nom n’est pas porteur au box-office, il ne signera donc plus aucun film même si l'on sait depuis qu'il était derrière la caméra : Sahib Bibi aur Ghulam (Le Maître, la maîtresse et l'esclave) sera ainsi ovationné aussi bien par la critique que par le public et représentera d’ailleurs l’Inde aux Oscars en 1963. Le 10 octobre 1964, il est retrouvé mort dans son lit, à 39 ans, d'un mélange d'alcool et de tranquillisants. Le mystère demeure quant à savoir s'il s'agissait d'un suicide ou d'une simple overdose accidentelle. Puisqu'il avait auparavant par deux fois essayé d’attenter à sa vie, l’hypothèse du suicide est cependant plus souvent mise en avant.

C’est seulement dix ans après sa disparition que ses films sont projetés dans quantité de festivals à travers le monde, rencontrant un énorme succès notamment en France, en Allemagne et au Japon. Le sujet des derniers films de Guru Dutt est celui de l'artiste malheureux, incompris ou vieilli, partagé entre deux femmes. C'est donc en grande partie l'histoire de sa vie : bien qu'amoureux fou de l'actrice Waheeda Rehman (sa découverte de L’Assoiffé), il ne cessa de vivre avec son épouse Geeta Roy qui finit néanmoins par le quitter. Geeta fut la chanteuse de play-back des plus grandes actrices indiennes et doublait elle-même la voix de Waheeda Rehman, une fois séparée d'avec son époux. Il n'y avait ainsi que peu de différences entre les personnages qu'interprétait Guru Dutt à l'écran et le cinéaste qui exprimait à travers son oeuvre son amour pour les deux femmes de sa vie, vivant tantôt avec l'une, tantôt avec l'autre jusqu'à l'impasse du suicide, à l'âge de 39 ans, face à une situation qu'il trouvait inextricable.

Films chroniqués sur DVDClassik

Scénariste :

En savoir plus

La fiche IMDb
Par Erick Maurel - le 13 septembre 2012

Informations

Naissance : 9 juillet 1925
Décès : 10 octobre 1964
Pays : Inde
Métiers : producteur, réalisateur, scénariste, acteur

Partenariat